background preloader

Nabbou

Facebook Twitter

«Charlie» en douze dates. En quarante-cinq ans d'existence (et une longue interruption), Charlie Hebdo a toujours dérangé, c'était bien là d'ailleurs sa raison d'être: faire rire, faire réagir, faire réfléchir.

«Charlie» en douze dates

Jusqu'à 2011, c'était surtout dans les tribunaux que la rédaction était attaquée. Jusqu'à l'incendie criminel de 2011. Et jusqu'au massacre de ce mercredi. Février 1969 François Cavanna, Georges Bernier alias le Professeur Choron et Henri Roussel, alias Delfeil de Ton, membres de Hara-Kiri, le«journal bête et méchant», lancent Charlie. C'est alors un mensuel largement illustré de dessins.

La une du 3 novembre 1970. Décembre 1981 Le titre cesse de paraître, faute de lecteurs. 1992Charlie Hebdo renaît. 1998 L’un des dessins de Charlie Hebdo fait polémique. (Photo Gérard Cercles. Charlie Hebdo et la religion: l'art de la provocation. 8 février 2006 : Charlie Hebdo caricature Mahomet et reçoit ses premières menaces.

Charlie Hebdo et la religion: l'art de la provocation

C’est quoi l’esprit « Charlie Hebdo » ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pierre Jaxel-Truer « On a tué Charlie Hebdo », se sont vantés les fuyards armés, après leur carnage.

C’est quoi l’esprit « Charlie Hebdo » ?

Mais peut-on rayer avec des fusils mitrailleurs plus d’un demi-siècle d’histoire et une institution de la presse française qui ne ressemble à aucune autre ? Une expression colle aux pages de l’hebdomadaire et à la peau de ses journalistes : « l’esprit Charlie ». Résumer un esprit est toujours délicat : nul doute, cependant, qu’il y a dans cette formule un condensé de liberté de ton, d’humour décapant, d’irrévérence et de fierté, structuré autour de solides valeurs de gauche, où la défense de la laïcité figurait souvent en première ligne.

L’aventure a commencé il y a bien longtemps, à l’orée des années 1960, comme souvent autour d’une bande de copains inspirés : Cavanna, Fred et Georges Bernier, qui deviendra le fameux Professeur Choron, et l’expert revendiqué de l’« humour bête méchant ». Charlie Hebdo : La France, terre de tradition des journaux satiriques. Les caricaturistes assassinés hier sont les héritiers d'une tradition française du pamphlet qui remonte au siècle des lumières.

Charlie Hebdo : La France, terre de tradition des journaux satiriques

La tristesse nationale provoquée par l'assassinat des talentueux dessinateurs de Charlie Hebdo nous rappelle que la caricature et la presse satirique montre l'attachement viscéral des français à la libre pensée. Héritier d'Hara-Kiri, le journal bête et méchant, créé en 1960 par François Cavanna et le professeur Choron, Charlie Hebdo est le continuateur spirituel des pamphlets qui sont nés au siècle des Lumières et qui ont fait flores pendant la Révolution française. Le point commun de tous ces journaux est le courage. Quelles que soient les idées défendues, ils ont eu à affronter la censure. La censure du pouvoir royal avant la Révolution, la censure du Comité de salut public sous Robespierre, la censure légale sous les différentes républiques. Le Figaro a commencé sa carrière il y a presque deux cents ans en jouant la satire.

. ● Les pamphlets révolutionnaires. Caricature, un dessin « chargé » Daumier. La Révolution de 1789 va multiplier ces images (mille cinq cents gravures satiriques entre 1789 et 1792) et la demande suscitée par l'actualité va être à l'origine d'un appareil de production organisé.

Daumier

Des journaux hebdomadaires comme Les Révolutions de France et de Brabant de Camille Desmoulins ou les Révolutions de Paris de l'éditeur Prudhomme font une large place au dessin, satirique pour l'un, d'inspiration plus "reportage" pour l'autre. La presse royaliste publie de son côté des caricatures anti-révolutionnaires tandis qu'en 1793 le Comité de Salut Public demande au député David de "multiplier les gravures et les caricatures qui peuvent réveiller l'esprit public et faire sentir combien sont atroces et ridicules les ennemis de la liberté et de la république".Cité dans "La caricature, deux siècles de dérision salutaire", Historia, n° 651, mars 2000, p.52. ARTE Journal Junior. Une petite histoire du dessin de presse 1/2 - Texte de la conférence donnée par Guillaume Doizy le 26 septembre 2008 à la BPI (Beaubourg), à l’occasion d’une après-midi de réflexion sur le thème : « Quel avenir pour le dessin de presse ».

Une petite histoire du dessin de presse 1/2 -

Pour tout vous dire, je me demande encore si j’ai eu raison d’accepter de venir ici raconter l’Histoire du Dessin de presse. Evoquer l’œuvre de Daumier en trois quart d’heure serait déjà une gageure. Parler de l’Assiette au Beurre dans un temps si court, analyser plusieurs milliers de ses dessins et le travail de dizaines d’artistes ayant collaboré à la revue, relèverait du miracle. On pourrait écrire des livres entiers sur le dessin de presse des Années Folles. Et pourtant, je ne dois pas seulement parler d’un dessinateur, d’un journal ou encore d’une période. Pour commencer, il me semble nécessaire de faire un peu de linguistique. La propagande d’abord : Le commentaire politique : Autre rôle du dessin de presse, autre niveau d’engagement, il commente.