background preloader

Incertitudes du métier d'enseignant

Facebook Twitter

Est-il possible de prévenir le décrochage des jeunes enseignants ? Françoise Gavillet-Mentha, Un métier désenchanté. Parcours d'enseignants secondaires 1970-2010. 1 Voir notamment Lilian Mathieu, La démocratie protestataire. Mouvements sociaux et politique en Fra (...) 2 Voir entre (beaucoup d') autres les travaux d'Anne Barrère, par exemple : Travailler à l'école, Re (...) 1Comme à chaque campagne électorale, la compétition pour figurer en tête de l'agenda politique bat son plein. Talonnant l'emploi et la fiscalité, l'éducation occupe cette année une place de choix, même si, il faut bien l'avouer, elle est souvent réduite à la question des « 60 000 postes » dans l’Éducation nationale supprimés lors du quinquennat de l'actuel président de la République et qu'il s'agirait ou non de rétablir.

Reste qu'à cette approche purement « quantitative », certaines voix font valoir la nécessité de réfléchir également à la dimension qualitative du métier d'enseignant. 2C'est ce que propose ce (court) ouvrage de Françoise Gavillet-Mentha, avec néanmoins plusieurs spécificités qui mérite qu'on s'y arrête. Les parents et le malaise enseignant. Les parents sont indifférents au épreuves des enseignants ? Ils sont tellement inquiets de la réussite de leurs enfants que c'est sans doute souvent vrai.

Raison de plus pour souligner la publication par la Fcpe, première association de parents d'élèves, d'une Note sur le malaise enseignant. Ancienne professeure du secondaire, sociologue reconnue et auteure de deux livres sur le malaise enseignant, Anne Barrère réussit à faire le tour de la question en 4 pages. Pourquoi le malaise enseignant est-il si fort ? Les contours d'un malaise "Le relatif confort statutaire des enseignants français, pour la plupart fonctionnaires, est contrebalancé par un travail complexe, en forte évolution, et du coup la relative modération salariale aidant (rappelons que les enseignants français sont payés en moyenne 20 % de moins que leurs collègues européens), il n’apparaît plus aujourd’hui pour certains une contrepartie suffisante".

La cyclothymie de la classe Revenons à Anne Barrère. Quelle solution ? Témoignages : pourquoi les enseignants démissionnent-ils ? Selon un rapport du Sénat récent, les démissions d’enseignants ont doublé en 4 ans. Toujours en poste ou sur le point de partir, plusieurs profs nous livrent leur témoignage. Ceux qui comprennent les enseignants qui démissionnent Auteur : Richard Villalon Pierre Bertrand, professeur de statistiques à l’université de Clermont-Ferrand : « Je suis indirectement concerné par l’évolution de l’enseignement en collège, ou lycée. Thérèse Clerc, présidente de l’Association pour le Développement de l’Enseignement de l’Allemand en France (ADEAF) : « L’augmentation des démissions d’enseignants stagiaires et titulaires est un signal d’alarme à prendre très au sérieux.

Il faut réfléchir aux souffrances des enseignants pour corriger les causes Christian Couturier, enseignant d’EPS au lycée Jean Monnet à Montpellier et secrétaire national du SNEP : « Il n’y a pratiquement pas de démissions en EPS car sans parler forcément de vocation, il s’agit d’un véritable choix. Ceux qui n’en peuvent plus… Enseigner dans le monde de demain, un défi fantastique - Vocation Enseignant. À travers le monde, la formation des enseignants prend des formes très variées, bien que le métier reste sensiblement le même au sein d’établissements organisés selon des modèles de l’école qui s’avèrent très similaires. Un métier sur lequel pèsent presque partout les mêmes défis pédagogiques, les mêmes enjeux sociétaux, les mêmes attentes éducatives, les mêmes contradictions politiques...

En Suisse, après une formation universitaire disciplinaire, les étudiants (dans toute la suite de l’article, le générique masculin est généralement substitué au langage épicène à la fois par souci de simplification et dans le but d’encourager les hommes à embrasser la carrière enseignante, accroissant ainsi la diversité de genre dans le corps enseignant pour le plus grand bénéfice des enfants.) qui souhaiteraient embrasser une carrière enseignante entrent dans des Hautes Écoles Pédagogiques pour y suivre des cursus de un à trois ans selon le niveau visé. Dans le privé, les enseignants s’offrent des assistants robotisés. Le malaise des enseignants du premier degré. 1Une recherche sur l’“évolution de la volonté d’enseigner dans le premier degré”1 a permis de montrer que les maîtres pouvaient au cours de leur carrière professionnelle rencontrer des moments de doute voire des périodes de crise. 2Cette étude qui a examiné la question en regard des profils socio-démographiques, circulaires et vocationnels se fondait sur une enquête auprès d’un échantillon que l’on a souhaité représentatif, au niveau national, de la population des enseignants du premier degré.

Les données recueillies révèlent que l’apparition des moments d’incertitude peut être, entre autres, liée à un véritable malaise vécu par les maîtres. 3Les raisons institutionnelles du malaise sont multiples : la fin du monopole enseignant sur l’école qui doit fonctionner avec l’intervention de divers partenaires et en particulier les parents d’élèves, l’image des maîtres qui est souvent ternie, des réformes incessantes qui les perturbent. Les facteurs de contexte. Les facteurs à la classe. 70J.M. Le jour où les robots prendront la place des profs... (20+) Ces profs qui changent de métier. «Les conditions étaient devenues trop indignes». Après vingt-cinq années de bons et loyaux services, d'abord comme instit' puis comme professeur spécialisé pour élèves en difficultés [Rased], Sylvie1, 48 ans, a rendu son tablier. Le métier la passionnait pourtant. Mais avec la suppression programmée de milliers de postes, l'ambiance n'a fait que de se dégrader dans son réseau d'aide aux élèves de la Sarthe.

«Dans un système qui se délite, on est la proie des gens qui dysfonctionnent. Comme Sylvie, ils seraient de plus en plus nombreux à tourner le dos à l'Education nationale. «Les abandonner, c'est terrible !» «Cela devient un véritable secret d'état, estime Christophe Barbillat, secrétaire national chargé de l'emploi au Snes (Syndicat national des enseignements). Arrêts maladie de longue durée, mise en «disponibilité pour convenance personnelle»...

Mais quitter le «mammouth» ne se fait pas sans douleur. Partir avant d'être «aigri» Fabrice, lui, a sauté le pas avant de devenir «aigri». Le mal-être des jeunes professeurs à l'école. Devenir enseignant aujourd'hui: des incertitudes porteuses? Robotisation de l’enseignement : les robots, futurs professeurs.

Un apprentissage de la gestion de l’incertitude. Mais que peut raconter un professeur d’université à des étudiants qui sont là pour devenir des professionnels de l’école ? Cela a-t-il un sens de regrouper autant de futurs enseignants dans un auditoire pour les aider à se former aux réalités d’un métier difficile ? Ne suis-je pas dans la situation d’un maitre nageur qui devrait apprendre à 200 élèves à nager en les rassemblant dans un auditoire pour leur expliquer la théorie de la nage ? Ces enseignements en auditoire permettent-ils effectivement aux futurs enseignants d’apprendre leur métier ?

Certes, d’autres cours en plus petits groupes sont dispensés, certes, des stages (très courts) sont imposés, mais la contrainte institutionnelle de rassembler autant d’étudiants pour leur parler d’une pratique ne conduit-elle pas au sentiment que les pédagogues ont la propension à diffuser le message caricatural suivant : « Faites ce que je dis, pas ce que je fais » ? Un autre parcours Fermer les yeux ou prendre à bras le corps. Enseigner : agir dans l'urgence, décider dans l'incertitude. Savoirs et compétences dans un métier complexe - Philippe Perrenoud. Qui oserait encore prétendre qu'il suffit de maîtriser des savoirs pour les enseigner ?

Les transformations et les crises du système éducatif exigent des enseignants, plus que jamais, de véritables compétences professionnelles. Elles sous-tendent la transposition didactique des savoirs en classe, l'organisation de situations d'apprentissage, l'analyse des difficultés des élèves, la différenciation de l'action pédagogique, la négociation d'un contrat permettant le travail scolaire quotidien dans des conditions minimales de sérénité.

Elles permettent aussi de coopérer avec d'autres enseignants, de contribuer à un projet d'équipe et d'établissement, de communiquer avec les parents et la communauté locale, ou encore de piloter sa carrière et sa formation continue. L'objectif de la formation initiale ou continue est désormais de préparer les enseignants à affronter la complexité, la diversité et la mouvance des situations professionnelles auxquelles ils sont ou seront confrontés. Spirale 60 Les métiers de l'enseignement au péril des incertitudes (octobre 2017) SPIRALE Revue de recherches en éducation Accueil > Numéros parus : sommaires et résumés (* = numéro épuisé) > Spirale 60 Les métiers de l’enseignement au péril des incertitudes (octobre (...) Spirale 60 Les métiers de l’enseignement au péril des incertitudes (octobre 2017) Dernier ajout : 5 juillet 2017. Coordination : Bruno GARNIER Bruno Garnier Les métiers de l’enseignement au péril des incertitudes Présentation (3-11) Diane Rufin et Jean-Paul Payet« C’est quoi, pour vous, être enseignant ?

Le rapport des enseignants aux nouveaux savoirs à transmettre Sylviane Blanc-Maximin, Jacques Audran et Gilles FernandezL’incivilité à l’école primaire : zone d’incertitude pour les enseignants ? Dany Hamon et Sylvain GenevoisÉvolution du métier d’enseignant à l’ère du numérique : des sources d’incertitudes et des moyens de les réduire. L’impact de dispositifs pédagogiques innovants sur le rapport des enseignants aux élèves Christian GermierLa prescription source d’incertitudes. Articles Rubriques. Évolution du métier d’enseignant à l’ère du numérique : des sources d’incertitudes et des moyens de les réduire. Le cas des collèges “tout numérique” de Seine Saint Denis. Devenir enseignant aujourd’hui : des incertitudes porteuses ?

1Le « plus beau métier du monde » l’est-il toujours ? Généralement apprécié pour son rôle privilégié de transmission d’une génération à l’autre de ce sans quoi l’humanité ne serait pas elle-même, il se trouve confronté à une expansion inouïe des demandes d’éducation, en termes de massification et d’allongement de la durée des études. En ce début de XXIe siècle, il met les nouveaux recrutés dans des conditions assez différentes de celles qu’ont connues leurs aînés, du fait notamment de la signification générale des études dans des « sociétés de la connaissance » et du caractère de plus en plus hétérogène de publics d’élèves qui accèdent désormais à l’ensemble des segments des systèmes éducatifs. 2Les auteurs sollicités pouvaient proposer leurs analyses en empruntant au moins une des quatre entrées suivantes : 3Venir au métier d’enseignant.

La question se pose en effet de savoir qui, aujourd’hui, devient enseignant et pourquoi. 4Se former. 5Découvrir le métier. 1 .

Incertitudes dans les autres métiers

Enseigner : agir dans l’urgence, décider dans l’incertitude.