background preloader

Ébola

Facebook Twitter

Fin officielle de l'épidémie d'Ebola au Nigeria | Alix RIJCKAERT et Ola AWONIYI | Virus Ebola. «L'épidémie (d'Ebola) a été stoppée au Nigeria. Il s'agit d'une réussite spectaculaire qui montre au monde entier que l'Ebola peut être stoppé», a déclaré le représentant de l'OMS au Nigeria, Rui Gama Vaz, lors d'une conférence de presse à Abuja. L'apparition d'un premier cas d'Ebola, importé à Lagos le 20 juillet via un fonctionnaire libérien, Patrick Sawyer, avait laissé craindre les pires scénarios-catastrophes dans une mégalopole de plus de 20 millions d'habitants, aux infrastructures médicales en piteux état.

Pourtant, grâce à une réaction rapide et efficace des autorités, l'épidémie a été contenue rapidement et n'a fait que 20 victimes, dont huit sont mortes, dans ce pays de 170 millions d'habitants, le plus peuplé d'Afrique. Près de 900 personnes potentiellement à risque ont été suivies à Lagos et à Port-Harcourt, dans le sud pétrolier, où un collègue de Sawyer, infecté, s'était enfui, y contaminant à son tour un médecin. Fin officielle de l'épidémie d'Ebola au Nigeria.

À lire également: L'Organisation mondiale de la santé a déclaré lundi la fin officielle de l'épidémie d'Ebola au Nigeria, au terme d'une période de 42 jours --soit deux périodes d'incubation de 21 jours-- depuis la confirmation du dernier cas. «L'épidémie (d'Ebola) a été stoppée au Nigeria. Il s'agit d'une réussite spectaculaire qui montre au monde entier que l'Ebola peut être stoppé», a déclaré le représentant de l'OMS au Nigeria, Rui Gama Vaz, lors d'une conférence de presse à Abuja.

L'apparition d'un premier cas d'Ebola à Lagos le 20 juillet - Patrick Sawyer, un fonctionnaire libérien - avait laissé craindre les pires scénarios catastrophes dans la mégalopole de plus de 20 millions d'habitants, aux infrastructures médicales en piteux état. Pourtant, grâce à une réaction rapide et efficace des autorités, l'épidémie a été contenue rapidement et n'a fait que 20 victimes, dont huit sont mortes, dans ce pays de plus de 170 millions d'habitants, le plus peuplé d'Afrique. M. M. L'actualité du virus Ebola en temps réel. Crédits : Charting the Path of the Deadly Ebola Virus in Central Africa. PLoS Biol 3/11/2005 Sur cette page, suivez l'actualité de la nouvelle épidémie du virus Ebola, apparue en Guinée en février 2014. Cette page est mise à jour dès que l'actualité l'exige.

Pour suivre le développement en temps réel de l'épidémie du virus Ebola, vous pouvez aussi suivre le compte Twitter que nous avons créé à cet effet. Suivre l'actualité du virus Ebola sur Twitter : Au cours du mois de février 2014, une nouvelle épidémie du virus Ebola (image ci-dessus) a vu le jour dans le sud de la Guinée. 19 janvier 2015 : • L'épidémie du virus Ebola, apparue en Guinée en février 2014, serait entrée dans une phase de reflux. 15 janvier 2015 : • Des dizaines de milliers de personnes vont être vaccinées en Afrique de l'Ouest avec deux vaccins développés l'un par Merck, l'autre par GSK. >> En lire plus sur Le Figaro : "Ebola : deux vaccins testés à grande échelle". • L'épidémie Ebola en recul ? 7 janvier 2015 : Extrait : Le vaccin canadien sera testé sur des humains | Annabelle Blais | Virus Ebola. Le vaccin expérimental sera administré à 40 volontaires en bonne santé au Walter Reed Army Institute of Research à Silver Spring (Maryland), aux États-Unis.

Les résultats des essais sont attendus en décembre. «Notre espoir est qu'il soit distribué peu de temps après. [...] Le processus se fait à une vitesse sans précédent», a ajouté la ministre, lors d'une conférence de presse en téléconférence avec les médias de tout le pays. Ce vaccin a été mis au point au cours de la dernière décennie par des scientifiques du Laboratoire national de microbiologie de santé publique du Canada à Winnipeg. Le gouvernement canadien en détient la propriété intellectuelle.

«Ce vaccin est très prometteur, il a montré une efficacité de 100% dans la prévention de la propagation du virus, lorsque testé sur des animaux», a affirmé Mme Ambrose. «Ceux qui participeront aux essais cliniques ne sont pas à risque de contracter le virus», a rappelé le Dr Taylor. Surveillance accrue. Le Canada a fourni un traitement contre l'Ebola à l'Espagne et à la Norvège | Helen Branswell | Virus Ebola. Helen BranswellLa Presse CanadienneTORONTO Le Canada a offert à l'Espagne et à la Norvège un traitement expérimental mis au point au Manitoba pour soigner deux travailleurs de la santé infectés par le virus Ebola, a confirmé mardi l'Agence de la santé publique du Canada.

Le Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg a envoyé des traitements de ZMab, des anticorps semblables à ceux du médicament ZMapp, à l'Espagne en septembre et à la Norvège en octobre. Les traitements sont encore au stade expérimental et ont été conçus pour être testés sur des animaux. Le ZMab est un précurseur du ZMapp; deux des trois anticorps monoclonaux du ZMapp mis au point à Winnipeg sont contenus dans le ZMab. Un quotidien espagnol a cependant rapporté que le médicament n'avait pas été administré à l'infirmière auxiliaire atteinte du virus par crainte des effets secondaires possibles. Il n'est pas certain que le traitement a été utilisé en Norvège pour soigner une infirmière de Médecins sans Frontières.

Texas: une seconde contamination «très inquiétante» | Virus Ebola. > Réagissez sur le blogue de Richard Hétu «L'enquête permet d'identifier des personnels soignants supplémentaires qui seront suivis de très près et nous nous préparons à l'éventualité de nouveaux cas dans les jours prochains», a déclaré le directeur des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), le docteur Thomas Frieden.

Tout comme la première infirmière atteinte par Ebola, la seconde soignante contaminée a eu «beaucoup de contacts» entre les 28 et 30 septembre avec le Libérien hospitalisé à Dallas, depuis décédé, ont précisé les services de Santé du Texas. Cette soignante, qui a été placée à l'isolement mardi puis transférée mercredi à l'hôpital Emory d'Atlanta, avait pris un vol intérieur un jour avant de ressentir les premiers symptômes. Les autorités sanitaires ont demandé aux 132 personnes à bord du vol 1143 de Frontier Airlines entre Cleveland et Dallas/Fort Worth du 13 octobre de contacter les CDC. -Avec Michel Langan. La peur de l'Ebola gagne du terrain aux États-Unis | Richard Hétu | Virus Ebola.

Cette réaction en chaîne est survenue au cours d'une journée où les autorités sanitaires de Dallas et de Washington ont tour à tour présenté des excuses pour leur mauvaise prise en charge du premier cas d'Ebola au Texas et essuyé les critiques d'élus du Congrès américain. «Malgré nos meilleures intentions et une équipe médicale hautement qualifiée, nous avons fait des erreurs», a déclaré le Dr Daniel Varga, chef clinique de la société Texas Health Resources qui gère l'hôpital de Dallas où Thomas Eric Duncan, le premier malade chez qui on a diagnostiqué la fièvre Ebola aux États-Unis, a été traité. «Nous n'avons pas correctement diagnostiqué ses symptômes comme étant ceux de l'Ebola. Nous sommes profondément désolés», a-t-il déclaré en s'adressant aux membres d'une sous-commission de la Chambre des représentants qui se penche sur la réponse à l'épidémie.

Deux infirmières du Texas Health Presbyterian ont reçu un test positif à la fièvre Ebola après avoir soigné Thomas Eric Duncan. La bataille contre Ebola en passe d'être «perdue» | Nina LARSON | Virus Ebola. «Nous sommes en train de perdre la bataille» face au virus, a déploré le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, lors d'une conférence de presse à Paris. «Certains pays ne se préoccupent que de leurs propres frontières», ce qui est «très inquiétant» selon M. Kim, pour qui «nous n'avons toujours pas pris conscience de la solidarité nécessaire» au niveau international. L'épidémie de fièvre hémorragique a fait 4555 morts sur 9216 cas enregistrés, selon le dernier bilan publié vendredi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Si sept pays (Liberia, Sierra Leone, Guinée, Nigeria, Sénégal, Espagne et États-Unis) ont été touchés, l'Afrique de l'Ouest reste de très loin la région la plus affectée.

Seule lueur: l'OMS a annoncé que le Sénégal, qui avait déclaré un cas, désormais guéri, ne pouvait plus être considéré comme un pays touché par Ebola. La même annonce devrait suivre lundi pour le Nigeria, qui a enregistré 20 cas, dont 8 décès. Mais l'aide se fait attendre. Ebola: des tonnes de nourriture distribuées en Sierra Leone | Andrew Meldrum, Clarence Roy-MacAulay | Virus Ebola. Les réserves de nourriture sont distribuées dans le district de Waterloo, en banlieue de la capitale, Freetown. Cette région affiche un des bilans les plus lourds de cette épidémie qui frappe l'Afrique de l'Ouest.

Les livraisons, qui ont commencé vendredi et se sont poursuivies samedi, visent à fournir aux familles placées en quarantaine assez de nourriture pour ne pas qu'ils quittent leur maison. En Sierra Leone, le PAM a mobilisé 700 travailleurs humanitaires pour distribuer plus de 800 tonnes métriques de nourriture (du riz et des céréales) pour combler les besoins des familles durant 30 jours. «Tous les gens touchés par l'Ebola» doivent recevoir de la nourriture, qu'ils soient en quarantaine dans des maisons ou dans des centres de traitement, afin d'empêcher que cette crise médicale en devienne une alimentaire, a expliqué Gon Myers, le directeur du programme en Sierra Leone. Un navire contenant 7000 tonnes de riz devrait accoster à Freetown dimanche.

Ebola: premiers contrôles de passagers en France | Virus Ebola. Alors que le bilan de l'épidémie s'élève à 4555 morts et 9216 cas enregistrés, essentiellement au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée selon les derniers chiffres publiés vendredi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'ONU, la Banque mondiale et l'ONG britannique Oxfam appellent à une aide internationale accrue à l'égard des pays africains touchés. Pour la première fois, les passagers du vol quotidien Air France reliant la capitale guinéenne Conakry à Paris ont été dépistés avec un thermomètre laser à leur arrivée à l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle.

Une femme d'une quarantaine d'années, présentant de la fièvre, a été prise en charge par les équipes de l'hôpital parisien Bichat. Mais, «une heure après sa sortie de l'avion, elle n'avait plus que 37,5°C. Elle n'avait ni vomissements ni diarrhée», a-t-on appris de source proche du dossier. Éviter la psychose Afin d'apaiser les craintes, M. Mais la peur d'une contagion de masse par le virus gagne du terrain en Occident.

Ebola: l'hôpital du Texas admet une erreur de diagnostic | Virus Ebola. «Lorsque M. Duncan a été admis, nous l'avons soigneusement examiné et mené toute une série d'analyses, mais le fait qu'il s'est rendu en Afrique n'a pas été correctement communiqué au sein de l'équipe soignante», écrit Barclay Bardan, président de Texas Health Resources auquel appartient le Texas Health Presbyterian Hospital, dans une lettre rendue publique. «À son arrivée aux urgences, nous n'avons pas su déceler ses symptômes comme ceux d'Ebola. Nous en sommes profondément désolés», ajoute-t-il. >>> Cliquez ici pour lire la lettre (en anglais) M. Deux soignantes qui ont traité Thomas Eric Duncan ont par la suite été infectées par Ebola. L'une d'elles, Nina Pham, a été transférée dans le Maryland, près de Washington.

En revanche, une femme qui aurait pu être en contact avec le virus dans le même hôpital et se trouvait à bord d'un navire de croisière n'est pas malade, selon la compagnie Carnival Cruise. Le Carnival Magic a accosté à Galveston, au Texas, dimanche matin. Test négatif pour la première malade hors d'Afrique | Michaela CANCELA-KIEFFER | Virus Ebola. L'annonce positive sur le cas de Teresa Romero intervient à la veille d'une réunion au Luxembourg, où les ministres européens des Affaires étrangères doivent se réunir pour «galvaniser» la réponse européenne à l'épidémie d'Ebola.

L'aide-soignante, âgée de 44 ans, n'a plus de charge virale, selon le résultat d'un test pratiqué dimanche, a annoncé le gouvernement espagnol. Elle sera soumise à un nouveau test «dans les prochaines heures», précise le Comité chargé du suivi du virus en Espagne, qui ajoute que «l'état de santé de la patiente (...) connaît une évolution favorable». «Je suis très heureux aujourd'hui parce qu'on peut dire que Teresa a vaincu la maladie», a déclaré son époux, Javier Limon. Mme Romero, aide-soignante qui travaille habituellement dans le même hôpital Carlos III où elle est soignée, est devenue le 6 octobre la première personne touchée par le virus Ebola hors d'Afrique. Le monde «enfin réveillé» L'UE est sous pression pour envoyer plus de personnel formé sur place.

M. Ebola: l'ONU craint des pénuries alimentaires | Frankie TAGGART | Afrique. Selon l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO), le manque de main d'oeuvre, l'interruption du commerce transfrontalier et les pénuries dûs à la maladie suscitent de «fortes inquiétudes sur la sécurité alimentaire» au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée. Avec la mise en place de zones de quarantaine et les restrictions aux déplacements, «l'accès à la nourriture est devenu un grave problème pour beaucoup d'habitants des trois pays concernés et leurs voisins», a déclaré Bukar Tijani, représentant régional de la FAO pour l'Afrique. Les récoltes étant menacées et «les échanges et mouvements de marchandises fortement restreints, l'insécurité alimentaire est appelée à s'intensifier au cours des semaines et mois à venir», a-t-il ajouté.

L'épidémie, d'une ampleur sans précédent, a flambé ces dernières semaines. «En six mois de la pire épidémie d'Ebola de l'Histoire, le monde est en train de perdre la bataille pour la contenir. «Coalition mondiale de l'inaction» Ebola: le Liberia appelle à la mobilisation de toutes les nations | Virus Ebola. «En seulement un peu plus de six mois, Ebola a réussi à mettre mon pays dans une impasse. Nous avons perdu plus de 2000 Libériens» morts cette fièvre hémorragique, rappelle Mme Sirleaf dans cette «lettre au monde» transmise à la BBC et reproduite par des sites d'information en ligne. Elle souligne que les trois pays les plus touchés - Liberia, Sierra Leone et Guinée - étaient «des États fragiles» qui tentent de se relever des effets de guerres «interconnectées». «Mais une chose est claire», note-t-elle, la mobilisation contre Ebola «est une lutte à laquelle le monde entier doit participer.

Cette maladie ne connaît pas de frontières. «La réaction internationale à cette crise a dans un premier temps été incohérente et a manqué de coordination. «C'est un devoir pour chacun» de «ne pas laisser des millions d'Africains de l'Ouest se débrouiller seuls contre un ennemi qu'ils ne connaissent pas et contre lequel ils ont peu de moyens de se défendre», insiste-t-elle. Canada: 1er exercice pour se préparer à une éclosion d'Ebola | Virus Ebola.

Une équipe d'intervention rapide du gouvernement a été déployée d'Ottawa à Halifax, a expliqué la ministre fédérale de la Santé, Rona Ambrose, dans un communiqué. Des responsables fédéraux, provinciaux et locaux de la santé publique ont participé à la simulation. Transports Canada a aussi mis à la disposition des membres du groupe quatre aéronefs pour transporter des personnes et de l'équipement si nécessaire. Un exercice plus modeste avait déjà été exécuté à Ottawa, vendredi, au cours duquel les autorités avaient observé la rapidité avec laquelle les équipes pouvaient se rassembler avec l'équipement requis. Si le Canada devait assister à une éclosion du virus sur son territoire, un des groupes d'intervention se rendrait dans la province concernée pour travailler avec les autorités provinciales et locales de santé. Le Canada a constitué cinq équipes d'intervention rapide, qui comptent chacune sept experts de divers milieux.