background preloader

Etude SdG (BAC)

Facebook Twitter

Nouveaux chiffres sur le suicide des agriculteurs pour 2010 et 2011. Le 5 octobre 2016, l’agence de santé publique a publié un nouveau rapport sur le suicide des agriculteurs, pour les années 2010 et 2011.

Nouveaux chiffres sur le suicide des agriculteurs pour 2010 et 2011

Les nouveaux chiffres confirment l’effet des crises en élevage sur la surmortalité par suicide chez les agriculteurs. Le nouveau rapport de l'agence de santé publique confirme un effet de la crise économique sur le nombre de suicides des agriculteurs. (©Terre-net Média) Selon la nouvelle étude de l’agence de santé publique sur le suicide des agriculteurs, publiée le 5 octobre 2016, 166 agriculteurs et agricultrices (138 hommes et 28 femmes) se sont donné la mort en 2010.

Et 130 en 2011 (115 hommes et 15 femmes). Ces chiffres bruts sont alarmants. . « Les secteurs d’activité qui présentaient une surmortalité par suicide en 2008 et 2009 étaient l’élevage bovins-lait et l’élevage bovins-viande. Aux côtés des agriculteurs du Grand Est. Sensible à la crise que traverse actuellement le monde agricole, Nathalie Griesbeck a répondu à différentes sollicitations de rencontres ce mois-ci.

Aux côtés des agriculteurs du Grand Est

Discussions avec la Coordination rurale à Metz, interview sur l’année blanche sociale pour les agriculteurs, rencontre dans la Marne sur l’exploitation de Francis et Isabelle Pestre ont rythmé l’agenda de la députée européenne du Grand Est. Rencontre avec la Coordination Rurale Sollicitée par les membres de la Coordination rurale, Nathalie Griesbeck a accepté avec plaisir de les rencontrer afin d’évoquer en toute franchise les problèmes auxquels les agriculteurs sont confrontés. Monsieur Sylvain FRANZ, Président de la Coordination Rurale Moselle, a exprimé la volonté du syndicat qu’il représente de décréter l’état d’urgence agricole européenne et de porter au sein du Parlement européen, un réel débat sur la question de la souveraineté alimentaire européenne.

Ecole à la ferme. Prix, étiquetage, embargo: les raisons de la colère des agriculteurs. La colère des agriculteurs ne redescend pas.

Prix, étiquetage, embargo: les raisons de la colère des agriculteurs

Indre, Bretagne, Loire, Landes, Ariège, Moselle... Pas une semaine ne passe sans que soit organisés une manifestation, un blocage ou une opération escargot. Ce lundi, c'est à Vannes que les tracteurs ont encerclé la ville. Face à une crise sans précédent, les agriculteurs sont à bout pour plusieurs raisons. L’avenir de l’agriculture familiale - Chambre d'agriculture de Haute-Marne. Cécile FÉVRE APCA, Pôle économie et politiques agricoles, d'après un exposé de Hubert Cochet, Professeur d’Agriculture Comparée à Agroparistech Emergence de formes d’exploitation, en rupture avec le modèle familial, confortées par un certain nombre de dispositions juridiques et politiques prises dans le cadre de la loi d’orientation agricole de 2005.

L’avenir de l’agriculture familiale - Chambre d'agriculture de Haute-Marne

Le XXème siècle est marqué par le triomphe de l’exploitation familiale, contrairement à ce que pouvaient avancer les théories économiques (théories marxistes en particulier). Dans le cas français, le modèle familial d’exploitation agricole a pris une tournure particulière, du fait notamment du rôle joué par les pouvoirs publics : loi sur le fermage en 1946, lois d’orientations agricoles de 1960 et 1962. Agriculture : pourquoi l'élevage français est-il en crise ? Pourquoi l’agriculture française est en crise. La France et ses agriculteurs se retrouvent pour leur traditionnel rendez-vous parisien, le 27 février.

Pourquoi l’agriculture française est en crise

Le thème de la 53e édition du « salon préféré des Français » (700 000 visiteurs attendus Porte de Versailles) ne pouvait être mieux choisi : « Agriculture et alimentation citoyennes ». Mais entre discours des responsables politiques « au cul des vaches » et dégustation de pancetta corse, fourme de Montbrison ou Bas-Armagnac, questionnera-t-on vraiment la nature du « contrat social » qui assure la sécurité alimentaire des Français ? Crise des agriculteurs : et si c'était l’État le responsable.

Par Nathalie MP.

Crise des agriculteurs : et si c'était l’État le responsable

Le Salon international de l’agriculture ou SIA2016 qui s’est ouvert samedi 27 février 2016 à Paris fait incontestablement partie des événements les plus colorés et les plus courus du pays. Devancé seulement par le Mondial de l’automobile, il accueille plus de 700 000 visiteurs (2014) qui se pressent chaque année dans les nombreux pavillons pour goûter aux produits du terroir, s’instruire sur les filières du monde agricole et pour admirer veaux, vaches, cochons, volailles et … hommes politiques de premier plan, éventuellement candidats à une élection, qui se précipitent les uns après les autres pour venir assurer les agriculteurs de leur plus totale compréhension et de leur dévouement dans l’immense crise qu’ils traversent.

Ce salon n’échappera pas à la règle, qui verra passer à peu près tout ce que les primaires de gauche, de droite et d’ailleurs comptent de candidats, Marine Le Pen comprise. Agriculteurs : les raisons du malaise. La crise de l’agriculture française, premier producteur de l’UE, est au menu du conseil des ministres européens de l’agriculture à Bruxelles.

Agriculteurs : les raisons du malaise

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Jérémie Lamothe Depuis le début de l’année, la colère et le malaise au sein du monde agricole sont perceptibles sur l’ensemble du territoire. Pour faire pression sur le gouvernement, les agriculteurs français multiplient les actions coup de poing et les manifestations. Les raisons de leur désarroi sont nombreuses : prix bas, endettement élevé, crise sanitaire, exploitations qui ferment… Crise de l'agriculture : le bio, solution miracle ? 2016 restera dans les annales comme une année noire pour les agriculteurs.

Crise de l'agriculture : le bio, solution miracle ?

Ils ont en effet perdu plus d’un quart de leurs revenus cette année, selon une étude de l’Insee. Des animaux de la ferme s'installent dans une école de La Rochelle. Comprendre les raisons de la crise des éleveurs. Comme l’été dernier, des éleveurs en colère multiplient blocages et manifestation pour demander une meilleure rémunération.

Comprendre les raisons de la crise des éleveurs

Explications. Après avoir bloqué de nombreuses routes cet été, puis manifesté à Paris et à Bruxelles en septembre, les éleveurs laitiers et porcins relancent depuis le 20 janvier des actions pour alerter sur leurs difficultés financières. Ils demandent aux pouvoirs publics d’agir contre les cours très bas auxquels sont achetées leurs productions, et les marges des intermédiaires, qu’ils jugent abusives. La colère des agriculteurs, qui avait enflé en juillet, avait abouti en septembre à l’annonce d’un plan d’urgence de 700 millions d’euros pour l’élevage, qui n’a pas résolu les problèmes de fonds. Les producteurs de porc s’étaient ainsi mobilisés tout l’été pour demander un prix plancher de 1,40 euro le kilo au marché de Plérin – or il se négociait jeudi à 1,09 euro. 1. 2.

Le système est assez complexe et dépend du type de produit : Porc : une bourse en Bretagne. Quel avenir pour l’agriculture ? - La Croix. Les manifestations des éleveurs sont l’expression d’un mal-être profond.

Quel avenir pour l’agriculture ? - La Croix

Si les solutions sont si difficiles à trouver, c’est que les raisons de la crise sont nombreuses. Trois personnalités imaginent pour La Croix l’agriculture française dans vingt ans. Les jours passent et rien ne semble pouvoir endiguer la colère des éleveurs. Amorcé en Bretagne mi-janvier 2016, le mouvement a gagné tout le pays : des Landes à la Moselle et du Pas-de-Calais aux Bouches-du-Rhône, producteurs de lait, de porcs et de viande bovine expriment leur désespoir en bloquant les routes et les supermarchés, au prix d’affrontements parfois musclés avec les forces de l’ordre.

Agriculture : quel avenir pour les exploitations familiales ? Le temps où les enfants d'agriculteurs reprenaient l'exploitation familiale semble bien loin. Aujourd'hui peu d'enfants d'agriculteurs reprennent l'exploitation familiale. Le journaliste Julien Gasparutto fait le point sur le phénomène. "Aujourd'hui les deux tiers des agriculteurs qui approchent de la retraite ne savent pas à qui ils vont transmettre leur ferme. Ils ne trouvent personne dans leur entourage", note le journaliste. Plusieurs raisons expliquent pourquoi la profession n'attire plus. Le JT.