background preloader

Projet tut

Facebook Twitter

L’inclusion en bibliothèque. Plus les technologies progressent, plus les bibliothèques sont en danger, elles ont une place moins importante dans nos vies et c’est encore plus vrai pour les jeunes générations.

Pour vous redonner goût à la lecture et rendre hommage à ces lieux qui subliment la culture, SooCurious vous fait découvrir 28 magnifiques bibliothèques à travers le monde, accompagnées de citations nous expliquant pourquoi elles sont importantes. 1. La bibliothèque de Trinity College, Université de Dublin. 64226 enjeux etat des lieux et dynamiques de participation en bibliotheques. 65022 action culturelle en bibliotheque et participation des populations.

Services numériques, usages collaboratifs : vers une bibliothèque participative. Le numérique a largement contribué à un mouvement plus général qui incite tout un chacun à prendre une part active dans des processus collectifs de partage des savoir-faire et de co-construction.

Services numériques, usages collaboratifs : vers une bibliothèque participative

Les bibliothèques, de plus en plus, s’inscrivent dans cette dynamique et construisent de nouvelles formes de solidarité comme de sociabilité, avec une gamme d’objectifs qui va de l’inclusion sociale au développement économique d’un territoire en passant par divers projets élaborés via des living lab, fablab, makerspace etc. Pourquoi et comment la bibliothèque peut-elle se positionner, avec quels partenaires, autours de quels projets, dans quels dispositifs, avec quelles compétences ? 1040 l usager co createur des services en bibliotheque publique. Vers une bibliothèque participative. Contrairement à une certaine perception populaire, les bibliothèques publiques et universitaires ne sont ni désertées, ni dépassées.

Vers une bibliothèque participative

Pourquoi le participatif est-il tendance ? Loger chez l’habitant, partager sa voiture, financer son entreprise sur une plateforme participative, faire du coworking, recharger sa voiture électrique via des bornes communautaires, manager de manière participative...

Pourquoi le participatif est-il tendance ?

Les formes de mise en relation et d’actions partagées sont de plus en plus courantes. En termes de marketing et de stratégie, comprendre cette nouvelle tendance pourra vous aider à surfer sur la vague. Késako ? Le participatif ne date pas de la dernière pluie. Mais le co & compagnie a réellement pris son essor avec le développement d’Internet. Pour les sociétés, le côté participatif sur Internet est devenu à la fois un risque et un énorme avantage grâce à l'instantanéité et la viralité de ce qui se dit sur le web.

21206 les bibliotheques troisieme lieu. Les bibliothèques participatives restent à inventer ! Patrick Bazin lors au Salon du livre de l’année dernière avait fait une remarque très juste en affirmant qu’un des principaux défis de l’avenir pour les bibliothèque est la participation des usagers. Attention je ne parle pas de participation au sens des commentaires ou des tags dans l’OPAC mais d’une participation proche du sens que lui donne le concept controversé de « démocratie participative » : La démocratie participative est un modèle politique alternatif. Il recouvre des concepts permettant d’accroître l’implication et la participation des citoyens dans le débat public et la prise de décisions politiques qui s’en suit.

Il est clair que nous sommes interrogés aujourd’hui sur notre capacité, au même titre que bon nombre d’institutions publiques, sur la manière d’élaborer nos services et nos contenus de manière collaborative. Il me semble que nous devons nous interroger sur ces enjeux (et trouver des réponses) à l’échelle de la bibliothèque. Offices : Clubs de lecture : 26 janvier 2010.

Bibliothèques innovantes

Représentation des bibliothèques : histoire. Sans que ce soit à proprement parler un programme de recherche à l’enssib, de nombreux travaux sont menés sur les représentations de la bibliothèque.

Représentation des bibliothèques : histoire

Ces travaux concernent principalement les bibliothèques publiques, là comme ailleurs les travaux sur les bibliothèques universitaires étant sous-représentés. Pourquoi les bibliothèques publiques ? Arabesques n°80. Au sommaire du numéro 80 : Au plus près des usagers - Les services autour des collections Dossier Au plus près des usagers - Les services autour des collections Des Cadist à Collex : des dispositifs nationaux pour valoriser les collections, François Cavalier Les services Istex – Istex au-delà de l’acquisition, Jean-Marie Pierrel Les services du CTLES en évolution, Jean-Louis Baraggioli La gestion des collections par le bibliothécaire aujourd’hui.

Arabesques n°80

Pleins feux sur La Bibliothèque universitaire de médecine de Montpellier, Hélène Lorblanchet Actualités Transition bibliographique Afnor/BNF Journées Abes : transitions transitions Calames, l’âge de raison Portrait Patrick Latour, adjoint au directeur, chargé des manuscrits et des archives à la Bibliothèque Mazarine Illustration de couverture : Big readers aaron_eos_photography / Flickr (Tous droits réservés) L’agora, espace d’échanges. Ce projet a été réalisé dans le cadre de la session de Biblio Remix du dimanche 30 juin, à l’EESAB de Rennes.

L’agora, espace d’échanges

L’idée Les participants sont partis d’une série de post-its qui contenaient notamment les idées suivantes : « changer les rôles », « des ateliers de partage de connaissances animés par les lecteurs ». De là, ils ont eu l’idée d’un espace ouvert, une agora, qui serait située à l’entrée de la bibliothèque, et où chaque habitant pourrait venir profiter de cet espace public d’échange, de transmission du savoir et de construction. L’équipe : Sylvain, Isabelle, Benoît, Gwenaël Comment ?

Usagers et bibliothécaires : concurrence ou co-création. Le monde change autour des bibliothèques Dans le monde de la rareté, les bibliothèques étaient à l’aise car elles proposaient un accès économique et intelligible à une collection assez large.

Usagers et bibliothécaires : concurrence ou co-création

Elles étaient d’autant plus légitimes qu’elles faisaient un tri, donnant ainsi un label à ce qui était censé convenir à l’honnête homme du xxe siècle. Le bibliothécaire était ce savant fou qui organisait le savoir pour le rendre accessible : « La tour de Babel pour les nuls » en quelque sorte.