background preloader

Charles Baudelaire

Facebook Twitter

La Musique. L'Albatros. Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers, Qui suivent, indolents compagnons de voyage, Le navire glissant sur les gouffres amers.

L'Albatros

A peine les ont-ils déposés sur les planches, Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux, Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches Comme des avirons traîner à côté d'eux. Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule! Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid! L'un agace son bec avec un brûle-gueule, L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait! Le Poëte est semblable au prince des nuées Qui hante la tempête et se rit de l'archer; Exilé sur le sol au milieu des huées, Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

La Vie antérieure. À une Passante. Causerie. L'Invitation au Voyage. Mon enfant, ma sœur, Songe à la douceur, D'aller là-bas vivre ensemble!

L'Invitation au Voyage

Aimer à loisir, Aimer et mourir Au pays qui te ressemble! Les soleils mouillés De ces ciels brouillés Pour mon esprit ont les charmes Si mystérieux De tes traîtres yeux, Brillant à travers leurs larmes, Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. Des meubles luisants, Polis par les ans, Décoreraient notre chambre; Les plus rares fleurs Mêlant leurs odeurs Aux vagues senteurs de l'ambre, Les riches plafonds, Les miroirs profonds, La splendeur orientale, Tout y parlerait A l'âme en secret Sa douce langue natale. Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. Vois sur ces canaux Dormir ces vaisseaux Dont l'humeur est vagabonde; C'est pour assouvir Ton moindre désir Qu'ils viennent du bout du monde. Chant d'automne. Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres; Adieu vive clarté de nos étés trop courts!

Chant d'automne

J'entends déjà tomber avec des chocs funèbres Le bois retentissant sur le pavé des cours. Tout l'hiver va rentrer dans mon être: colère, Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé, Et, comme le soleil dans son enfer polaire, Mon cœur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé. J'écoute en frémissant chaque bûche qui tombe; L'échafaud qu'on bâtit n'a pas d'écho plus sourd. Mon esprit est pareil à la tour qui succombe Sous les coups du bélier infatigable et lourd. Il me semble, bercé par ce choc monotone, Qu'on cloue en grande hâte un cercueil quelque part. J'aime de vos longs yeux la lumière verdâtre, Douce beauté, mais tout aujourd'hui m'est amer, Et rien, ni votre amour, ni le boudoir, ni l'âtre, Ne me vaut le soleil rayonnant sur la mer. Et pourtant aimez-moi, tendre cœur! Courte tâche! L'Ennemi. Bohémiens en Voyage. Recueillement. Spleen (Quand le ciel bas et lourd...) La Mort des Amants.

Commentaire 2nde "A une passante" / Copies d'élèves. Baudelaire n’a jamais été heureux en amour, et a maintes fois tenté de mettre fin à ses jours, et on retrouve ces thèmes dans «À une passante», à savoir un certain lyrisme amoureux, mais toujours déçu par son renoncement face à l’amour, son fameux ‘’Spleen’’.

Commentaire 2nde "A une passante" / Copies d'élèves

La poésie de Baudelaire et sa façon d’exprimer ses sentiments est déjà quelque peu hermétique. En reprenant les mêmes thèmes, les Surréalistes iront beaucoup plus loin au XXème siècle. Tamara D., 2nde section internationale, mars 2013. Devoir d'Olivia F. Le Symbolisme, apparu au milieu voire à la fin du XIXème siècle, en réaction aux descriptions jugées trop mécaniques du Naturalisme, s’esquisse par la suggestion, l’utilisation de symboles et s’intéresse aux formes spirituelles et supérieures. Dans cette œuvre, Baudelaire fait l’idéalisation d’une femme qui si révèle être absolument inaccessible. De plus, comparée à un être divin voire sacré, elle symbolise une influence de l’Antiquité. Devoir de Laura T. Séquence Baudelaire Fleurs du mal. Biographie de Baudelaire.

Charles BAUDELAIRE. Baudelaire. Baudelaire 1821-1867.