Droit et littérature

Facebook Twitter
"American Nightmare" : pervers et efficace - Critique et avis par Les Inrocks Sous l’avalanche de banals remakes, de variations found footage et d’infinies histoires de fantômes, on en aurait quasiment oublié la première vertu du cinéma d’horreur tel qu’il fut popularisé dans les années 60/70 : sa manière, presque documentaire, de s’inscrire dans son époque de production, d’en traduire les angoisses et dérèglements. Revenir à cette lecture politique du bis, c’est précisément l’ambition d’American Nightmare de James DeMonaco : le dernier film du label Blumhouse (responsable de Paranormal Activity), qui entreprend de dresser un portrait très actuel de l’état de déliquescence morale des Etats-Unis. Le concept est minimal, pervers en diable : dans un futur proche, le gouvernement américain lance une campagne de “purge” (titre original du film) nationale, à savoir une nuit de meurtres par an, légalement autorisée pour tous les citoyens. "American Nightmare" : pervers et efficace - Critique et avis par Les Inrocks
COMMENT RENDRE UN TEXTE INCOMPREHENSIBLE Atelier de théorie littéraire : COMMENT RENDRE UN TEXTE INCOMPREHENSIBLE Comment rendre un texte incompréhensible, par Pierre Bayard. Dossier Banlieues de la théorie (textes initialement parus dans l'Agenda de la pensée contemporaine, 10, printemps 2008). Comment rendre un texte incompréhensible Depuis sa parution dans le numéro 3 de la revue Littérature en 1971, le texte de Jacques Lacan, «Litturaterre», l'un des plus célèbres et des plus souvent cités parmi ceux qu'il a consacrés à la littérature, me reste complètement incompréhensible, en dépit du grand nombre de lectures que j'en ai faites au fil des années et des tentatives répétées pour me le faire expliquer par des collègues compétents. Pour dire les choses franchement, aujourd'hui que j'ai atteint un stade de ma carrière où je peux me permettre de parler sans fard, je n'ai pas la moindre idée de ce que Lacan a voulu raconter dans cet article. COMMENT RENDRE UN TEXTE INCOMPREHENSIBLE
La Justice, le droit et les tribunaux ont toujours exercé un pouvoir de fascination sur les romanciers. Jules Verne, Alexandre Dumas, François Mauriac, Jean Giono, André Gide…. de nombreux écrivains se sont intéressés à ces sujets. Comment ont-ils perçu la Justice ? Tour d’horizon de leurs différentes visions. « Giono constate le fossé culturel entre l’accusé et le monde judiciaire » Le procès de Gaston Dominici ou l’affaire Dominici, comme on l’appelle souvent, a marqué l’histoire de la Justice. La plume et le prétoire : les écrivains et la Justice La plume et le prétoire : les écrivains et la Justice
Teissier-Ensminger (Anne)
Michael Connelly, Le cinquième témoin : une source de réflexion pour le projet de loi relatif à la consommation ? - Affaires Avec son dernier roman, Michael Connelly s’impose comme l’un des meilleurs auteurs de « polars judiciaires », dépassant – et de loin – le John Grisham d’aujourd’hui. Peut-être même d’ailleurs aussi celui des débuts. Un rythme enlevé, une intrigue efficace et un suspense constant font du Cinquième témoin un excellent thriller, diablement retors, et qui montre bien que, malgré ses cinquante millions d’exemplaires derrière lui, Connelly ne s’épuise pas. Michael Connelly, Le cinquième témoin : une source de réflexion pour le projet de loi relatif à la consommation ? - Affaires
Crédits photographiques : Frank Augstein (Associated Press). Bien évidemment, Sukkwan Island n'est en aucun cas l'incontestable réussite qu'une presse littéraire française dont on ne sait s'il faut pleurer la stupidité et l'inculture ou se réjouir de sa déliquescence annonçant, nous l'espérons, un renouveau point trop illusoire, s'est empressée de nous vendre, dans une quasi-unanimité digne d'un troupeau de moutons. Je n'ai pas vraiment retrouvé dans ce roman les ombres de Hemingway, cette dernière du reste de moins en moins consistante à mesure que s'étiole la légende du tough guy, et encore moins celle de McCarthy. Il faut aussi, quand même, faire remarquer à nos lecteurs professionnels à champ de vision réduit que la peinture psychologique du père du jeune garçon qui se suicidera, Roy, est d'une simplicité non point achevée mais d'une indigente pauvreté qui en fait un paumé obsédé par les femmes, surtout celle qu'il a perdue. Sukkwan Island de David Vann, par Lionel Miniato Sukkwan Island de David Vann, par Lionel Miniato
Readings: I have tried to keep the amount of reading manageable. There will be some weeks with long reading assignments, and I have tried to avoid putting these weeks back-to-back. If you plan ahead, your weekly reading load will be balanced. Many of the readings are contained in the reading packet. Law and Literature Syllabus Law and Literature Syllabus
Adapted from Professor Daniel J. Solove's law and literature syllabus Maria Aristodemou, The Seduction of Mimesis: Theater as Woman and the Play of Difference and Excess in Aeschylus’s Oresteia, 11 Cardozo Stud. LAW & HUMANITIES LAW & HUMANITIES
Sukkwan Island de David Vann, par Lionel Miniato
Les juges et la littérature. La critique littéraire comme genre judiciaire : le cas d’Ulysse de James Joyce (1933) Voici quelques années maintenant que, dans le cadre de nos travaux sur la liberté d’expression, nous développons - en émulation avec le très avisé Thomas Hochmann - des analyses sur le traitement juridictionnel des oeuvres littéraires (et artistiques) ; des analyses dont nous savons qu’elles ne sont pas ce que les journalistes, les professionnels de l’édition, ni même certains juristes veulent entendre. Les juges et la littérature. La critique littéraire comme genre judiciaire : le cas d'Ulysse de James Joyce (1933) - Droit américain France Les juges et la littérature. La critique littéraire comme genre judiciaire : le cas d'Ulysse de James Joyce (1933) - Droit américain France
LE MONDE DES LIVRES | • Mis à jour le | Par Emmanuel Carrère (écrivain) C'est une histoire à trois étages. Le premier est une affaire criminelle : en 1970, en Caroline du Nord, le médecin militaire Jeff MacDonald est accusé du meurtre de sa femme et de leurs deux petites filles. Les présomptions sont lourdes, mais les éléments à décharge aussi. Emmanuel Carrère : "Tu seras mon personnage" Emmanuel Carrère : "Tu seras mon personnage"
Le jugement qui condamne Christine Angot pour atteinte à la vie privée Le jugement qui condamne Christine Angot pour atteinte à la vie privée La 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris, présidée par Marie Mongin, a condamné lundi 27 mai Christine Angot et son éditeur Flammarion à verser 40.000 euros de dommages et intérêts à Elise Bidoit, qui les poursuivait pour atteinte à l'intimité de sa vie privée dans le roman Les Petits . Le jugement, remarquablement motivé, rappelle tout d'abord les deux principes fondamentaux qui doivent guider l'appréciation des tribunaux: celui du respect de la vie privée, consacré par l'article 9 du Code civil et celui de la liberté d'expression, qui est garantie par la Constitution et la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Il souligne également qu'afin de limiter les entraves à la liberté de création en manifestant " une sensibilité exacerbée ", celui ou celle qui se prévaut d'une atteinte à la vie privée doit établir que cette atteinte et le préjudice qui en découle, sont d'une "particulière gravité".
La 17è chambre du TGI de Paris a condamné, le 27 mai, Christine Angot et son éditeur Flammarion à verser 40 000 € de dommages et intérêts à Elise Bidoit, qui les poursuivait pour atteinte à la vie privée. Mais qui est donc Elise Bidoit ? Elle ne jouit d'aucune notoriété, et ne la recherche pas. Elle est une personne comme vous et moi, un "simple quidam" dans le sens où l'entendait Guy Béart. Son seul problème, mais il est de taille, est d'avoir été mariée au compagnon de Christine Angot et d'être la mère de ses enfants. L'écrivain n'a pas hésité à raconter l'histoire de ce couple, mais aussi et surtout celle d'Elise Bigoit, dans son roman " Les Petits ". La vie privée du simple quidam n'est pas un roman
Orwell

Théâtre et justice : autour de la mise en scène des Criminels de Ferdinand Bruckner par Richard Brunel 1 La mise en scène des Criminels par Richard Brunel sera reprise au Théâtre national de la Colline du (...) 2 Cette journée d’étude a été organisée le 14 et 15 octobre 2011 à Valence, par Catherine Ailloud-Nic (...) 1Ce dossier propose d’interroger la relation complexe entre théâtre et justice. Il confronte les points de vue de spécialistes du théâtre, de dramaturges ou de metteurs en scène mais aussi d’historiens et de professionnels de la justice. Cette approche pluridisciplinaire est a cependant été suscitée par un objet de réflexion commun : la pièce du dramaturge autrichien Ferdinand Bruckner Les Criminels, écrite en 1928, et sa mise en scène par Richard Brunel, créée en octobre 2011, à la Comédie de Valence1.
« Tu sais ne pas être injuste » : Justice et procès dans les Euménides d’Eschyle 1 Voir par exemple la violence verbale et la force des images convoquées par Apollon lors de sa premi (...) 1Croire que l’on pourrait tirer du procès d’Oreste dans les Euménides des enseignements valables et pertinents sur le sens et la pratique ordinaires de la justice à Athènes peut paraître de prime abord assez naïf. Pour le dire autrement, s’il fallait donner un qualificatif au procès d’Oreste dans les Euménides, il est improbable que l’on choisisse celui de « réaliste ».
Le droit au miroir de la littérature Le droit au miroir de la littérature Le courant "droit et littérature", très développé aux Etats-Unis, est encore embryonnaire dans les pays de langue française. Fruit de la collaboration de juristes, de philosophes et de littéraires, ce courant entend moins étudier le droit comme littérature, que chercher, dans les grandes oeuvres de fiction, des réponses aux questions les plus fondamentales que posent la loi, la justice et le pouvoir.
Ce Livret de cours expose le contenu et les objectifs de l’enseignement en tant que le droit peut porter directement sur la littérature (propriété littéraire et artistique) comme la littérature évoque très fréquemment le droit à travers des situations (par exemple le procès) ou des personnages. Le séminaire vise aussi à montrer les analogies entre la littérature et le droit en tant que l’on a pu dire que le droit est un art, a un style, etc. Mais il faut mesurer les limites de la ressemblance, par exemple par rapport à la fiction. Le Livret de cours évoque également les modes d’évaluation, la charge de travail et indique une bibliographie sommaire. Enseignements - Littérature et Droit - Marie-Anne Frison-Roche
Au-delà du réel : la délinquance et les univers sociaux synthétiques | Érudit | Criminologie v44 n2 2011, p. 305-338 |
L’histoire du temps présent en pratique : le procès historique (2011-2012)
Les Limites juridiques de l’écriture de l’histoire : le cas François Duprat
Le juge et la fiction en droit | IHEJ
Christine Angot et la vie des autres
Mouvement Droit & littérature

Le droit comme forme de littérature

Solange Chavel
Un dilemme / J.-K. Huysmans
Sa Majesté des Mouches et le droit

Camus et le droit

Melville et le droit

Anouilh et le droit

Littérature et bioéthique ou le roman de la transgression