background preloader

Data visualisation

Facebook Twitter

Le blob, l’extra-média. L’open data, c’est quoi ? L’open data permet une plus grande transparence pour les gouvernements. Il peut aider à prouver que les fonds publics sont dépensés à bon escient et que les politiques sont bien implémentées. Ainsi, selon un militant pour le gouvernement ouvert (« open government activist ») David Eaves, l’open data a permis aux citoyens canadiens d’économiser 3, 2 milliards de dollars en dons frauduleux aux associations caritatives en 2010.Lien vers l’article de David Eaves Basé sur les projections de PIB des 28 Etats membres, et tenant compte des dépenses moyennes des gouvernements au sein de chaque pays, les réductions de coûts par pays peuvent être calculées.

Pour les 28 en 2020, la réduction globale de coûts est ainsi projetée à environ 1,7 milliard d’euros. Lexbase est un service en ligne qui fournit des informations publiques provenant de tribunaux et autres autorités suédoises. Accueil. La donnée, pierre angulaire de notre économie.

Jeudi, je participerais aux Rendez-vous Parlementaires de Bretagne sur l’Economie Numérique, où on m’a demandé de parler de données. Je dois avoir une quinzaine de minutes, mais comme toujours j’ai prévu pour 2 heures d’exposé. Les slides sont maintenant en ligne, et je me suis dis que je pourrais faire un billet pour détailler le fond de mon propos, Si les données semblent aujourd’hui concerner tout le monde – on y reviendra – historiquement, la collecte et les calculs étaient historiquement l’affaire d’état, comme l’indique l’étymologie du mot “statistique”. La statistique était une question de spécialistes, que le grand public ne voyait que lors de la publication d’indicateurs synthétiques, souvent utilisés pour justifier des choix de politique publique (nombre de demandeurs d’emploi, espérance de vie à la naissance, etc). Le fait que les statisticiens, économètres, sociologues observe la société depuis une “tour d’ivoire” permettait de déconnecter mesure et mesurés. Accueil. TraAM EMI 2016-2017 : InfoViz/ Synthèse.

Le projet TraAM EMI académique 2016-2017. Projet infoViz : Donner à voir l’info, ça s’apprend. Développer, en lien avec les domaines du socle, les compétences de la littératie numérique et de la numératie : ➢ La carte mentale pour apprendre à rechercher, analyser et organiser l’information. . ➢ S’initier au datajournalisme, s’approprier méthodes et outils de collecte et de traitement statistiques de données. . ➢ Restituer une approche problématisée de l’information sous la forme d’infographie. Ce travail a été suivi par Pauline Le Gall, professeure documentaliste, chargée de mission au CLEMI-Créteil et référente du groupe TraAM EMI. Le groupe de travail académique : Un groupe composé de (très) jeunes enseignants : Les plus jeunes sont néotitulaires, les plus expérimentés enseignent depuis 10 ans. Pour une lecture plus aisée, activer le mode "plein écran" Initier les élèves de collège et de lycée à la datavisualisation : retour sur l’expérience EGautier, DAEMI.