background preloader

La banlieue au cinéma

Facebook Twitter

« Divines » : on n’est jamais mieux sali que par soi-même. Films / Séries TV. Rechercher Films / Séries TV « Chouf » : les quartiers Nord de Marseille méritaient mieux Rafik Chekkat K.

Films / Séries TV

Dridi a raté une vraie occasion de traiter d’un vrai sujet. Le cinéma de banlieue : un genre instable. 1 Le terme polysémique « banlieue » est ici envisagé dans une perspective restrictive pour désigner l (...) 1En France, un ensemble de longs-métrages de fiction, montrant les spécificités à la fois sociales et ethniques des banlieues1, semble apparaître timidement dans les années 1980, pour se développer pendant la décennie suivante et perdurer jusqu’à aujourd’hui.

Le cinéma de banlieue : un genre instable

Pour réfléchir à la valeur sociale de cette catégorie générique floue, il est utile d’en chercher au préalable l’existence comme ensemble dans les discours critiques dont les films ont, individuellement, fait l’objet à leur sortie. Pour obtenir des résultats pertinents, on s’est intéressé aux discours produits à la sortie immédiate des films, en tentant de collecter un maximum d’articles publiés dans le cadre le plus large et varié possible (en termes de périodicité de publication, de degré de spécialisation sur le cinéma et d’obédience politique). De La Haine à Dheepan : ma cité va-t-elle toujours craquer sur les écrans? Antonythasan Jesuthasan et Claudine Vinasithamby dans Dheepan de Jacques Audiard Paul Arnaud © Why Not Productions Ca se passe un vendredi soir de mai 1995.

De La Haine à Dheepan : ma cité va-t-elle toujours craquer sur les écrans?

Trois jeunes hommes un peu affalés sur leur siège, écoutent le sociologue Adil Jazouli parler d'un film qui dit-il "prend au tripes et fera beaucoup de bruit". Triomphe de "Divines" : un sommet de démagogie crasse. "Divines", le nouveau film de Houda Benyamina, est sorti le 31 août dans les salles.

Triomphe de "Divines" : un sommet de démagogie crasse

(Easy Tiger) "Divines" a-t-il "du clito" ?