background preloader

Moins pour mieux apprendre

Facebook Twitter

Pour mieux apprendre les langues, faites moins d'efforts. Mémoire de travail et charge cognitive - TA@l’école. Ajouter aux Favoris Par Ian Matheson et Dre Nancy L. Hutchinson Nombre d’études ont été menées ces dernières décennies afin d’approfondir la compréhension d’un système cognitif appelé « mémoire de travail ». Les troubles d’apprentissage (TA) se caractérisent souvent par des problèmes touchant la mémoire de travail (Hallahan, Pullen et Ward, 2013). Ce système est connu pour son rôle dans la gestion de l’information sensorielle reçue et la manipulation de l’information se trouvant déjà en mémoire. Tandis que les neuroscientifiques ont examiné la structure de la mémoire de travail, les psychologues de la cognition ont voulu savoir à quoi sert ce système et ont élaboré des modèles pour en comprendre les fonctions (Repovs et Baddeley, 2006).

On considère généralement que la mémoire de travail appartient à la catégorie des fonctions exécutives, lesquelles sont responsables de tous les processus cognitifs impliqués dans la cognition de haut niveau (Ilkowska et Engle, 2010). Bibliographie. Réforme de l’éducation en Finlande : remplacer les matières par des thèmes au lycée – CHANGER L'ECOLE ? Réforme: Adieu les branches à l'école - Société - lematin.ch. C’est l’un des systèmes éducatifs le plus souvent cité en exemple, entre autres pour l’excellente formation de ses enseignants. Et pourtant, la Finlande est en train de le réformer radicalement. Le pays songe en effet à abandonner purement et simplement l’enseignement par matière (mathématiques, biologie, anglais, etc.), au profit d’un enseignement transversal, par thèmes. Un module «Union européenne» combinerait par exemple des notions d’histoire, d’économie et de langues, alors qu’un cours professionnalisant centré sur la restauration et l’hôtellerie proposerait du calcul, un apprentissage des langues, ainsi que des cours de communication.

Un projet pilote est aujourd’hui mené dans la capitale. Et si l’expérience est fructueuse à Helsinki, elle pourrait être étendue à tout le pays d’ici à quelques années. De l’enthousiasme en Suisse En Suisse, l’idée a ses partisans. Approches complémentaires. ChanGements pour l’égalité - Trop d’école tue l’École ? L’École prend-elle trop de place dans le système éducatif ? « Dans le monde entier, l’école nuit à l’éducation parce qu’on la considère comme seule capable de s’en charger. » [1] « L’école est une institution fondée sur l’axiome que l’éducation est le résultat d’un enseignement. » [2] … Il n’y allait pas de main morte, Yvan Illich, lorsqu’il critiquait l’omnipotence de l’École dans l’éducation. Bien d’autres après lui ont dénoncé cette scolarisation excessive de la société qui fait que l’École est quasi la seule à déterminer la place sociale des individus [3] , qui veut que les activités économiques (l’exercice d’un métier) soient de plus en plus soumises à l’obtention d’un diplôme, qui « pédagogise » même la formation des adultes [4].

Ce premier constat, qui concerne l’organisation du territoire éducatif, s’accompagne d’un second qui touche à l’activité même d’apprentissage. Le mode scolaire d’apprentissage est-il performant ? Le scolaire est-il suffisant ? Déscolariser la société ? Antoine Prost : « On ne peut pas apprendre plus et mieux en travaillant moins » La France se trouve au bas du classement PISA, rappelle l’historien Antoine Prost, selon lequel croire qu’on comblera notre retard en supprimant le mercredi matin, comme le proposent des irresponsables, serait une grave erreur. Il est de nouveau question des rythmes scolaires. Et l’enjeu central est évacué.

Il s’agit du temps que nous décidons d’attribuer à l’école. C’est une question très simple : voulons-nous que nos enfants apprennent efficacement ce qu’on appelle aujourd’hui les fondamentaux ? Nous sommes parmi les derniers au classement PISA (Programme for International Student Assessment, programme international d’évaluation de la performance scolaire, de l’Organisation de coopération et de développement économiques), et cela n’inquiète guère. Il faudrait pourtant s’en soucier, car cela aura de lourdes conséquences dans quelques années. Dans la limite basse de nos voisins. Ecole: Un expert recommande moins de tests pour les élèves - Suisse - tdg.ch. Certains élèves du secondaire ont jusqu'à 34 cours par semaine à l'école. Ils consacrent aussi de nombreuses heures dès leur retour à la maison à faire leurs devoirs et réviser en vue des tests de la semaine. Sans compter également des leçons de musique et autres séances de sport. Bref: c'est trop.

Au point qu'un expert tire la sonnette d'alarme: «Nous courons le risque que toute une génération d'enfants craque sous la pression d'attentes exagérées que nous avons envers eux», prévient Peter Hofmann, un expert en droit scolaire dans le journal Bildung Schweiz, repris par 20 Minuten. L'expert va plus loin: ce qu'exigent l'école et la société est contraire à la Convention relative aux droits de l'enfant qui réclame que prime le bien-être de l'enfant dans toutes les actions le concernant, dénonce-t-il. Pression trop forte Même les représentants des enseignants estiment que la pression de l'école est trop forte. Maux de tête et insomnies. Bou Saab décrète un allègement expérimental des programmes scolaires - O. A. Après avoir allégé « exceptionnellement » le programme de philosophie à la veille des épreuves du baccalauréat libanais, en juin dernier, et après avoir promis d'alléger le programme du brevet de 35 %, en vue de le débarrasser de « notions inutiles », le ministre de l'Éducation, Élias Bou Saab, a pris hier un arrêté ministériel portant sur un allègement expérimental, et donc temporaire, de l'ensemble des programmes scolaires.Selon l'agence al-Markaziya, M.

Pourquoi il faut alléger les programmes en primaire. Au cœur du débat sur les rythmes scolaires, la révision des programmes est l’une des demandes les plus fortes des enseignants du primaire (72 %), derrière la revalorisation des salaires (92%). La principale raison ? Depuis la suppression du samedi matin et le passage de 26 à 24 heures hebdomadaires (volume maintenu dans la future semaine de 4 jours ½), pour un programme inchangé, il est quasi impossible de « boucler le programme » sans laisser des élèves sur le bas-côté.

Le ministre Peillon, comme ses prédécesseurs au début de chaque mandature, a prévu de s’attaquer aux programmes. Pour les alléger ?... Ce serait, enfin, inverser un mouvement historique qui réduit le temps scolaire tout en augmentant les contenus. Depuis Jules Ferry, la semaine et l’année scolaire ont beaucoup changé. En 1894, l’année scolaire, qui commence après six semaines de vacances en été, ne comporte qu’une semaine de vacances à Pâques, et quelques jours de congé extraordinaires. . - les arts visuels. Perrenoud - L’indispensable et impossible allégement des programmes scolaires. Réussir à l'école : apprendre mieux en étudiant moins by Éditions Midi trente. A l’école, méditer pour mieux apprendre - Le Temps. «L'introduction de la méditation à l'école devrait être inscrite au programme de l'éducation nationale.

C'est de l'éducation préventive qui ne nécessite aucun moyen ni aucun poste supplémentaire et qui permettrait d'enrayer tellement de difficultés scolaires». Si les propos de la psychologue clinicienne Jeanne Siaud-Facchin n’ont pas encore trouvé un écho favorable auprès des ministres de l’Education française, ils ont cependant interpellé une école suisse. Depuis septembre dernier, La Côte International School a mis au point une méthode éducative fondée sur la pleine conscience.

«Nous vivons dans une société de sollicitations permanentes et d’hyper-connectivité qui engendre un déficit de l’attention, génère de la pression et beaucoup de fatigue», explique Alison Piguet, directrice de la section primaire de l’établissement basé à Aubonne (VD). «Les enfants n’échappent pas à la règle. Leur vie est à l’image de la nôtre: soumise à une accélération du temps épuisante. 7 techniques prouvées scientifiquement pour apprendre beaucoup plus efficacement.

Pour réussir à un examen, il ne suffit pas aux étudiants de lire et relire leurs cours. C’est la conclusion à laquelle sont arrivés des psychologues spécialistes de l’apprentissage. Pour apprendre sur le long terme, il existe pourtant des méthodes efficaces qui fonctionnent, comme des questionnaires personnels, faire des fiches ou bien des diagrammes par exemple.

Voici donc 7 conseils qui vont vous aider à mieux apprendre. Relire à n’en plus finir, ça ne sert strictement à rien. C’est la conclusion de Henry Roediger et de Mark McDaniel, deux psychologues de l’Université Washington de Saint-Louis, qui ont combiné 80 années d’études d’apprentissage et de mémoire avec le romancier Peter Brown dans le livre « Faites que ça colle : la science d’un apprentissage réussi ». Pour mieux apprendre, divers moyens existent comme la célèbre méthode des fiches, mobiliser ses connaissances d’une manière synthétique est beaucoup plus efficace qu’une simple relecture. PARTAGEZ cet article 900 partages. La sophrologie en classe de terminale, pour moins stresser et mieux apprendre ! : CFAEN 44 Loire Atlantique. Par CFAEN44 - le 09|05|2017 « Apprendre à gérer ses émotions et travailler son intériorité, souffler pour mieux entrer dans les apprentissages », tel est le message véhiculé par Béatrice MAGDELAINE, sophrologue, à travers les exercices qu’elle propose.

Au cours de ce second semestre, Béatrice MAGDELAINE, sophrologue, est intervenue à l’UFA Michelet de Saint-Herblain, près de Nantes, auprès de classes de Terminale Baccalauréat professionnel Travaux Publics. Elle a animé, sur plusieurs séances d’une heure, des ateliers de respiration et relaxation. Résultats : au fur et à mesure de la prise en charge des groupes, l’ambiance de classe s’apaisait, les apprentis se recentraient rapidement quand leur attention se perdait, peu à peu ils se métamorphosaient : ils étaient plus ouverts, moins agressifs, moins impulsifs, avec davantage l’envie de réussir. Rémy BEAUMONT Formateur Histoire-Géographie / animateur Centre De Ressources. La sophrologie à l’école, pour moins stresser et mieux apprendre. Entre méditation, relaxation et hypnose, la sophrologie s'invite à l'école. Des enseignants invitent ainsi leurs élèves à "souffler pour mieux apprendre", en particulier sans stress.

Une classe en pleine séance de sophrologie / MindShift / Licence CC Dans une interview au Nouvel Obs, le pédopsychiatre Marcel Rufo décrit une “école qui rend les enfants malades”, faite de stress et de pressions familiales. Dans ces conditions, comment apprendre sereinement ? Pour Louis Musso, prof d’EPS à la retraite, la réponse pourrait être d’évacuer les tensions en pratiquant la sophrologie, une technique de relaxation à la croisée entre l’hypnose et la méditation, basée sur des exercices de respiration et de gestion de la pensée. Sophrologue expérimenté, Louis Musso organise des stages de formation pour les professeurs, et intervient dans des lycées toulousains.

Selon lui, “si un élève est en échec, c’est parce que ses capacités sont inhibées par le stress”. Des élèves « plus calmes » et moins stressés.