background preloader

II - Environnement professionnel

Facebook Twitter

ACIM. Présentation de discothecaires_fr. Bmmp - Accueil. Manifeste : La musique a toute sa place en bibliothèque. La musique est un langage universel propre à attirer et à fédérer tous les citoyens, indépendamment de leurs origines et de leurs catégories socioprofessionnelles. Si l'écoute et la pratique musicale ne cessent de se développer dans le monde, en revanche la culture musicale est trop souvent négligée au niveau institutionnel en France, excepté dans de rares circuits, et n'a jamais été prise en compte par des acteurs économiques davantage préoccupés par la rentabilité de leurs investissements que par la diversité musicale.

Le défunt Conseil Supérieur des Bibliothèques avait constaté dans ses différents rapports que la place de la musique était encore insuffisante dans les bibliothèques. Alors même que cette situation perdure globalement, la musique en bibliothèque est aujourd'hui fragilisée par la baisse des prêts, le développement de l'écoute et du téléchargement en ligne. (version définitive du texte adopté lors de l'Assemblée Générale de l'ACIM le 28 mars 2011 à Auxerre. Dossier : statistiques sur la musique en bibliothèque, le marché du disque, et les pratiques musicales (édition 2014) Dans le débat actuel sur le maintien de la musique en bibliothèque qui peut prendre parfois des tours irrationnels, l’ACIM souhaite affirmer un rôle d’observatoire, en proposant la collecte et la synthèse des statistiques portant sur les collections et les prêts de documents sonores en bibliothèque, l’état du marché de la musique enregistrée, et le développement des pratiques musicales et numériques.

Merci à Nicolas Blondeau, pour la réalisation de ce dossier, dont le but est de donner à chacun des éléments afin de s’adapter à l’évolution des pratiques musicales, et d’adopter des politiques en phase avec les transformations observées. L’ACIM mettra à jour annuellement ces données, en conservant en archive les dossiers des années précédentes, afin d’en permettre la consultation sur le long terme. Sophie Cornière,Présidente de l’ACIM Le disque comme objet physique a-t-il un avenir ? « Les disques compacts ne sont pratiquement plus empruntés en médiathèque. » I. II. Fonds sonores I. II. III. Faut-il en finir avec les CD?

Un article proposé par Lydia Belmekki, Catherine Benod et Benjamin Sausin, élèves conservateur.trice.s de bibliothèques de l’INET. Depuis sa création en 1982, le CD s’est progressivement imposé comme le mode de stockage et de consommation de musique par excellence. L’amélioration de la qualité sonore, l’augmentation du temps d’écoute et la meilleure ergonomie de ce support lui ont permis de détrôner vinyles et cassettes audio. Aujourd’hui le CD semble dépassé par de nouvelles modalités d’écoute, et cela fait une bonne décennie qu’on nous annonce régulièrement sa disparition. Pour les bibliothèques, la question se pose avec force : faut-il continuer d’investir dans ce support s’il ne correspond plus aux usages? Dans le cadre de notre stage collectif à la Bibliothèque Départementale du Bas-Rhin, nous avons réfléchi à la stratégie à adopter en matière de musique.