background preloader

Erreur fmi

Facebook Twitter

Austérité : le grand mensonge. Christine Lagarde, directrice du FMI en conférence à Washington - FLIGG ALYSON/SIPAUSA/SIPA Au bout de combien d’erreurs d’analyses, les experts – économiques en l’occurrence – sont-ils discrédités, délégitimés, rayés de la carte ?

Austérité : le grand mensonge

En d’autres termes, combien de fois faut-il démontrer qu’ils se fourvoient pour que leurs études ne fassent plus autorité, pour que leurs travaux ne servent plus de dogme infaillible à telle ou telle chapelle politique ? Bref, pour qu’ils ne puissent plus se prévaloir du titre d’expert ? C’est bien ainsi qu’il convient désormais de poser la question. Une erreur dans une étude sur l’austérité dégomme les idées reçues. L’erreur à 1500 milliards:la lutte contre l'inflation est-elle allée trop loin.

Atlantico : Un article paru dans The Economist, "The death of inflation" (voir ici) explique que "dans une étude menée depuis les années 1960 sur 21 pays riches, le FMI démontre que l'évolution du chômage (et ses conséquences en termes de salaires, de demande..., ndlr) influence désormais moins fortement l'inflation que par le passé".

L’erreur à 1500 milliards:la lutte contre l'inflation est-elle allée trop loin

Le lien entre l'inflation, l'emploi et plus généralement l'économie réelle serait plus faible qu'auparavant. La lutte contre l'inflation est-elle devenue obsolète ? Simone Wapler : L’inflation est la hausse de la quantité de monnaie, sous toutes ses formes, qui vient chasser les biens et services fournis par une économie. Paul De Grauwe: "La théorie derrière l'austérité n'a plus de sens" Quelles suite dans la politique ?

Paul De Grauwe: "La théorie derrière l'austérité n'a plus de sens"

Les trois économistes américains insistent sur le fait que " les erreurs des recherches de Reinhart et Rogoff devraient nous pousser à réévaluer la pertinence des politiques d’austérité et leur application en Europe et aux Etats-Unis ". Paul De Grauwe, poursuit en disant qu'en récession, "pour un euro économisé, on perd un euro et demi de croissance, augmentant ainsi sans cesse la proportion de la dette. Une erreur dans l’étude phare américaine sur l’austérité dégomme les idées reçues.

La nouvelle a de quoi redonner le sourire aux Indignés.

Une erreur dans l’étude phare américaine sur l’austérité dégomme les idées reçues

Après l’erreur de calcul du Fonds monétaire international (FMI) sur les multiplicateurs budgétaires révélée en janvier, une nouvelle polémique de nature économétrique ébranle à nouveau la crédibilité d’une institution prestigieuse. L’article incriminé s’intitule « Croissance en période de dette » (« Growth in a Time of Debt » .pdf), il a été publié en 2010 par deux économistes réputés de Harvard et ancien cadres du FMI, Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, et, s’appuyant sur des données collectées entre 1946 et 2009, il démontre que la croissance s’est révélée sensiblement inférieure dans les pays dont la dette publique dépassait 90 % du PIB. Or une équipe d’économistes est récemment parvenue à répliquer cette étude, et il s’avère que leurs conclusions diffèrent largement de celles de Reinhart et Rogoff. Des résultats fortement divergents.

La grosse boulette du FMI: L’austérité m’a tueR… Oh la boulette!

La grosse boulette du FMI: L’austérité m’a tueR…

Énorme! Vont-ils rembourser? C’est suffisamment grave pour que les pays concernés demandent réparation. Le Fonds Monétaire international (FMI) s’est royalement planté dans ses prévisions et dans l’application des programmes d’austérité dans les pays touchés par la crise. La Grèce, l’Espagne, la France etc… ont été contraints d’appliquer des recommandations économiques basées sur des études économétriques erronées. Les ravages de l’austérité ? Une « simple » erreur de modèle du FMI. Lien dette publique-récession : une étude influente truffée de "graves erreurs" Une étude influente signé en 2010 par deux économistes de renom et qui concluait qu'une dette élevée dans les pays riches s'accompagnait nécessairement d'une récession était truffée de "graves erreurs", selon les travaux récents de trois universitaires américains.

Lien dette publique-récession : une étude influente truffée de "graves erreurs"

"Cette étude a été abondamment citée pour appuyer l'idée que la dette publique était la question du jour. Mais leurs auteurs ont commis de graves erreurs", a affirmé mercredi l'un de ces universitaires, Michael Ash, professeur d'économie à l'université Amherst du Massachusetts. L'étude controversée est l'oeuvre de deux économistes de Harvard, Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, ancien chef économiste du Fonds monétaire international entre 2001 et 2003.

Dans leurs travaux publiés en 2010, ils avaient conclu que les périodes où la dette publique des pays riches avait dépassé 90 % de leur produit intérieur brut correspondaient, en moyenne, à des récessions de l'ordre de - 0,1 %. Erreur dans une étude sur l'austérité : "ça fait désordre" Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Anna Villechenon L'affaire prend des airs de scandale.

Erreur dans une étude sur l'austérité : "ça fait désordre"

Les conclusions d'un article, "Croissance en période de dette" ("Growth in a Time of Debt"), publié en 2010 par deux économistes réputés de Harvard et ancien cadres du FMI, Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff ("R & R"), ont été remises en question par un trio de l'Université du Massachusetts (UMass) Amherst – ce qui est loin d'être rare, comme le rappelle le New York Times. L'article original démontrait que le taux de croissance d'un pays est corrélé négativement à son endettement public, dès lors que celui-ci dépasse la barre des 90 % du PIB. Or, leurs confrères de l'UMass Amherst, Thomas Herndon, Michael Ash et Robert Pollin parviennent, avec les mêmes données, à un résultat différent : le seuil des 90 % n'a dans leurs conclusions aucune signification particulière, et ils ne trouvent qu'une très faible corrélation entre croissance du PIB et endettement.

Les «erreurs de calcul» du FMI – Prise de tête – La chronique de Normand Baillargeon. Une petite énigme pour commencer.

Les «erreurs de calcul» du FMI – Prise de tête – La chronique de Normand Baillargeon

Linda a 31 ans. Elle est célibataire, s’exprime avec facilité, est très brillante. Elle a étudié la philosophie à l’université. Durant ses études, elle a milité contre diverses formes de discrimination et pour la justice sociale. Le Fmi le confirme : l'austérité était une erreur de calcul. Source : L'Humanité C'est un rapport étonnant, un mea culpa chiffré et analysé, que deux éminents économistes du FMI ont publié.

Il dit clairement que l'austérité est une erreur. La faute à la mauvaise conception d'un modèle informatique de prédiction économique. Ils justifient globalement d'avoir plongé 26 pays dans une mortelle crise austéritaire par une erreur de modèle mathématique. Ces économistes sont restés persuadés que leur domaine est une science dure, donc qu'on peut prédire et démontrer avec des équations. Pardon pour les morts, c'était une erreur de calcul. Anticapitalisme - Les erreurs de calcul du FMI. Une petite énigme pour commencerLinda a trente et un ans.

Anticapitalisme - Les erreurs de calcul du FMI

Elle est célibataire, s’exprime avec facilité, est très brillante. Elle a étudié la philosophie à l’université. Durant ses études, elle a milité contre diverses formes de discrimination et pour la justice sociale. Une erreur dans une étude sur l'austérité dégomme les idées reçues. La nouvelle a de quoi redonner le sourire aux Indignés.

Une erreur dans une étude sur l'austérité dégomme les idées reçues

Après l'erreur de calcul du Fonds monétaire international (FMI) sur les multiplicateurs budgétaires révélée en janvier, une nouvelle polémique de nature économétrique ébranle à nouveau la crédibilité d'une institution prestigieuse. L'article incriminé s'intitule "Croissance en période de dette" ("Growth in a Time of Debt" .pdf), il a été publié en 2010 par deux économistes réputés de Harvard et ancien cadres du FMI, Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, et, s'appuyant sur des données collectées entre 1946 et 2009, il démontre que la croissance s'est révélée sensiblement inférieure dans les pays dont la dette publique dépassait 90 % du PIB. Or une équipe d'économistes est récemment parvenue à répliquer cette étude, et il s'avère que leurs conclusions diffèrent largement de celles de Reinhart et Rogoff. Des résultats fortement divergents.

Les politiques d'austérité tiennent-elles à une erreur sur Excel? L’un des articles économiques les plus cités ces dernières années par les partisans de l’austérité est-il fondé sur une erreur de calcul sur Excel? La polémique fait rage sur dans les médias économiques américains depuis vingt-quatre heures et cible les travaux de Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, deux économistes d'Harvard auteurs ces dernières années d'un essai remarqué sur la crise financière (Cette fois, c'est différent. Huit siècles de folie financière) et qui ont occupé de hautes responsabilités au sein du FMI. En cause, un article qu'ils ont publié en 2010, «Growth in a Time of Debt», qui, à partir de statistiques de la période 1946-2009, faisait état d’une croissance bien plus basse dans les pays dont la dette publique dépasse 90% du PIB —pour situer, c'est le niveau qu'a dépassé la France fin 2012. 2 points de croissance en moins Conclusion de Herndon, Ash et Pollin: «Les résultats de Reinhart et Rogoff ont servi de rempart soutenant les politiques d’austérité.

Le FMI se trompe (encore) sur l'austérité. Deux économistes du FMI affirment que l’institution s’est trompé dans sa méthodologie pour calculer l’impact de l’austérité. L’occasion pour eux d’appliquer la même méthodologie erronée pour à nouveau de mauvais conseils ! Par Baptiste Créteur. Deux économistes du FMI, Olivier Blanchard et Daniel Leigh, l’affirment : le FMI s’est trompé sur l’austérité, qui serait encore plus destructrice de croissance et d’emploi que prévu. Que les politiques d’austérité soient mauvaises pour la croissance et l’emploi, c’est désormais admis par la plupart des économistes. Mais qu’elles le soient encore plus qu’on ne le pensait, c’est ce qu’ont découvert deux d’entre eux, et pas les moindres : Olivier Blanchard, un Français chef économiste au FMI, et Daniel Leigh, économiste dans la même institution.

La plupart des économistes admettent la nocivité des politiques d’austérité. L’erreur du FMI. XEnvoyer cet article par e-mail Nouveau ! Pas le temps de lire cet article ? Classez le dans vos favoris en cliquant sur l’étoile. Vous pourrez le lire ultérieurement (ordinateur, tablette, mobile) en cliquant sur « votre compte » Fermer Mea culpa L’organisation a gravement sous-estimé l’impact de la rigueur budgétaire sur la croissance. L’incroyable erreur des experts du FMI.

Erreur du FMI : suites. Les études économiques du FMI, utilisées par les partisans du traité européen de stabilité, étaient bidon. Michael Ash, professeur d’économie à l’Université Amherst du Massachusetts a dénoncé hier les erreurs d’une étude officielle qui a servi de base aux décisions du Fonds Monétaire International (FMI). « Cette étude, rappelle-t-il, a été abondamment citée pour appuyer l’idée que la dette publique était la question du jour » Or, révèle-t-il, « leurs auteurs ont commis de graves erreurs ». Quand le FMI avoue s'être trompé sur les effets de l'austérité. Pourquoi le FMI a sous-estimé le facteur négatif de l'austérité Entretien avec Dany Lang, économiste membre du collectif des "économistes atterrés"Vous faites partie des économistes qui tirent la sonnette d'alarme depuis des années au sujet des politiques d'austérité imposées par le FMI : que pensez-vous de cette explication de Blanchard sur l'erreur du multiplicateur fiscal, totalement sous-évalué par le FMI en cas de consolidation budgétaire ?

Dany Lang : L'erreur sur les estimations des effets de l'austérité, le facteur de 0,5 au lieu d'un facteur de 0,9 à 1,7 est confirmée par le rapport de Blanchard du 3 janvier. Bulletin du FMI : L’inflation va sans doute rester stable,d’après les conclusions d’une étude du FMI. Des passants devant des immeubles presque vides à Sesena près de Madrid (Espagne). En Espagne, les prix des logements ont reculé de 30 % environ depuis l’éclatement de la bulle immobilière en 2007 (photo : Andrea Comas/Reuters/Newscom) Le « traqueur de croissance » du FMI : déprimant pour la France.

Une erreur dans une étude sur l’austérité dégomme les idées reçues. REUTERS/Yorgos Karahalis La nouvelle a de quoi redonner le sourire aux Indignés. Les études économiques du FMI, utilisées par les partisans du traité européen de stabilité, étaient bidon. Michael Ash, professeur d’économie à l’Université Amherst du Massachusetts a dénoncé hier les erreurs d’une étude officielle qui a servi de base aux décisions du Fonds Monétaire International (FMI). « Cette étude, rappelle-t-il, a été abondamment citée pour appuyer l’idée que la dette publique était la question du jour » Or, révèle-t-il, « leurs auteurs ont commis de graves erreurs ».

Deux économistes du FMI entre 2001 et 2003, Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff avaient publié en 2010 l’étude contestée, qui concluait que, quand la dette publique dépasse 90 % du PIB, elle entraine une récession de -0,1%. L’erreur du FMI.