background preloader

Coopérativisme de plateforme

Facebook Twitter

Les plateformes digitales sont en train de bouleverser le système économique.

En mobilisant une multitude d’usagers qu’elles mettent en rapport pour échanger des biens ou rendre des services, elles génèrent des économies d’échelle qui leur permettent de concurrencer très rapidement les entreprises traditionnelles. Quasiment tous les secteurs économiques sont aujourd’hui menacés et la plupart des grandes entreprises du XXème siècle pourraient demain disparaître, concurrencées par les plateformes digitales, à moins qu’elles ne deviennent elles-mêmes des plateformes mettant en réseau leurs clients et leurs sous-traitants.

Rares sont les plateformes qui n’ont pas une logique capitaliste. Wikipedia semble être l’exception mais d’autres projets essaient d’émerger comme Arduino pour la fabrication open source de composants électronique ou la Zooz pour le covoiturage coopératif. Les abus des grands acteurs capitalistiques de l’économie collaborative favorisent ces démarches. Elles sont aujourd’hui soutenues par de nombreux acteurs de l’économie sociale et solidaire.

Le coopérativisme de plateforme vise ainsi à défendre des modèles coopératifs pour le développement de plateforme digitale afin de redistribuer la valeur générée par des outils qui ont vocation à devenir des quasi-monopoles dans leur domaine. Qui dit coopérative dit pratiques démocratiques pour l’ensemble des décisions qui sont prises par l’entreprise. Les pratiques démocratiques du coopérativisme bénéficient aujourd’hui des outils du numérique.

Lite. Connected.

Lite

This pad seems to be opened in more than one browser window on this computer. Reconnect to use this window instead. Your permissions have changed while viewing this page. Try to reconnect. There are communication problems with the synchronisation server. Perhaps you connected through an incompatible firewall or proxy. Couldn't connect to the synchronisation server.

This is probably due to a problem with your browser or your internet connection. The server is not responding. This could be due to problems with network connectivity. An edit you have made was classified illegal by the synchronisation server. This could be due to a wrong server configuration or some other unexpected behaviour. Can an Arcane Crypto Ledger Replace Uber, Spotify and AirBnB? — Backchannel. Can an Arcane Crypto Ledger Replace Uber, Spotify and AirBnB?

Can an Arcane Crypto Ledger Replace Uber, Spotify and AirBnB? — Backchannel

The technology underlying Bitcoin has inspired a new flavor of techno utopianism that could spell the end of centralized app services as we know them Wheels down! As your plane taxis to the gate, you pull out your phone and rustle up a ride to get you to the room that’s just around the corner from your morning meeting. Your car pulls up, and you settle into the back seat, put in your earbuds and shut out the din with your favorite tunes. To run this common little Business Travel 101 scenario today, you’d probably be relying on iconic brands of the app economy, like Uber, AirBNB, and Spotify, most every step of the way.

But what if it’s not 2015 but, say, 2025, and you could instantly find, hire and pay providers of all those services without going through a company of any kind? Today there’s no shortage of startups, projects, and developers trying to apply the blockchain concept to everything. Illustration by Karol Banach. Vers des plateformes réellement coopératives. Les professeurs Nathan Schneider (@nathanairplaine) et Trebor Scholz (@trebors, le père du concept de Digital Labor) publient sur The Next System Project (@thenextsystem) un intéressant manifeste.

Vers des plateformes réellement coopératives

L’économie solidaire nécessite un internet de la solidarité La plupart des technologies inventées (radio, télévision, internet, blockchain…) prônent dans leurs premières versions un idéal de liberté et de démocratie, de décentralisation. Mais récupérées par « l’ordre social en place » (entreprises, gouvernements et surtout investisseurs…) elles tendent à devenir des monopoles centralisés bien loin de leurs idéaux originels.

Malgré tous les discours sur le partage et la démocratisation, l’industrie de la technologie est devenue accro à un modèle d’investissement à la recherche de retour sur investissements massifs et à court terme. A l’inverse, l’économie sociale et solidaire, elle, est créative et énergique. De l’esprit du partage… au partage réel Coopératives ou services publics 2.0 ? Publication: Platform Cooperativism Conference. By Trebor Scholz (Rosa Luxemburg Foundation, 2016) download PDF The “sharing economy” wasn’t supposed to be this way.

Publication: Platform Cooperativism Conference

Aided by the tiny computers most of us carry with us all day, every day, we would be free from the burdens of ownership and making money in our spare time by renting out our unused possessions. The vision was—or at least appeared to be—an idealistic one. Even before they enter kindergarten, every child learns the value of sharing, and here were the beneficent forces of Silicon Valley bringing us innovative new tools to strengthen our communities, disrupt outdated ways of doing business, and maybe even reduce our carbon footprints. The reality turned out to be a little different.

With these new middlemen sucking profits out of previously un-monetized interactions, creating new forms of hyper-exploitation, and spreading precarity throughout the workforce, what can we do? Trebor Scholz has lived and worked in co-ops for over a decade. We are Commons, Blockchain, Platform Coop. Reprendre le contrôle pour un monde plus humain. We are Commons, Blockchain, Platform Coop.

We are Commons, Blockchain, Platform Coop. Reprendre le contrôle pour un monde plus humain.

Reprendre le contrôle pour un monde plus humain. Trebor Scholz, Platform Cooperativism, Part III Trebor Scholz a démarré son livre par un récit sur l’économie « au compteur ». Dans ce récit, l’économie « au compteur » a dénaturé l’économie collaborative dont elle avait pris le nom, puis progressivement elle dénature les relations de travail et floute consciemment la notion de travail elle-même pour mieux faire bouger les législations.

Puis, nous avons laissé Trebor Scholz déployer la proposition centrale de son ouvrage sur la possibilité de proposer des coopératives comme avenir de l’économie numérique collaborative. Permettez-moi au passage de rappeler que la concomitance entre une nouvelle vague algorithmique de l’économie numérique et l’émergence de l’économie collaborative donne l’illusion d’un seul et même phénomène, alors que ce sont plutôt quatre mouvements « vibratoires » qui se croisent en corrélation de phase et provoquent un tsunami. Petite plateforme coop et ses bonnes fées : 6 vœux à exaucer pour en faire notre future Pachamama… Petite plateforme coop et ses bonnes fées : 6 vœux à exaucer pour en faire notre future Pachamama nourricière Trebor Scholz, Platform Cooperativism, Part IV (final) Nous l’avons vu dans l’argumentation de Trebor Scholz, la réappropriation dans une collaborative d’un clone technologique de mobilité collaborative, hospitalité collaborative, productivité collaborative pourrait permettre de prendre des parts de marché aux géants de l’économie « au compteur ».

Petite plateforme coop et ses bonnes fées : 6 vœux à exaucer pour en faire notre future Pachamama…

Si la pensée est féconde, elle recèle quelques lacunes à améliorer grâce à vous tous, membres de l’économie de la contribution comme préfère l’appeler Bernard Stiegler. L’une de ces lacunes repose sur l’hypothèse qu’une exigence de profit de 10% au lieu des 20% ou 30% du capitalisme de plateformes serait suffisante pour faire basculer l’équilibre concurrentiel. Les plateformes, un revenu d’appoint dont il faut analyser les données Des modèles économiques plastiques en fonction du secteur et un modèle juridique précis. Une autre histoire du capitalisme et du coopérativisme: Comment le capitalisme va croquer l'économie du partage.

Pas une semaine ne passe sans que l’américain Uber – qui met en relation des chauffeurs de véhicule de tourisme et des clients – ne fasse parler de lui pour ses méthodes dignes du capitalisme le plus offensif (lobbying intensif, déstabilisation de la concurrence à coups de fausses réservations…).

Comment le capitalisme va croquer l'économie du partage

Certaines start-up – comme la plateforme de covoiturage Blablacar ou celle de location de véhicules entre particuliers Drivy – réalisent des levées de fonds record, liant leur destin au monde de la finance. Sans compter les acteurs traditionnels qui investissent à leur tour le « marché » du collaboratif. L’économie du partage aurait-elle perdu son âme, fusionnant avec un capitalisme dont on pensait naïvement qu’elle était l’ennemie ? « Tous ces événements font que nous sommes à un tournant. Dans leur ouvrage What’s Mine is Yours (« Ce qui est à moi est à toi », (HarperCollins Business, 2010), Rachel Botsman et Roo Rogers élaborent les bases de ce nouveau modèle.

Indigo : le réseau qui remplace l’argent par l’entraide. Indigo est un nouveau réseau social voulant tourner le dos à une société jugée individualiste, égo-centrée et divisée.

Indigo : le réseau qui remplace l’argent par l’entraide

Axé sur l’échange intégralement gratuit de services, les promoteurs d’Indigo promettent un monde « où tous les biens sont accessibles, où tous les services sont bénévoles et où l’on s’entraide tous ». Leur objectif est clair : créer une plateforme sociale révolutionnaire où s’échangeraient des biens et des services sans argent ! Lever une vague d’entraide Indigo est un projet de défi associatif sorti de l’imagination de Stéphane de Freitas, alias « SdF ». Fruit de trois ans de travail, la plateforme, qui sera également disponible en application pour smartphone, met en relation l’utilisateur et une personne prête à lui offrir gratuitement le service ou l’objet dont il a besoin. L’utilisation d’Indigo est entièrement gratuite.

Comment ça fonctionne ? Indigo fonctionne sur le principe de l’échange, un peu comme un SEL 3.0 à grande échelle. «Ubérisation»: ce que cache le mot qui fait fureur. Il a sa fiche Wikipedia depuis une petite année mais il n’a pas encore fait son entrée dans le Larousse et le Robert.

«Ubérisation»: ce que cache le mot qui fait fureur

Il le faudrait, tant en quelques mois, il s’est imposé partout, finissant par être dévoyé, galvaudé. Depuis qu’Uber, la start-up californienne, spécialiste du VTC, a rendu fous les taxis du monde entier, le néologisme « ubérisation » (ou à l’anglaise « uberisation ») fait fureur. C’est LE mot de l’année 2015 (et des suivantes) qui fait trembler entreprises et salariés. « Ubérisation » de l’immobilier, de la pharmacie, de la banque, de la plomberie, de l’éducation, du droit, du marketing, du sexe… Tapez le terme dans n’importe quel moteur de recherche et vous découvrirez l’étendue de sa portée et les sueurs froides qu’il provoque dans tous les secteurs d’activité de l’économie traditionnelle.

Tous «ubérisés», même les chauffeurs VTC. Focus sur La`Zooz, le covoiturage version blockchain – Blockchain France. Dépasser les modèles d’Uber et de Blablacar La`Zooz est une start-up israélienne qui propose un service de covoiturage entièrement repensé car décentralisé et détenu par sa communauté.

Focus sur La`Zooz, le covoiturage version blockchain – Blockchain France

Ce service, open source, permet aux conducteurs et aux passagers de se connecter en temps réel pour remplir les sièges vides des conducteurs, sans avoir à s’appuyer sur un acteur intermédiaire pour la mise en relation : tout passe par une plateforme autogérée. La première grande caractéristique de cette plateforme de covoiturage réside donc dans sa décentralisation : le service n’est pas détenu par ses fondateurs ou par un quelconque investisseur extérieur, mais bien par la communauté de ses utilisateurs.

Des jetons comme rémunération La`Zooz rémunère ses conducteurs en jetons appelés « Zooz » (une monnaie basée sur le bitcoin) stockés sur une blockchain. Dans cette même optique, les fondateurs de l’application ont fait le choix de rémunérer les conducteurs même lorsqu’ils roulent seuls. Arcade City: Decentralized, Blockchain-Based Answer to Uber. The city of Portsmouth, New Hampshire passed an ordinance regulating ride-sharing services that took effect in September of 2015. The ordinance made driving with Uber and other ride-sharing companies illegal within the city limits. Christopher David, a former Uber driver, launched the Free Uber campaign using Bitcoin prize pools to incentivize activism protesting the ordinance.

Now, in the wake of protests by Uber drivers over the company’s decision to cut fares, David is launching his own blockchain-based ride-sharing platform, Arcade City. To promote the new platform, he and nine other drivers gave 100 rides on New Year’s Eve on a donation-only basis. CoinTelegraph spoke to David about Arcade City. CoinTelegraph: You were an Uber driver before. Christopher David: Imagine a decentralized Uber that connects drivers with customers peer-to-peer using the Ethereum blockchain. Driver engagement is key. Uber and Lyft are run by nerds in San Francisco.