background preloader

Les catholiques et les études de genre

Facebook Twitter

Théorie du genre : quiproquos chez les cathos. Etudes, théories, et politiques du genre. Les catholiques ont raté la première marche de leur lutte contre le gender, celle de la compréhension du problème posé. Le problème n’est pas celui du corps, ou de la différence sexuelle. Ce n’est donc pas une resucée du problème, d’ailleurs rarement posé par les grands philosophes[1], du dualisme âme/corps, dans lequel le « djendeur » jouerait le rôle du pur spiritualisme, évacuant le corps pour la seule représentation de soi. Si j’ai bien compris les quelques lectures que j’ai faites de Butler et Wittig, et les différents topos que j’ai eu à un atelier de réflexion sur le sujet, le problème est bien plutôt celui des catégories qui prédéterminent l’expérience sociale. C’est un problème un peu plus compliqué, qui se pose en gros de cette façon : toutes les catégories de populations sont-elles visibles de la même façon ?

Quel type de regard porte-t-on sur les hommes, les femmes, homos, hétéros, etc. ? Une chose m’interroge : qui a introduit cette rhétorique anti-djendeur ? WordPress: La caricature, genre du moment. “Théorie du genre ! Idéologie diabolique” crient les uns, “théorie du complot ! Obscurantisme !” Rétorquent les autres. De toutes part, l’outrance et la caricature font florès. Fikmonskov a bien raison de rembarrer ainsi les “anti-genre” : “nous nous sommes enfermés dans un refus catégorique, qui nous oblige à nous réjouir de ce qu’un maire offre des cartables roses aux filles et bleus aux garçons, juste parce que ça fait hurler les féministes. Le sujet est sensible, au point qu’il est devenu difficile d’écrire sur ce sujet sans entamer l’article par quelque chose comme “oui, il existe des études très intéressantes analysant les rôles sociaux que jouent femmes et hommes etc.”. M’abstenant de ces précautions d’usage, je voudrais souligner quelques points qui me posent difficulté dans le concept de genre. il faut d’abord dire que, même pour qui fait l’effort de s’y pencher, le contenu des études de genre est loin d’être limpide.

Dans le journal du CNRS, du prêt-à-penser pour un public bac+10. Aleteia - Un article qui redevient d'actualité... Pour ceux qui... Ne nous trompons pas de peur. Je suis las des débats sur le genre. Néanmoins, je m’y colle encore une fois. Je suis parti d’un billet rédigé par M. François-Xavier Bellamy, adjoint au maire de Versailles, ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé de philosophie, billet qui m’a un peu agacé – déçu, surtout, j’attendais mieux – et m’a donné le carburant nécessaire pour écrire ce texte entre minuit et deux heures du matin.

Oui, le concept de genre existe. Non, ce n’est pas une théorie. Non, le concept de genre ne fait pas des différences biologiques des détails insignifiants. (Il serait bon, tant que nous y sommes, de ne pas confondre déconstruction et destruction : Derrida et Butler, entre autres, insistent sur ce point à plusieurs reprises.

Il y a une différence des sexes, personne ne le nie. Que tous les membres du gouvernement n’aient pas une parfaite maîtrise des questions de genre, c’est certain. 1. 2. 3. 4. Like this: J'aime chargement… La Croix Mobile. Microsoft Word - CLER - Conseil scientifique - La controverse du GENDER sans Biblio - 10 nov 2011.doc - CLER - Conseil scientifique - La controverse du GENDER avec note - 10 nov 2011.pdf. Les "catholiques modérés" face aux études de genre: tentatives de réponse à leurs objections (1)

Depuis les polémiques sur les manuels de SVT en 2011, la mise en cause des études de genre a été de plus en plus fréquente sur les réseaux cathos, et est particulièrement présente depuis le début de la polémique sur la mariage gay. Ainsi on voit circuler en boucle un documentaire norvégien dont on soutient qu'il aurait conduit le gouvernement de ce pays à bannir les études de genre (ce qui est faux), le site d'un "observatoire de la théorie du genre", ou encore une page facebook qui sous-entend un lien entre la genèse des études de genre et des tentatives de légitimation de la pédophilie.

En réaction, certains blogueurs catholiques tentent de défendre ces études de genre, et combattre ce qui leur parait être des caricatures et des contre-sens, ainsi Anthony Favier, Baroque et fatigué, ou, à un niveau beaucoup plus débutant, moi-même. L'objet de cette série de billets est de parcourir ces objections "modérées" aux études sur le genre, afin de tenter d'y répondre. Toujours selon le CLER: Mariage homosexuel, homoparentalité et adoption : Ce que l'on oublie souvent de dire. Essai de Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France. Un grand nombre de nos concitoyens ne perçoit dans la revendication du mariagehomosexuel qu’une étape supplémentaire de la lutte démocratique contre l’injustice etles discriminations, dans la continuité de celle engagée contre le racisme.

C’est nalement au nom de l’égalité, de l’ouverture d’esprit, de la modernité et de labien-pensance dominante qu’il nous est demandé d’accepter la mise en cause de l’un desfondements de notre société. Et d’ailleurs, sondages à l’appui, cette mise en cause serait déjàacceptable par une majorité de nos concitoyens et son inscription dans la Loi n’appellerait, dece fait, aucun débat à la mesure des enjeux. Je pense, au contraire, qu’il est de la plus haute importance d’expliciter les véritablesenjeux liés à la négation de la différence sexuelle et de débattre publiquement sur cesbases Je m’exprime en qualité de Rabbin, et plus particulièrement de Grand Rabbin de France. Mgr Tomasi à l’ONU : le Saint-Siège préoccupé par la théorie du genre.

Untitled. Diocèse de Rennes. Mgr d’Ornellas annonce la création du groupe de travail Revenant sur la lettre de protestation de 80 députés, Mgr d’Ornellas encourage les politiques à s’exprimer selon leur conscience et leurs convictions, mais refuse de se prononcer sur le courrier lui-même. Le responsable du groupe de travail sur la bioéthique a rejoint une initiative du secrétariat général de l’Enseignement catholique en créant ce nouveau groupe qui réunira « des enseignants, des scientifiques, des théologiens, des représentants d’organismes intervenant dans le domaine de l’éducation sexuelle auprès des élèves. » Basé à Rennes, ce groupe aura pourtant une mission nationale. L’objectif est de démêler le scientifique de l’idéologique, pour aboutir à des conseils pédagogiques qui seront partagés entre autre sur un site Internet, accessible aux enseignants.

Jean-Loup Leber présente la démarche commune de l’Enseignement catholique et des évêques de France Jean-Loup Leber : (...) ÉCOUTER L’ÉMISSION après sa diffusion) Les évêques troublés par le genre ? (Anne-Marie de la Haye) Une sympathisante nous communique sa lettre aux évêques dont nous reproduisons de larges extraits. Au sein de notre association, son analyse rencontre le sentiment de certain-e-s tandis qu’elle n’apparaît pas assez radicale à d’autres (notamment quand elle affirme que les significations du masculin et du féminin sont issues de l’anatomie). Nous la publions au titre de contribution à la compréhension des enjeux de la controverse sur le concept de genre.

Extraits de la « Lettre ouverte à nos Pères, Évêques de France » d’Anne-Marie de la Haye, le 28 septembre 2011. Chers Pères, Les recherches sur le genre datent de plus de quarante ans. Elles ne sont pas exclusivement américaines (le seraient-elles que cela ne diminuerait en rien leur intérêt), et conserver le terme anglais gender laisse entendre que les chercheurs français ne s’y sont pas engagés, ce qui est faux. Le genre ? La critique de la notion de genre porte immédiatement sur l’éventualité de « choix alternatifs de sexualité ».

Théorie du genre ou Roms : Quel rôle pour l’Eglise ? (I) Par Mgr Tony Anatrella | 3767 clics ROME, Lundi 30 août 2010 (ZENIT.org) - « Ne va-t-on pas reprocher à l'Église, comme au sujet du débat sur les Roms en France, d'intervenir dans le champ politique ? Est-elle vraiment dans son rôle ? » : Mgr Tony Anatrella répond à cette question dans cet entretien quue nous diffusons en plusieurs volets, à propos de l'encyclique sociale de Benoît XVI « Caritas in veritate » et de la théorie du « genre ». Un sujet que Mgr Anatrella a traité en juillet dernier dans une conférence donnée aux évêques du continent africain au cours de la 15e Assemblée générale du SCEAM à Accra, au Ghana. Mgr Tony Anatrella est psychanalyste et spécialiste en psychiatrie sociale. Consulteur du Conseil pontifical pour la famille et du Conseil pontifical pour la santé, membre de la Commission internationale d'enquête sur Medjugorje auprès de la Congrégation pour la doctrine de la foi, il consulte et enseigne à Paris à l'IPC et au Collège des Bernardins.

(à suivre) Les rapports hommes-femmes ont évolué au sein du catholicisme (conférence d’A. Favier) Conférence le jeudi 7 juin 2012 pour FHEDLES Anthony Favier La théorie du genre n’existe pas… du moins, c’est le titre d’un entretien que j’ai réalisé pour Témoignage Chrétien (n°3483, mars 2012) et qui exprime bien mon opinion actuellement. Opinion qui s’est forgée depuis qu’a éclaté l’année dernière une polémique autour de l’introduction dans le programme de Sciences et Vie de la Terre d’une nouvelle partie intitulée « Masculin/Féminin » ainsi que la parution de nouveaux manuels qui y correspondent. La théorie du genre est plutôt le label péjoratif utilisé par ses détracteurs qui présentent une grande variété de travaux, d’options théoriques, pas toujours concordantes entre elles et de différentes valeurs, sous une étiquette négative et surtout sous l’aspect d’une idéologie.

Cela repose finalement sur une intuition assez ancienne de l’anthropologie : il est difficile de naturaliser le comportement des hommes et des femmes de manière universelle. Gleason_Identifying_identity_-_a_semantic_history.pdf (Objet application/pdf) Questions de genre. Sur Internet et ailleurs, un certain nombre de personnes et d’organisations liées à l’Église catholique se sont récemment émues des nouveaux programmes de sciences de la vie et de la terre en classe de première L et ES, qui feraient, nous assure-t-on, la part belle à la théorie dite du genre. Une pétition lancée par les Associations familiales catholiques circule.

Je commencerai par dire qu’à plusieurs titres – en tant que chrétien, en tant que libéral – il me paraît aberrant que des programmes scolaires soient définis à l’échelle d’un État, et que des enfants soient entre les mains de professeurs que les parents n’ont pas choisis plus de trente heures par semaine. Mon très humble avis sur la question est que moins les enfants passent de temps à l’école telle qu’elle existe sous sa forme actuelle, mieux ils se portent. Mais sur le fond, j’avoue ne pas voir ce qui pose problème dans ces programmes. Qu’est-ce que le genre ? [1] Oui. Réflexion sur le même sujet : *Henry le Barde *Incarnare. Revue catholique internationale COMMUNIO - 20065035. Le Genre : une théorie au banc d’essai. La théorie du « genre » est prise dans une contradiction entre le féminisme qui fixe la femme dans une nature incommunicable, et la théorie homosexuelle, qui insiste sur la possibilité de modifier à volonté son identité sexuelle.

Mais l'une et l'autre négligent le poids de notre chair et l'horizon de la vie. La première page, 35, est jointe et aussi le texte complet en pdf à la suite de cette page. IL est assez aisé de faire apparaître quelques-unes des impasses auxquelles aboutit la théorie du genre (« gender »), au premier rang desquelles une compréhension erronée du corps vivant (Leib). On peut même se réjouir de ce que, ces derniers temps, la critique de la problématique du « genre » ne vienne plus seulement « du dehors », mais qu’une critique exigeante surgisse aussi de l’intérieur même du féminisme, signalant ces impasses et ouvrant la possibilité d’aller plus loin dans la réflexion. Hanna Barbara GERL-FALKOVITZ texte pdf.

Resources: Gender Studies. Roger Scruton on THE NEED FOR BEAUTY Read more about Roger Scruton on BEAUTY: Connecting truth with beauty exalts them both (May 27, 2013) Scruton assails ugliness passed as art (May 27, 2013) [HTML] Beauty helps us find our way out of the storm (May 13, 2013) Problems arise when beauty is subjective (May 13, 2013) 20065035.pdf (Objet application/pdf) Nature ou Genre ? That's the question... Un certain nombre de posts on été publiés dans la blogosphère catholique, concernant la théorie du genre, avec des avis très divers. Il y a notamment ce post de Baroque et fatigué, contestant la position de l’Eglise sur cette question et remettant en dernier lieu en question la notion de nature humaine. Car Baroque a visiblement un problème avec la nature (la nature humaine s’entend). Il ne veut pas admettre qu’il y ait, parmi tout les hommes, quelque chose de commun, qui les définit : car voilà ce qu’est la nature.

Ce qui nous définit et nous permet de nous différencier des autres êtres de la nature. Mais voilà, Baroque a remis ça dans son billet concernant le "Gender". Je souris encore à son "la nature est muette. " : n’est-ce plutôt Baroque qui est un peu dur de la feuille ? De la nature et de la nature humaine Il y a là un bien vaste sujet. Voyons, qu’appelle-t-on en philosophie « nature humaine » ? La question que l’on peut se poser alors est : d’où viennent ce corps et cette âme ? Evangile de la Vie, 20 mai 2011, Le gender au programme des lycées : ce qui attend vos enfants à la rentrée ! Par Pierre-Olivier Arduin - Exclusif pour l'Evangile de la Vie - 20.5.2011 Le gender au programme des lycées Inscrite officiellement dans les nouveaux programmes de SVT de Première (S, L et ES), la doctrine du gender fera désormais partie de l'enseignement obligatoire des lycées français à partir de la rentrée 2011 Le gender nie la complémentarité naturelle entre les sexes S'il fallait désigner un seul nom pour illustrer la doctrine du gender, ce serait assurément celui de la philosophe américaine Judith Butler qui viendrait immédiatement à l'esprit.

Derrière le concept de gender se cache en effet une idéologie qui nie la différence sexuelle et la complémentarité naturelle entre l'homme et la femme. Le gender qui fait déjà l'objet d'un enseignement obligatoire à Science-Po sera également au menu des cours de Sciences de la Vie et de la Terre (SVT) dans toutes les classes de première à partir de la prochaine rentrée. Défaire la « matrice hétérosexuelle » de la société. Polémique sur le genre : pour en finir avec l’identité sexuelle. En annonçant, il y a de cela désormais plusieurs mois, une réflexion sur le « genre », j’étais certes conscient de risquer une fois encore de ne pas être à la hauteur de mes annonces.

Je n’envisageais pas, cependant, que la polémique autour des manuels de SVT (« Sciences de la vie et de la terre », héritières des austères « Sciences nat’ » de mon époque) prendrait à la faveur de l’été une ampleur nationale. Plus difficile encore aurait été de mesurer par avance l’ampleur des embarras où cette réflexion pouvait me plonger. D’où un long silence, dont je ne m’extrais aujourd’hui, je le crains, que pour tenter de partager mes perplexités. À s’approcher des gender studies sans esprit polémique, on éprouve en effet un « trouble » qui, pour être assez différent de celui que prétend provoquer une Judith Butler lorsqu’elle annonce son projet de « subvertir l’identité », n’en résiste pas moins durablement aux efforts de clarification.

Restaient les interrogations de Finkielkraut. Like this: Sex and gender: the development of ... - Robert J. Stoller.