background preloader

Glands (chênes)

Facebook Twitter

Astuces pour enlever le tanin. Les croyances, l'économie et la culture des groupes humains sont souvent fondées sur des matières premières locales dominantes.

astuces pour enlever le tanin

Ainsi peut-on parler de la culture du bouleau chez les amérindiens des Grands Lacs aux USA mais aussi celles liées aux grandes forêts de bouleaux situées à l'est de l'Oural. Dans les limites de ce qui devait devenir la France, c'est la culture du chêne qui a dominé. Les récits Celtes sont les plus nombreux (grec "drûs" = druide = chêne), mais toutes les autres régions utilisèrent le chêne, tant pour le tannage que pour l'alimentation. Entre le XIème et le XIVème siècle, la population mangeait du pain de seigle, d'orge ou d'avoine quand le blé se faisait rare. Quand le volume du pain était insuffisant on ajoutait à la farine un tiers d'argile et de la paille. La farine de gland est aisée à faire, mais demande du temps. (c) Illustration de Serge Elissalde. Farine de Glands. Le gland est le fruit du chêne.

farine de Glands

C'est un fruit sec, formé d'une grosse graine dure et pointue, marron, coiffée d'une sorte de petit « chapeau » : la cupule. La cupule du gland peut être lisse, bosselée, ou couverte de petits piquants, selon les espèces de chêne. D'autres fruits secs ont aussi une cupule : la faîne du hêtre, ou la châtaigne du châtaignier (la cupule des châtaignes s'appelle la bogue). Ceci permet de placer les chênes, les hêtres et les châtaigniers dans la même famille. Le gland dans l'alimentation des animaux et des hommes[modifier] De nombreux animaux comme les mésanges ou d'autres oiseaux, les écureuils, les mulots et les campagnols se nourrissent de glands. Autrefois, surtout dans les milieux pauvres, on consommait les glands et les faînes aussi bien que les châtaignes.

Une recette de farine de glands[modifier] Le chêne contient une substance appelée tanin, qui lui sert de protection. Récolter une bonne quantité de gland. Voir aussi[modifier] Proportion recolte-transfo. 'phacélie', on 25 Nov 2011 - 11:28, said: Sujet très intéressant...Niko57, pourrais-tu détailler comment faire la farine de gland de chêne et le "café" avec les faînes du hêtre ?

proportion recolte-transfo

Pour la farine de gland de chêne il faut en ramasser environ 9-12 kg pour 1 kg de farine ... ensuite une fois ramasser il faut les faire cuir dans de l'eau très rapidement (environ 2 min) dans l'eau bouillante, après cela l'écorce s'enleve toute seule ! Une fois écorcé alors il faut les fait cuir à feu doux à chaque fois max 5 min jusqu'à obtenir une eau clair (le tanin est fort et donne un gout amer en plus d'être mauvais pour la santé, si vous travaillez le cuir il est cependant intéressant de garder l'eau ! ). Une fois cela fait il faut les faire sécher au soleil ou sur le chauffage (attention à ce qu'elles soient vraiment sèche !!! Après vous pouvez les passer au moulin . il est intéressant de rajouter de la farine de houblon et d'avoine au mélange cela donne bon goût ! Café de glands. La question initiale, émise par Nicolas KOMEZA, portait sur les chênes à glands doux dans l'Atlas marocain, elle a été étendue à la consommation des glands doux.

café de glands

Chênes de l'Atlas marocain : La "Flore pratique du Maroc" vol. 1 : 129 - 132 indique les espèces suivantes au Maroc : a) feuillage persistant : Quercus coccifera L., Q. suber L. & Q. ilex L. b) feuillage caduc : Quercus pyrenaica Willd., Q. lusitanica Lam. & Q. faginea Lam. Selon A. Benabid "Flore et écosystème du Maroc", il y aurait six chênes indigènes au Maroc Quercus rotundifolia (Lamk.)

Seul Q. suber est indiqué pour ses fruits comestibles. Kfé zé autres recettes. Plein recettes !!! Eh bien oui, tout est bon dans le cochon !

plein recettes !!!

Même leur nourriture préférée : les glands ! Les meilleurs sont ceux du chêne liège qui sont plus sucrés. Les autres, sont donc plus amers. Et donc, il faut leur imposer une petite préparation préliminaire pour leur ôter leur amertume, après quoi on les cuisine tout simplement... comme des châtaignes. On ne peut pas les manger tel que, sauf ceux du chêne liège qui sont plus doux. Etape 1, le ramassage : On ramassera les glands quand ils sont bien marrons (et non verts), après les premières gelées, ou mieux, au printemps après qu’ils aient passé tout l’hiver aux intempéries, et bien sûr ceux qui sont sains, sans visiteurs incongrus. Etape 2, l’épluchage : On enlèvera le petit support en forme de pipe qui est à la base du gland (ou Cupule) et les 2 peaux; l’enveloppe extérieure et dure (le Péricarpe) puis celle intérieure, plus fine (le Tégument) et qui colle au fruit (l’ Amande)... comme pour les châtaignes !

Etape 3, le concassage :