background preloader

Galilée

Facebook Twitter

Opposition to Galileo was scientific, not just religious. In 1614, when the telescope was new technology, a young man in Germany published a book filled with illustrations of the exciting new things being discovered telescopically: moons circling Jupiter, moon-like phases of Venus, spots on the Sun, the rough and cratered lunar surface. The young man was Johann Georg Locher, and his book was Mathematical Disquisitions Concerning Astronomical Controversies and Novelties. And while Locher heaped praise upon Galileo, he challenged ideas that Galileo championed – on scientific grounds. You see, Locher was an anti-Copernican, a fan of the ancient astronomer Ptolemy, and a student within the Establishment (his mentor was Christoph Scheiner, a prominent Jesuit astronomer). Locher argued that Copernicus was wrong about Earth circling the Sun, and that Earth was fixed in place, at the centre of the Universe, like Ptolemy said. What were those problems? Subscribe to Aeon’s Newsletter Locher thought much was up in the air and ripe for study.

Republish. Galilée, le messager céleste - Entre Terre et Ciel. 1611 : Galilée remporte « la bataille des corps flottants » - franc... Galilée : l'expérience des plans inclinés. Les expériences de Galilée sur la chute des corps. GALILEMO. «Galilée a-t-il été hérétique ?» par Pierre Racine. ANM 1988 71. L'affaire Galilée - 1. Le point de vue de l'Eglise Pour l'Église, la question de l'héliocentrisme reste en suspend, à la fin du 17ème siècle. Les théologiens maintenaient une distinction entre la réalité physique du monde et les théories mathématiques abstraites. Dans l'enseignement, la philosophie naturelle (qui correspond à la physique) décrit la réalité alors que les mathématiques se contentent de faire correspondre les observations à des modèles.

Dans ce cadre ainsi définit, les conceptions de Copernic sont un modèle mathématique parmi d'autres, mais elles ne rendent pas compte de la réalité. Polémique Il est important de rappeler qu'en 1610, Galilée a obtenu le titre de philosophe et de mathématicien à l'Université de Florence. Les premiers reproches de l'Eglise à l'endroit de Galilée portent sur le Siderus Nuncius qui défend, au moins implicitement, les thèses de Copernic.

Galilée quant à lui, ne voit pas de contradiction. Jules Speller G2011 Le proces de Galilee reinterprete. Le procès de Galilée. Cb20 2013key1intro topost. The Galileo Project | Science | Benedetto Castelli. International Year of Light - Galileoscope<br/> The Galileoscope is a high-quality, low-cost telescope kit developed by a team of leading astronomers and science educators. No matter where you live, with this easy-to-assemble kit, you can see the celestial wonders that Galileo Galilei first glimpsed over 400 years ago including lunar craters and mountains, four moons circling Jupiter, the phases of Venus, Saturn’s rings, and countless stars invisible to the unaided eye. This page will provide information on how you can obtain a Galileoscope yourself.

Galileo Galilei, more commonly known by just his first name, was a late 16th/early 17th century physicist, mathematician, astronomer, and philosopher who made great contributions towards the scientific revolution. In 1609, he constructed the first known complete astronomical telescope, which revolutionized the way we view outer space from Earth. What can you see with the Galileoscope? The best views are of the key objects that Galileo observed and that influenced his views on astronomy. Accademia Nazionale dei Lincei. Da Wikipedia, l'enciclopedia libera. Coordinate: 41°53′37″N 12°28′03″E / 41.893611°N 12.4675°E41.893611; 12.4675 (Mappa) È membro dell'Unione Internazionale degli Istituti di Archeologia.

L'accademia ha sede nel Palazzo Corsini alla Lungara e nella vicina Villa Farnesina. L'attuale presidente è Lamberto Maffei, in carica dal 2009. Storia[modifica | modifica sorgente] La prima Accademia (1603-1630)[modifica | modifica sorgente] L'Accademia dei Lincei ha subito nel tempo vari cambiamenti. La doppia rifondazione (1847 e 1874)[modifica | modifica sorgente] Nell'Ottocento, dopo un tentativo di rianimarla da parte dell'abate Feliciano Scarpellini che cercò di attivare un'accademia dei Nuovi lincei, si ebbe una vera ripresa delle sue attività solo nel 1847 quando papa Pio IX rifondò una Pontificia Accademia dei Nuovi Lincei, tuttora esistente (dal 1936 ha il nome di Pontificia accademia delle scienze). Il primo Novecento[modifica | modifica sorgente] Dal 1944 ad oggi[modifica | modifica sorgente]

Ch8. Article ephe 0000 0002 1983 num 96 92 16114. Galileo Galilei. Galileo Galilei (Italian pronunciation: [ɡaliˈlɛːo ɡaliˈlɛi]; 15 February 1564[3] – 8 January 1642), often known mononymously as Galileo, was an Italian physicist, mathematician, engineer, astronomer, and philosopher who played a major role in the scientific revolution during the Renaissance. His achievements include improvements to the telescope and consequent astronomical observations and support for Copernicanism.

Galileo has been called the "father of modern observational astronomy",[4] the "father of modern physics",[5][6] the "father of science",[6][7] and "the father of modern science".[8] Early life Galileo was born in Pisa (then part of the Duchy of Florence), Italy, in 1564,[15] the first of six children of Vincenzo Galilei, a famous lutenist, composer, and music theorist, and Giulia Ammannati. Although a genuinely pious Roman Catholic,[17] Galileo fathered three children out of wedlock with Marina Gamba.

Career as a scientist Galileo, Kepler and theories of tides. Dossier mise en scène. Galilee Artichaut. Tableau chronologique Vie&Œuvre. 2006 07 003 Cardinal Bellarmin. Federico Cesi (scienziato) Da Wikipedia, l'enciclopedia libera. Federico Cesi (Roma, 26 febbraio 1585 – Acquasparta, 1 agosto 1630) è stato un nobile, scienziato e naturalista italiano, fondatore dell'Accademia dei Lincei. Notevole è anche il suo scritto Indicatio sulla opportunità di procedere a una radicale riforma del sapere. Nel 1618 si ritirò ad Acquasparta fino alla morte, sopraggiunta improvvisamente, che portò alla dissoluzione dell'Accademia e lasciò Galileo solo di fronte alle sovrastanti forze dei suoi avversari. Si deve al Cesi la denominazione di telescopio per lo strumento messo a punto da Galileo. Più tardi (1624), Cesi approverà la denominazione di microscopio escogitata dal Faber per l'occhialino inventato da Galileo.

Lo si ricorda anche per la sua opera principale che fu Theatrum totius naturae, che comunque rimase incompleta. Angelo Biagetti, Federico Cesi il Linceo e il palazzo ducale di Acquasparta, in "Bollettino della Deputazione di storia patria per l'Umbria", vol. Galilée : sa vie. La jeunesse de Galilée Galileo Galilei, dit Galilée, est né à Pise, le 15 février 1564, la même année que Shakespeare. Il aura deux frères et quatre sœurs. Son père, un marchand qui descend d'une noblesse ruinée de Florence, est un théoricien de la musique.

Recevant auprès de son père une excellente éducation, le jeune Galilée montre du goût pour la musique, le dessin et aussi une remarquable habileté manuelle dans la construction d'instruments. C'est au monastère de Santa Maria de Vallombrosa qu'il fait ses classes entre dix et quinze ans. Déjà, il entreprend seul des études sur le centre de gravité de certains solides, sur le déplacement d'un point d'une roue, ce qui le conduira à la découverte de la cycloïde1 dont il se servira plus tard pour dessiner les arches des ponts. 1- une cycloïde : schéma du mouvement de la valve d’une roue de bicyclette. En 1581, son père l'inscrit à l'université de Pise pour y apprendre la médecine. L'Italie de Galilée. Galilée, professeur d'Université. Les lunettes de Galilée. Les lunettes de Galilée Souvenirs de Florence Jusqu'en avril 1609 la lunette de Galilée reçut un accueil très réservé de la part des intellectuels et des éminences de Venise.

La plupart des observateurs jugeaient que si l'instrument était utile pour agrandir la vision des objets terrestres, les images qu'il donnait du ciel étaient "trompeuses [au point que] certaines étoiles fixes apparaissent doubles... et tous ont admis que l'instrument induit en erreur". Afin que les intellectuels puissent juger son instrument, le 25 août 1609 Galilée fit don de sa première lunette astronomique au Sénat de Venise. Quelques mois plus tard il découvrit les satellites de Jupiter, dont les conséquences philosophiques allaient bouleverser les conceptions aristotéliciennes de bon nombres d'érudits. Mais au fait à quoi ressemblaient exactement les lunettes construites par Galilée et les opticiens de son époque ? Je remercie Franca Principe de l'IMSS de m'avoir permis de présenter cette collection sur le web.

Thermomètre de Galilée. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un thermomètre de Galilée Un thermomètre de Galilée (du nom du physicien italien Galileo Galilei), est un thermomètre constitué d'un cylindre de verre scellé contenant un liquide transparent et une série d'objets dont les densités sont conçues pour qu'ils coulent un à un, à mesure que le liquide est chauffé et que sa densité diminue. Historique[modifier | modifier le code] Cet instrument porte le nom de Galilée en l'honneur du physicien du XVIe - XVIIe siècle, Galileo Galilei, qui aurait inventé un instrument approchant.

Le thermomètre conçu par Galilée se présente en réalité sous la forme très simple[1] décrite par Castelli relatant une présentation de Galilée datant de 1602 - 1603 : Mais Galilée s'est aussi beaucoup intéressé aux problèmes de flottabilité et à la mesure de densité jusqu'à mettre au point une balance hydrostatique[3]. Conception typique[modifier | modifier le code] Un certain nombre de poids sont en suspension dans le liquide. Les instruments d'observation de Galilée. La lunette astronomique Au mois de juin 1609, un français, Jacques Badouvert, informe Galilée de la propriété étonnante d'un instrument d'optique fait d'un tube gainé de cuir dans lequel se trouvent deux lentilles, l’une convergente, l'autre divergente : l'appareil permet de percevoir les objets lointains comme s'ils étaient proches.

On le vend en France comme jouet. C’est une sorte de longue vue ou « lunette », inventée par un lunetier hollandais. L'hypothèse la plus vraisemblable situe l'évènement en 1600, dans la boutique d'un obscur opticien hollandais de Middelburg, du nom de Hans Lippershey. Divers récits légendaires (par exemple les bylines, sortes de chansons de geste du Moyen Age russe) font allusion à des longues-vues. L’objet est probablement apparu en divers lieux, avant le 17ème siècle, mais nous n’en avons aucune preuve matérielle et datée.

Galilée a l’idée de s’en servir pour observer le ciel. La première lunette astronomique, encore appelée lunette de Galilée, était née. Galilée et l'astronomie : ses observations. Les phases de la Lune, ses montagnes Lorsque, pour la première fois, Galilée regarde la Lune à travers sa lunette, il n'en croit pas ses yeux. Il voit qu'elle a des montagnes, des cratères et des vallées. Il fait des dessins de ce qu'il voit et s'aperçoit que les ombres se déplacent. Il comprend très vite que c'est exactement ce qui se passe en montagne sur Terre. La ligne qui sépare la partie éclairée de la partie sombre et que l'on appelle "terminateur" délimite la séparation entre le jour et la nuit sur la Lune. Le Soleil éclaire d'abord le sommet des montagnes tandis que les vallées restent dans l'ombre; puis, petit à petit, le Soleil pénètre au fond des vallées.

<• Premières observations de Galilée à l'aide de sa lunette : les phases de la Lune (pleine Lune, premier quartier, etc). Sur la Lune comme ici (en Cappadoce, Turquie),•> les montagnes se cachent les unes les autres. Les taches du soleil Image du soleil par projection. Attention ! Vénus et ses phases Une devinette2 de Galilée. Galileo's drawings of the sunspots | Astronomy 2009. Galileo Astronomy Group:Venus. Purpose: The astronomy group for Hist 333 is composed of Rebecca Brown, Travis Dunn, Karl Haushalter, and Jessica Williams. We observed the planet Venus to complement our observations of the Moon, Jupiter and its satellites, Orion and the Pleiades. We planned to examine the planet with a telescope similar to Galileo's and compare our results with what he observed in the fall of 1610. Specifically, we would like to observe the phases of Venus and the size increase that Galileo recorded.

Background: In the year 1610 Galileo published his Sidereus Nuncius, a record of his observation of the Moon and Jupiter in 1609 and 1610. The two systems make different predictions for the progression of the phases of Venus (seen below, Van Helden, p.108). Expectations: This is how the size and phase of Venus will change over our observing window this semester. Linear magnification compared to Jan. 30: 100% Linear magnification compared to Jan. 30: 110% Linear magnification compared to Jan. 30: 120% Results:

Les observations de Galilée : Vénus, le soleil et la Voie lactée (2/2) Avec Thomas Widemann, Véronique Dehant, Jean-Marie Malherbe et Catherine Turon Pour le 400ème anniversaire de la première utilisation de la lunette astronomique par Galilée, le bureau des longitudes a invité des scientifiques renommés à parler de la quête galiléenne du système solaire à la Voie lactée, le 17 juin 2009 à l’Institut de France. Cette émission est la seconde partie de la retransmission des conférences. Galilée, rappelons le, est un physicien et astronome du XVII ème siècle, mondialement connu pour avoir conçu sa première lunette astronomique en 1609.

Lunettes qui permettront, par la suite, de mieux comprendre le fonctionnement de notre galaxie. Ainsi, cinq scientifiques de renom sont venus présenter à l'Institut de France, l’évolution des différentes découvertes de Galilée, de leur conception à nos jours. Découverte de Vénus Galilée fut tout d'abord le premier à observer la planète Vénus avec sa lunette. Des premières observations du soleil au microsatellite Picard. Sidereus_p002-017.pdf. Il y a quatre cents ans... Sidereus Nuncius. Etait-ce le 2 octobre 1609, comme l’affirme R. Righin, ou plutôt le 1er décembre 1609 comme le prétend S. Drake ? Ou peut-être le 30 novembre, si l’on en croit E.A. Whitaker [1] ? En tous les cas, c’était avant le 4 décembre puisque nous disposons d’une lettre de l’intéressé qui en atteste. Quel est cet événement si lointain qui justifie de telles querelles d’historiens et qui est à l’origine d’une année internationale des Nations Unies ? Quelle peut être la justification de ces articles étonnants qu’on voit paraître ces jours-ci dans la presse annonçant qu’une équipe de « chercheurs » italiens se propose d'exhumer un corps enterré il y a près de quatre siècles pour en examiner l’ADN [2] ?

Il y a presque quatre cents ans, Galileo Galilei tournait une lunette astronomique vers le ciel [3] Quelques semaines plus tard, il avait fait des découvertes étonnantes qui remettaient en question le statut de l’Homme dans l’Univers. Ce livre-article est merveilleux [5] . « [...] Venons-en à la Lune. Galilée - Le Dialogue sur les deux grands systèmes du monde.

Le Dialogue se déroule à Venise sur quatre journées entre trois interlocuteurs : Filippo Salviati, un Florentin, porte-parole de Galilée, Giovan Francesco Sagredo, un Vénitien éclairé mais sans a priori, et Simplicio, un piètre défenseur de la physique aristotélicienne. Un extrait du dialogue : « premier jour Sagredo : Vouloir faire de la faculté de compréhension humaine la mesure de ce que peut la nature m’a toujours paru être la plus grande présomption, alors qu’au contraire pas un seul des événements, aussi insignifiant soit-il, qui se déroulent dans la nature ne peut être pleinement connu, même par la méditation la plus profonde. La vaine prétention de vouloir tout comprendre provient uniquement du manque total de toute connaissance. Celui qui aurait essayé, ne serait-ce qu’une seule fois, de comprendre parfaitement une chose, et qui aurait goûté à la science véritable, reconnaîtrait qu’il ne comprend aucune des autres vérités innombrables.

Deuxième jour Salviati : (...) Troisième jour. Fiche résumé de projet labellisé AMA09.