background preloader

Noob20

Facebook Twitter

Bases de données XML : principes. Quelles sont les solutions pour mémoriser les données XML ? Deux grandes familles de solutions sont envisageables : soit les données sont transformées (divers degrés de transformation sont possibles) et mémorisées avec un SGBD relationnel, soit elles sont intégrées directement en XML. Le schéma ci-dessous illustre ces deux familles. La difficulté principale de la première solution est la mise en place de la partie "Middleware".

Nous allons évoquer cette solution dans la section 2. Les bases de données XML seront, quand à elles, évoquées dans la section 3. 2 Bases de données relationnelles et XML 2.1 Utilisation d'un base de donnée relationnelle "pure". L'hypothèse de départ est la suivante : comment mémoriser des flux XML dans une base de données relationnelles ? Pour illustrer cette première approche, prenons l'exemple fil-rouge sur la votation. Dans cet exemple, les propriétés précédées de '#' et en police italique sont des clés étrangères. 2.3 A propos du mapping Relationnel/XML <? <? <? XML et Bases de Données. Le point sur XML. Si vous n'en avez rien à faire des règles de syntaxe de XML, passez à la section suivante. Sinon, suivez le guide : je vais vous "apprendre" XML ! Les règles de base Tout d'abord, sachez que XML ressemble par certains points à XHtml. Normal, XHtml est du XML (mais nous y reviendrons plus tard).

En effet, XML est un langage de balisage : une balise commence par le signe < et se termine par >. Une balise peut contenir du texte, d'autres balises, les deux ou rien. <balise><superbalise>Du texte</superbalise> et encore du texte</balise> Les balises ne doivent pas se chevaucher. <balise1><balise2>Du texte</balise1></balise2> Lorsqu'il n'y a pas de texte entre deux balises, on peut écrire une forme raccourcie : devient Les éléments peuvent porter des attributs (trop cool ), délimités par des " ou des ' : En général, on utilise les guillemets doubles ". C'est bien beau tout ça, mais si j'ai un attribut nom dedans, je fais comment ? Et bien si ! Plus de problème avec O'Neill donc <balise2>Du texte</balise2>

Introducing XML, its history, what it is, its significance. The XML buzzword is on everyone’s lips, but pinning down what it is really about can be hard. In this feature, Tim Anderson explains XML and why it matters. Adapted from an article first published in Personal Computer World. XML is hugely important. Dr Charles Goldfarb, who was personally involved in its invention, claims it to be “the holy grail of computing, solving the problem of universal data interchange between dissimilar systems.”

How it all began In the 1970’s, three guys at IBM (the aforementioned Charles Goldfarb, along with Ed Mosher and Ray Lorie) invented GML, a way of marking up technical documents with structural tags. Although it took off like wildfire, HTML is where things began to go horribly wrong. In a nutshell, HTML is too limited and terminally polluted, while SGML itself is reckoned to be too complex for mortals to implement. The Microsoft factor In the mid 1990s Sun Microsystems introduced Java, with the ability to applications securely on any supported platform.

A Brief History of XML | Chris Collins. Evolution of XML Extensible Markup Languages (XML) history begins with the development of Standardised Generalised Markup Language (SGML) by Charles Goldfarb, along with Ed Mosher and Ray Lorie in the 1970s while working at IBM (Anderson, 2004). SGML despite the name is not a mark-up language in it’s own right, but is a language used to specify mark-up languages. The purpose of SGML was to create vocabularies which could be used to mark up documents with structural tags. It was imagined at the time, that certain machine readable documents should remain machine readable for perhaps decades. One of the most popular applications of SGML came with the development of HyperText Markup Language (HTML) by Tim Berners Lee in the late 1980s (Raggett, Lam, Alexander & Kmiec, 1998). When it comes to data storage and interchange, HTML is a bad fit, as it was originally intended as a presentation technology, while SGML is considered too complex for general use.

Applications of XML XML Structure. Présentation Base de Donnée XML (BTS SIO PROJET) Le Match : choisir XML ou une base de données ? découvrez la réponse surprenante. Modèle relationnel. Wikipédia a besoin de vous Chers lecteurs du Canada, vous utilisez souvent Wikipédia, c'est formidable ! C’est un peu gênant, mais ce mardi, nous avons besoin de vous.

Si vous avez déjà fait un don, nous vous en remercions sincèrement. Nous ne sommes pas des vendeurs, nous dépendons de dons de $15 en moyenne, mais moins de 2% de nos lecteurs contribuent. Si ce mardi vous faites un don de $2,75, ou le prix d’un café, Wikipédia continuera à prospérer. Merci. Merci ! Le modèle relationnel est une manière de modéliser les relations existantes entre plusieurs informations, et de les ordonner entre elles. Brève description[modifier | modifier le code] On appelle « relation » un ensemble d'attributs qui caractérisent une proposition ou une combinaison de propositions comme "un employé a un matricule, il a un nom, il a un employeur". Opérateurs relationnels[modifier | modifier le code] Selon E. L'opérateur de projection (unaire) permet de réduire le nombre d'attributs retenus dans la sélection.

Modèle de données. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ce terme modèle de données peut avoir deux significations : Un modèle de données théorique, i.e. une description formelle ou un modèle mathématique. Voir aussi modèle de base de donnéesUn modèle de données instance, i.e. qui applique un modèle de données théorique (modélisation des données) pour créer un modèle de données instance. Voir infra. Modèle de données théorique[modifier | modifier le code] Composantes[modifier | modifier le code] En général, un modèle de données théorique décrit ce qui suit : Structure de donnée : définit comment les données sont organisées (hiérarchique, réseau, relationnel, orienté objet).Intégrité des données : fournit un langage ou des règles implicites pour la maintenance de l'intégrité des données dans le modèle de données instance.Manipulation des données : fournit un langage pour créer, mettre à jour et supprimer les données.Recherche de données : fournit un langage pour chercher les données.

Bases de données XML : principes. XML et les bases de données. Table des matières 1.0 Introduction 2.0 XML est-il une base de données ? 3.0 Pourquoi utiliser une base de données ? 1.0 Introduction Cet article propose une vue d'ensemble de haut niveau sur la manière d'utiliser XML avec des bases de données. 2.0 XML est-il une base de données ? Avant de commencer à parler de XML et des bases de données, nous devons répondre à une question que beaucoup de monde se pose : « XML est-il une base de données ? Un document XML peut être considéré comme une base de donnés uniquement au sens le plus strict de l’expression. Une question plus intéressante consiste à se demander si XML et les technologies qui lui sont associées constituent une "base de données" dans un sens plus large, c’est-à-dire au sens d’un système de gestion de base de données (SGBD).

Un fichier .ini -- c’est-à-dire un fichier contenant les informations de configuration d’une application -- constitue un bon exemple de type de "base de données" pour lequel un document XML est approprié. <? <? Base de données. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Permet de stocker la totalité des informations relatives à une activité. Une base de données (en anglais : database) est un conteneur informatique permettant de stocker — le plus souvent dans un même lieu — l'intégralité des informations en rapport avec une activité. Une base de données permet de stocker et de retrouver un ensemble d'informations de plusieurs natures ainsi que les liens qui existent entre les différentes informations[1],[2].

Dans la très grande majorité des cas, le terme de base de données est utilisé pour base de données fortement structurée(s). Une base de données est la pièce centrale des dispositifs informatiques qui servent à la collecte, le stockage, le travail et l'utilisation d'informations. Le dispositif comporte un système de gestion de base de données (abr. SGBD) : un logiciel moteur qui manipule la base de données et dirige l'accès à son contenu.

Description[modifier | modifier le code] modèle de données entité nul. Extensible Markup Language. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Extensible Markup Language (XML[note 1], « langage à balise extensible » en français) est un langage informatique de balisage générique qui dérive du SGML. Cette syntaxe est dite « extensible » car elle permet de définir différents espaces de noms, c'est-à-dire des langages avec chacun leur vocabulaire et leur grammaire, comme XHTML, XSLT, RSS, SVG… Elle est reconnaissable par son usage des chevrons (< >) encadrant les balises. L'objectif initial est de faciliter l'échange automatisé de contenus complexes (arbres, texte riche…) entre systèmes d'informations hétérogènes (interopérabilité).

Avec ses outils et langages associés, une application XML respecte généralement certains principes : la structure d'un document XML est définie et validable par un schéma ;un document XML est entièrement transformable dans un autre document XML. Historique[modifier | modifier le code] XML et SGML[modifier | modifier le code] <? <! ÐÏ à¡± á > þÿ ! <? Répétable <!

Cours3. Slxmlbd. Base XML native. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une base de données XML Native (NXD en anglais) est une base de données qui s'appuie sur le modèle de données fourni par XML. Elle utilise typiquement des langages de requête XML comme XPath ou XQuery. L'indexation dans une base de données XML nécessite d'indexer non seulement le contenu des éléments mais aussi la structure, les relations entre éléments pour que des requêtes XPath comme /foo/bar utilisent l'index.

BaseX. Open Source, XQuery Update et Full TextDB-XML (Sleepycat). Voir aussi un bon article de XML.com.eXistIXIASOFT TEXTML Server, XPath, Full Text et voûte documentaireMarkLogic MarkLogic, XQuery et Full TextQizxxDB EMC², XQuery Update et Full TextXindiceOracle Berkeley DB XML. Bases de données XML : principes.