background preloader

Naomi Klein

Facebook Twitter

Naomi Klein & Joseph Stiglitz. Bio Hernando de Soto.

Naomi Klein & Joseph Stiglitz

Naomi Klein: Addicted to risk. America's Teacher. The Shock Doctrine author interviews Michael Moore on the roots of the economic crisis and the promise and peril of this political moment.

America's Teacher

About the Author Naomi Klein Naomi Klein is an award-winning journalist, syndicated columnist, fellow at The Nation Institute and author of the... Also by the Author Some of big green's most powerful players still invest in energy companies. Some mainstream environmental organizations are trying to wean themselves from fossil fuel investments—but some aren’t. Corporate Greed In the Crosshairs: Naomi Klein, 'No Logo' Naomi Klein nous parle de rareté et d’abondance. Je viens de tomber sur ce bout du discours de Naomi Klein qu’elle a fait à Wall street dans le mouvement Occupy Wall street Nous savons tous, ou du moins nous sentons que le monde est à l’envers : nous agissons comme s’il n’y avait pas de limites à ce qui, en réalité, n’est pas renouvelable – les combustibles fossiles et l’espace atmosphérique pour absorber leurs émissions.

Naomi Klein nous parle de rareté et d’abondance

Et nous agissons comme s’il y avait des limites strictes et inflexibles à ce qui, en réalité, est abondant – les ressources financières pour construire la société dont nous avons besoin. La tâche de notre époque est de renverser cette situation et de contester cette pénurie artificielle. D’insister sur le fait que nous pouvons nous permettre de construire une société décente et ouverte, tout en respectant les limites réelles de la Terre. (…) Considérons ce beau mouvement comme s’il était la chose la plus importante au monde. Parce qu’il l’est. Abondance, rareté, à nous d’inverser les croyances! Democracy Now! Naomi Klein : « Le mouvement Occupons Wall Street est actuellement la chose la plus importante au monde » - Mobilisations.

J’ai été honorée d’être invitée à parler [le 29 septembre] devant les manifestants d’Occupons Wall Street.

Naomi Klein : « Le mouvement Occupons Wall Street est actuellement la chose la plus importante au monde » - Mobilisations

La sonorisation ayant été (honteusement) interdite, tout ce que je disais devait être répété par des centaines de personnes, pour que tous entendent (un système de « microphone humain »). Ce que j’ai dit sur la place de la Liberté a donc été très court. Voici la version longue de ce discours [publiée initialement en anglais dans Occupy Wall Street Journal]. Je vous aime. Et je ne dis pas cela pour que des centaines d’entre vous me répondent en criant « je vous aime ». Hier, un des orateurs du rassemblement syndical a déclaré : « Nous nous sommes trouvés. » Ce sentiment saisit bien la beauté de ce qui se crée ici. S’il y a une chose que je sais, c’est que les 1 % [les plus riches] aiment les crises. Et une seule chose peut bloquer cette stratégie. Ce slogan est né en Italie en 2008. . « Pourquoi protestent-ils ? Mais il y a aussi de grandes différences. NAOMI KLEIN ET LA CRISE FINANCIÈRE - L’INTÉGRAL.

Nous avons pu rencontrer Naomi Klein, cette journaliste et écrivaine canadienne, auteure du livre “No Logo”, et plus récemment de “ la stratégie du choc ” (2007, Actes Sud). Alors que la crise financière s’installe dans le monde entier, il nous a semblé utile d’entendre cette spécialiste du “capitalisme du désastre”. “ La stratégie du choc” à l’œuvre pendant la crise financière “La règle du néolibéralisme n’est pas le libre-marché, la règle c’est l’intérêt des multinationales” Dans cette première partie, Naomi Klein nous rappelle la stratégie de l’idéologie “néo-libérale”: profiter des crises pour installer un peu plus le système du “laissez-faire”. Un système qui fonctionne sur les bulles spéculatives et le secours de l’Etat en cas de problème. Obama's Big Silence: The Race Question.

Published in The Guardian Americans began the summer still celebrating the dawn of a "post-racial" era.

Obama's Big Silence: The Race Question

They are ending it under no such illusion. The summer of 2009 was all about race, beginning with Republican claims that Sonia Sotomayor, Barack Obama's nominee to the US Supreme Court, was "racist" against whites. Naomi Klein: Disaster Capitalism. No Logo. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

No Logo

No Logo : la tyrannie des marques (No Logo: Taking Aim at the Brand Bullies) est un livre de la journaliste canadienne Naomi Klein, paru en janvier 2000. C'est un livre de référence de l'altermondialisme. Sujet[modifier | modifier le code] À travers quatre parties intitulées Zéro espace, Zéro choix, Zéro boulot et Zéro logo, Naomi Klein dresse un état des lieux de la société de consommation. Elle essaie d'expliquer (selon ses propres mots dans l'introduction du livre) pourquoi des mouvements comme Antipub, Fête de rue et tous ces groupes militants faisant partie du mouvement altermondialiste ont pris une telle ampleur en si peu de temps dans les années 1990-2000. D'une manière plus générale, Naomi Klein tente dans ce livre de dresser un bilan sur la tournure que prend la mondialisation économique, sur le pouvoir grandissant des multinationales, et par conséquent du mouvement de résistance à ces grandes compagnies. Portail de l’altermondialisme. No Logo - La tyrannie des marques.

Naomi Klein. Naomi Klein: Real Change Depends on Stopping the Bailout Profite. To understand the meaning of the U.S. election results, it is worth looking back to the moment when everything changed for the Obama campaign.

Naomi Klein: Real Change Depends on Stopping the Bailout Profite

It was, without question, the moment when the economic crisis hit Wall Street. Up to that point, things weren't looking all that good for Barack Obama. The Democratic National Convention barely delivered a bump, while the appointment of Sarah Palin seemed to have shifted the momentum decisively over to John McCain. Then, Fannie Mae and Freddie Mac failed, followed by insurance giant AIG, then Lehman Brothers.

It was in this moment of economic vertigo that Obama found a new language. "Suivre la naissance d'un nouveau modèle économique" L'auteur de No Logo refait parler d'elle avec, cette fois, un documentaire : The Take.

"Suivre la naissance d'un nouveau modèle économique"

Le film, tourné en Argentine, se penche sur le phenomène des entreprises autogérées par les salariés . Auteur en 1999 du best-seller international No logo : la tyrannie des marques, Naomi Klein revient sur le devant de la scène avec, cette fois-ci, un film : "The Take". Au travers de ce documentaire, qui sortira en salles le 27 avril prochain, la journaliste canadienne se penche sur une conséquence méconnue de la crise économique et financière dont a été victime l'Argentine en 2001. Après la fuite des capitaux, des milliers d'entreprises argentines se sont retrouvés sur le carreau, abandonnées par leurs dirigeants.

Certains salariés ont alors décidé de se fédérer pour relancer eux-mêmes ces entreprises, pilotées selon un principe de démocratie directe. N.Klein: la COP-15 au détecteur de mensonges. Naomi Klein. Published in The Daily Beast Our inboxes runneth over with congratulations from American friends.

Naomi Klein

Naomi Klein - Wiki. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Naomi Klein - Wiki

Pour les articles homonymes, voir Klein. Naomi Klein (née le 8 mai 1970 à Montréal) est une journaliste canadienne, auteur, cinéaste et militante altermondialiste. Biographie[modifier | modifier le code] L'histoire familiale de Naomi Klein est teintée de militantisme politique. Ses grands-parents étaient des marxistes américains actifs dans les années 1930 et 1940. Ses parents ont émigré au Canada en protestation contre la guerre du Viêt Nam[2]. Bio by The Nation. Naomi Klein. Naomi Klein. Shock Doctrine. Naomi Klein La Stratégie Du Choc 1/5.

Shock Doctrine and the new new left. The marquee outside the Bloor Cinema, in Toronto, advertised “The Last Mistress” at four, “Naomi Klein—the Shock Doctrine” at seven, and “Little Shop of Horrors” at nine-thirty. It was a warmish night. The falafel shop next door was doing a brisk business. A line of people holding tickets to the Naomi Klein event stretched to the end of the block and around the corner. Outside the entrance to the cinema, a middle-aged man and an elderly woman paced up and down selling copies of Socialist Action for a dollar. (The September issue included articles about capitalism’s contradictions, class war in Bolivia, and a commentary by Mumia Abu-Jamal—a regular feature.)

“We apologize for starting late, but it’s typical activist time, so I’m sure you’re used to it,” a young woman organizer said from the stage. La stratégie du choc  Dans un essai percutant, Naomi Klein raconte la mise en place d’un « capitalisme du désastre » dès lors qu’un état est fragilisé par un choc majeur tel qu’une catastrophe naturelle, un attentat ou un coup d’état. J’avais le pavé à portée de la main depuis plusieurs mois, prêté par un ami qui n’arrêtait pas de me demander si je l’avais lu. Aujourd’hui, c’est fait et j’ai pris une bonne grosse claque, comme lorsque j’avais lu Les guerres scélérates, il y a quelques années. Il y a d’ailleurs de nombreux points communs entre ces deux essais, dans la dénonciation du rôle joué par l’administration américaine et la CIA pour déstabiliser des régimes démocratiquement élus, et permettre le développement d’une économie ultra-libérale, au détriment de la sphère publique… L’essai commence par s’intéresser aux recherches menées par Donald Ewen Cameron sur les traitements par électrochocs et le lavage de cerveau, financées par la CIA dans les années 50-60.

Milton Friedman ¡No pasarán! Y'a rien là ?!