Épistémologie

Facebook Twitter
Histoire : Épistémologie Histoire : Épistémologie Histoire : Épistémologie [lundi 02 avril 2012 - 15:00] Comment écrire le passé, ou sur le passé ? À quelles conditions ? Sous quelles formes et avec quelles limites ?
15 : Pistes & débats : L’historiographie des deux côtés de la Méditerranée À l’hiver 2011, le monde arabe s’est remis en marche à l’initiative de Le vent de liberté qui souffle sur la région nous invite en conséquence à réinterroger l’histoire d’une région qui est devenue, au fil des décennies, un des parents pauvres de la recherche scientifique française, et plus encore européenne. À vrai dire, nombreuses sont les régions du monde sur lesquelles notre recherche est peu au fait des réalités contemporaines. 15 : Pistes & débats : L’historiographie des deux côtés de la Méditerranée
« Unité, dualité, multiplicité. Vers une histoire à la fois globale et plurielle »
L'oubli épistémologique: les ancrages du savoir dans l'histoire culturelle
Frédéric Abécassis Ce livre trouve son origine dans un séminaire, tenu en 2000-2002 à l’Institut d’histoire du temps présent et au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. La complicité des trois historiens qui l’ont impulsé et leur complémentarité — ils ont déjà à leur actif plusieurs publications communes — relève de l’implicite : c’est au lecteur qu’ils ont laissé la tâche de reconstituer la logique de l’organisation d’un ouvrage un peu difficile d’accès, rapidement ouvert par un avant-propos qui reste trop allusif pour le lecteur profane. Mais l’absence de points d’appui à la lecture n’est en rien un défaut d’implication ni même de construction : chacun des trois auteurs livre un texte personnel dans les trois premières parties de l’ouvrage. Frédéric Abécassis • Régimes d’historicité, panacée contre les Frédéric Abécassis • Régimes d’historicité, panacée contre les
Gustave Glotz • ‘Leçon d’ouverture au cours d’histoire grecque d Voir la présentation de Laurent Mucchielli « 1907 : la leçon d’histoire comparée de Gustave Glotz » sur EspacesTemps.net. Messieurs, Faut-il donc réduire le rôle de l’histoire à celui d’une simple discipline ? Doit-elle se borner à être un instrument de culture intellectuelle ? Il est certain qu’il n’en existe pas de plus efficace pour guérir les hommes de la crédulité, pour montrer que la crainte des transformations est un sentiment à la fois déraisonnable et vain, par conséquent dangereux, pour apprendre à discerner les différences réelles dans les similitudes trompeuses, comme aussi l’identité profonde des phénomènes les plus divers en apparence. Gustave Glotz • ‘Leçon d’ouverture au cours d’histoire grecque d
Laurent Mucchielli • 1907 : la leçon d’histoire comparée de Gust Laurent Mucchielli • 1907 : la leçon d’histoire comparée de Gust Laurent Mucchielli Le texte de la leçon. La réussite de l’École des Annales, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, s’est accompagnée d’un discours de rupture fondateur : celui qu’avant les années 1920, sauf quelques lointains précurseurs marginaux dans l’institution, l’histoire se réduisait à cette érudition « positiviste », ces récits de vie des chefs d’État, ces lois et ces batailles, cette histoire historisante refusant toute généralisation. Or c’est là pour partie un mythe scientifique1. S’ils n’étaient pas encore dominants dans leur discipline, les historiens aux ambitions plus vastes existaient et n’étaient pas marginalisés pour autant, Gustave Glotz en est un bon exemple. Une brillante carrière aux débuts de la 3e République.
Réactions d'un politiste sur le livre l'état de
Un peu d'épistémologie de la géographie... - Le blog de Olivier Cinq essais d’épistémologie et cinq approches de la géographie, parfois divergentes, souvent complémentaires : petite fiche de lecture. 1) Eléments d’épistémologie de la géographie d’Antoine Bailly et Robert Ferras, Colin, 2ème édition, 2004. La géographie n’est pas la science de l’espace, mais celle des représentations de l’espace et des pratiques qui en résultent. Par conséquent, la géographie est : Un peu d'épistémologie de la géographie... - Le blog de Olivier
Le territoire de l'historien, l'histoire des A
Combats pour l'histoire
« Cette fois, il n’était pas question de récrire ».Fernand BRAUDEL, Écrits sur l’histoire, 1969. « C’est la marque de la plus grande superficialité que de trouver en toute chose du mal et ne rien voir du bien positif qui s’y trouve. L’âge rend en général plus clément ; la jeunesse est toujours mécontente ».HEGEL, La Raison dans l’histoire, 1830. Comment on récrit l’histoire. Les usages du temps dans les Écrit Comment on récrit l’histoire. Les usages du temps dans les Écrit
Sciences sociales et temps : Fernand Braudel et la longue duree.
Braudel = La Longue, l'Inépuisable Durée Des Civilisations russe, que certains intitulent, pour l'élargir encore, la civilisation orthodoxe orientale. Je ne crois pas davantage, pour les civilisations s'entend, à desruptures ou à des catastrophes sociales qui seraient irrémédiables. Donc, nedisons pas trop vite, ou trop catégoriquement, comme Charles Seignobos lesoutenait un jour (1938) dans une discussion amicale avec l'auteur de ceslignes, qu'il n'y a pas de civilisation française sans une bourgeoisie, ce queJean Cocteau traduit à sa façon: "La bourgeoisie est la plus grande souchede France... Il y a une maison, une lampe, une soupe, du feu, du vin, despipes, derrière toute oeuvre importante de chez nous." Braudel = La Longue, l'Inépuisable Durée Des Civilisations
Prigogine

lettre FMSH octobre 2009-janvier 2010 - Braudel et Lévi-Strauss,
Les relations entre histoire et théorie
Ouvrir les sciences sociales
Imaginaires nationaux. Origines, usages, figuresGenèse d’un imaginaire national AuteurAndré Burguière du même auteur L'historiographie des origines de la France L'historiographie des origines de la France
Hermann Broch, on commence sans doute à le savoir, est l’un des plus grands écrivains de ce siècle. Les titres de certains de ses romans, Les somnambules, Les irresponsables, La mort de Virgile, sont dans toutes les mémoires. Sa servante Zerline a fait le tour du monde. On sait moins que Broch est aussi un penseur politique, un philosophe de l’histoire, particulièrement attentif aux phénomènes de la massification des sociétés démocratiques. En 1940, Broch est en exil aux États-Unis. Il a réussi, non sans risques et sans mal, à quitter deux ans plus tôt l’Autriche nazifiée par l’Anschluss. Le travail de l'histoire Le travail de l'histoire
Le témoin et l'historien
anthropologie du présent
Jacques Rancière - À propos de « Les noms de l’histoire » [wi La Poétique du savoir Ce texte a été écrit à partir d’un entretien réalisé à l’occasion de la publication du livre de Jacques Rancière “Les noms de l’histoire” en 1992. Il a été publié dans le numéro 11&12 de la revue “La main de singe” en 1994. http://multitudes.samizdat.net/La-poetique-du-savoir “ Ne cherchons pas d’excuses trop circonstanciées au retard avec lequel paraÎt notre annonce : pour qui a lu le livre, ce retard est sans conséquence… il ne s’agira en l’occurrence que de compléter un jugement par un autre ; quant à celui qui ne l’a pas lu, il n’aura qu’à se féliciter d’être à présent convié, et même contraint, à le lire. ” (Extrait de la préface de Jean Paul à Fantaisies de ETA HOFFMAN Edition Presses pocket) Ce terme est d’abord un refus de certaines notions.
Philippe Lacour « L’écriture de l’histoire est donc simultanément du côté du pensé et du vécu, parce qu’elle est la pensée d’un vécu. C’est pourquoi la question de l’écriture de l’histoire est d’ordre épistémologique et non point littéraire. » Philippe Lacour • Le concept d' histoire dans la philosophie de
Recensé : Paul Boghossian, La Peur du savoir. Sur le relativisme et le constructivisme de la connaissance, traduit par Ophelia Deroy, préface et annexes de Jean-Jacques Rosat. Marseille, Agone, coll. "Banc d’essais", 2009, 193 p. Exceptés quelques coups d’éclats symboliques qui, telle l’affaire Sokal, dénonçaient en pratique une option épistémologique dont les arguments restaient largement à l’abri d’une critique rigoureuse, aucune réfutation systématique du relativisme n’avait été proposée jusqu’ici. C’est cette lacune que propose de combler Paul Boghossian, philosophe de la connaissance, du langage et de l’esprit, qui a occupé la chaire de philosophie de l’université de New York de 1994 à 2004 et dont les travaux s’inscrivent clairement dans la lignée de ceux de Frege. La querelle du relativisme - La vie des idées
Recensé : André Charrak, Empirisme et théorie de la connaissance, Paris, Vrin, Bibliothèque d’histoire de la Philosophie, Novembre 2009, 176 p. , 18 euros. L’ouvrage qu’André Charrak fait paraître aux éditions Vrin constitue le troisième volet d’un triptyque, le volet central et conclusif, encadré d’un côté par une étude monographique, Empirisme et métaphysique, de l’autre par le traitement comparatif d’un problème exemplaire, Contingence et nécessité des lois de la nature [1]. S’il ne s’agissait que d’exercices de style, André Charrak aurait démontré là qu’il excelle dans l’application de trois méthodes : le commentaire structural, l’histoire des idées, l’histoire des systèmes de pensée. Il importera peu ici d’établir que l’auteur alterne en réalité les trois méthodes dans chacun de ses ouvrages – ce serait du coup les réduire à de purs exercices de virtuosité. L’empirisme : ses voies et ses méthodes - La vie des idées
De l’interdisciplinaire comme paradigme
Sciences sociales et histoire
Penser les humains ensemble.
Recherches préparatoires à une histoire de l’épistémologie des s
Laurent Mucchielli, Mythes et histoire des sciences humaines
La démocratie sans territoire? Habermas, Raw
Un Lavisse 2009 ? - La vie des idées
Lespace à trois dimensions des phénomènes sociaux