background preloader

Dossier univers social

Facebook Twitter

(Transport) Des routes à construire et à nommer! Par voie d’eau En 1645, les cours d'eau sont les principales voies de transport. Le fleuve Saint-Laurent, que les Amérindiens nomment le « chemin qui marche », est la voie de transport la plus importante. Les postes de traite de Tadoussac, de Québec, de Trois-Rivières et de Montréal se trouvent tous sur le bord du fleuve. De là, les rivières et les lacs permettent d’aller plus loin à l’intérieur du territoire.

La plus grande contrainte : on ne peut utiliser ces routes en hiver! Il faut attendre la fonte des glaces au printemps. Par voie de terre Sur la terre ferme, des sentiers à l’intérieur et autour des premiers établissements se dessinent, dont certains deviendront des rues et des routes. Le savais-tu? Le premier cheval en Nouvelle-France arrive en 1647. Auteur: Service national du Récit de l'univers social. Nf1645 carte. Les religieux. En 1645, la population de la Nouvelle-France est catholique et compte un certain nombre de religieux et de religieuses. Mais les communautés religieuses sont encore peu nombreuses à ce moment. La plus importante est celle des Jésuites, établie dans la colonie depuis 1625. Les Jésuites On retrouve des Jésuites à Québec, à Trois-Rivières et à Montréal, mais aussi parmi les nations amérindiennes. Ils fondent des missions afin de convertir les Amérindiens à la religion catholique. Les Ursulines et les Hospitalières Deux communautés de femmes sont aussi présentes en 1645 : les Ursulines et les Hospitalières de la Miséricorde de Jésus.

Auteur: Service national du Récit de l'univers social. La religion catholique. En France, au début du 17e siècle, la religion catholique est la plus importante. Ce n’est toutefois pas la seule religion : de nombreux Français sont protestants. Par contre, tous ceux qui souhaitent venir en Nouvelle-France en 1645 doivent être catholiques. À Montréal (Ville-Marie) la religion joue un rôle plus important qu’ailleurs en Nouvelle-France. Contrairement à Québec et à Trois-Rivières, ce n’est pas le commerce des fourrures qui amène la fondation de Montréal, ce sont des raisons religieuses. Les fondateurs souhaitent établir une colonie missionnaire destinée à accueillir les Amérindiens pour les évangéliser. Ils souhaitent que les Français et les Amérindiens cohabitent de façon harmonieuse. Auteur: Service national du Récit de l'univers social. Nous sommes moins de 1000...

Québec, 1645 Monseigneur, Voilà plusieurs années que je suis gouverneur de la Nouvelle-France et je suis découragé de voir que nous sommes si peu d’habitants. La plupart des colons s’installent dans la vallée du Saint-Laurent, dans les environs de Québec, Trois-Rivières ou Montréal. En dehors de ces zones il y a très peu d’habitants. La majorité des habitants de la Nouvelle-France vivent autour des postes de traite des fourrures parce que c’est le principal travail dans la colonie. Cela fait presque quarante ans que Québec a été fondé mais la colonie ne se développe pas rapidement. Charles Huault de Montmagny, gouverneur de Nouvelle-France. Le savais-tu? Il est difficile de savoir combien il y avait d’habitants au Canada en 1645. a2 descriptions personnages 4e et 5e. Les coureurs des bois. Les compagnies.

En 1627, la France crée la Compagnie des Cent-Associés. La Compagnie doit s’occuper des affaires de la Nouvelle-France en échange du contrôle du commerce des fourrures. Elle est donc la seule compagnie qui peut vendre les fourrures de la Nouvelle-France. En échange, la Compagnie des Cent-Associés engage des colons pour venir s’établir dans la colonie et fait de son mieux pour qu’ils restent en Nouvelle-France et fondent des familles.

Les origines de la compagnie La Compagnie des Cent-Associés a été créée en 1627 par le Cardinal de Richelieu. Elle regroupait cent marchands et aristocrates à qui le Cardinal avait confié le développement de la colonie. Auteur: Service national du Récit de l'univers social. Seigneurs et censitaires. Robert Giffard, seigneur de Beauport, est le premier seigneur colonisateur de Nouvelle-France. Les colons qui s’établissent sur la seigneurie de Giffard sont là pour fonder une famille et vivre en Nouvelle-France. Ils ne sont pas là pour le commerce des fourrures. À cette époque, c’était plutôt rare. La plupart des gens étaient de passage pour le commerce ou le travail et ils retournaient en France après quelques temps.

Les relations entre seigneur et censitaires Un seigneur est une personne qui dirige un grand territoire qu’on appelle seigneurie. Les engagés. Des établissements qui deviendront grands. En 1645, les trois établissements les plus importants de la Nouvelle-France sont Québec (fondé en 1608), Trois-Rivières (fondé en 1634) et Montréal (Ville-Marie) (fondé en 1642). Même si le territoire de la Nouvelle-France est assez grand, presque toute la population est concentrée dans ces trois villes qui sont toutes situées dans la vallée du Saint-Laurent. À Québec, on a agrandi l’église et on commence à tracer des rues. Québec est en train de devenir un petit village. Trois-Rivières est encore un très petit poste de traite. Montréal vient d’être fondé et n’est habité que par quelques personnes, dont quelques missionnaires qui veulent convertir les Amérindiens à la religion catholique.