background preloader

Mediator

Facebook Twitter

[App] L’affaire du Mediator racontée à ceux qui ont loupé le début » Article » OWNI, Digital Journalism. Rue89 et OWNI ont développé une application interactive qui retrace l'histoire du Mediator.

[App] L’affaire du Mediator racontée à ceux qui ont loupé le début » Article » OWNI, Digital Journalism

Avec « Autopsie d'un tueur », visualisez tout ce qui a bugué. Stupéfaits. Même ceux qui sont au plus près du dossier n’en reviennent toujours pas de ce qu’ils ont découvert dans le rapport d’enquête de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) rendu le 15 janvier. Sans mâcher ses mots, il dépeint la faillite d’un système. Le rapport Debré-Even - SANTE VIE POLITIQUE. 0000. Médiator : "J’ai une part de responsabilité" Mediator : "pire que ce qu’on pensait" Irène Frachon est la première à avoir alerté les autorités sur la dangerosité du Mediator. Le médicament des laboratoires Servier est aujourd’hui au cœur d’ un énorme scandale sanitaire , puisqu’il aurait coûté la vie à des centaines, voire des milliers de personnes, durant les 33 ans de sa commercialisation.

Samedi, un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) est venu démontrer les lacunes du système sanitaire français, et les responsabilités du laboratoire. "Le sentiment est général : c’est encore pire que ce qu’on pensait", réagit Irène Frachon au micro d’Europe 1. "Je m’attendais à ce qu’il y ait une chaîne de responsabilités, mais je pensais qu’il y avait d’abord une erreur, des choses qu’ils avaient pas comprises, pas vues. Aujourd’hui, il s’avère que c’est beaucoup plus grave que ça. La pneumologue s’interroge sur ce qui a permis au médicament d’être encore en vente, alors qu’il aurait dû être interdit au mois dès 1999, selon le rapport de l’Igas. France : Le laboratoire Servier dans la tourmente judiciaire  Une patiente attaque le groupe français qu'elle juge responsable de sa maladie cardiaque.

France : Le laboratoire Servier dans la tourmente judiciaire 

Servier, le deuxième groupe pharmaceutique français après Sanofi-Aventis, connaît une mauvaise passe. Le laboratoire est attaqué en responsabilité devant le tribunal civil par une patiente souffrant d'une lourde pathologie cardiaque. Pendant sept ans, elle avait pris, au rythme de trois par jour, l'un de ses médicaments vedettes, Mediator, pour perdre du poids. Et un livre à charge contre ce même médicament vient de paraître. Jeudi, le tribunal de Nanterre a donné raison à Françoise qui demandait la nomination d'un expert pour établir le lien de cause à effet entre la prise de ce médicament et son affection. Cet ouvrage, qui fait beaucoup de bruit, rapporte par le menu comment une équipe de médecins de Brest s'est battue pendant des mois pour prouver aux autorités sanitaires françaises les effets délétères que pouvait avoir Mediator, 44e médicament le plus vendu en France en 2007.

Le Figaro - Santé : Le Mediator serait responsable de 500 à 1000 décès en France. Mediator, le médicament des laboratoires Servier réservé à l'origine aux diabétiques en surcharge pondérale puis prescrit aux patients désireux de perdre du poids serait responsable de 500 à 1000 décès en France.

Le Figaro - Santé : Le Mediator serait responsable de 500 à 1000 décès en France

C'est ce qui ressort d'une étude confidentielle de la Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam) dont Le Figaro a pu avoir connaissance. Suite à une saisine de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), les médecins de la Cnam ont passé à la loupe le devenir médical des patients ayant pris du Mediator. L'objectif étant d'évaluer le nombre d'hospitalisations et de morts potentiellement liés à ce médicament. Selon d'autres travaux réalisés au Centre hospitalier de Brest, le risque de complications graves liées à ce médicament serait de l'ordre de 0,5 cas pour 1000. Celles-ci surviendraient pour des traitements d'au moins quelques mois. » Nouveaux éléments dans l'affaire Mediator.

Mediator : le vœu aux poudres. Pour Jacques Servier, le Mediator, c’est trois morts, pas plus.

Mediator : le vœu aux poudres

Mardi, le patron des laboratoires français, 88 ans, a présenté ses vœux à ses troupes, réunies dans la grande salle de l’ancien siège du groupe, 22, rue Garnier, à Neuilly (Hauts-de-Seine). Alors que le laboratoire fait face au plus gros scandale de son histoire, le «docteur Servier» a resserré les rangs, dénoncé des attaques «mafieuses» contre le groupe, et lancé la riposte. L’essentiel de sa contre-attaque tient en un chiffre : trois, comme le nombre de victimes du Mediator. Rien à voir, donc, avec les évaluations citées jusqu’à présent : 500, selon le travail de l’épidémiologiste Catherine Hill (lire ci-contre), voire jusqu’à 2 000, selon deux autres chercheurs de l’Inserm, Mahmoud Zureik, directeur de recherche, et Agnès Fournier, épidémiologiste. «mafia». Le Mediator "a pu présenter des risques" (JDD) - La Mutualité Française demande que la lumière soit faite sur les conditions de mise sur le marché du Mediator® La Mutualité Française, qui fédère la quasi-totalité des mutuelles santé en France, s’étonne que le Mediator®, médicament à destination des diabétiques en surpoids qui aurait causé au moins 500 décès depuis plus de trente ans, ait été retiré de la vente aussi tardivement en France, pays où il représentait l’essentiel des ventes.

La Mutualité Française demande que la lumière soit faite sur les conditions de mise sur le marché du Mediator®

Elle dénonce des dysfonctionnements dans le circuit du médicament et demande que toute la lumière soit faite sur les conditions de mise sur le marché du Mediator®. En 1997, les Etats-Unis, après avoir décelé les effets indésirables de l’Isoméride® dont la molécule appartient à la même classe thérapeutique que le Mediator®, interdisent la commercialisation du Mediator®. En 2003, l’Espagne le retire de la vente. En France, il faudra attendre 2009 ! - La faiblesse du dispositif de pharmacovigilance : pour la Mutualité Française, il devient nécessaire aujourd’hui de renforcer son rôle et ses actions et de le financer avec des fonds publics. Derrière les morts du Mediator, des soupçons de collusion. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Benoît Vitkine Le Mediator, un médicament pour diabétiques en surpoids produit par les laboratoires Servier et interdit depuis novembre 2009, aurait causé entre 500 et 1 000 morts, selon l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

Derrière les morts du Mediator, des soupçons de collusion

Mardi après-midi, Xavier Bertrand, le nouveau ministre de la santé, a appelé "tous ceux qui ont pris du Mediator" à consulter un médecin. L'avocat de plusieurs victimes évoque un "scandale sanitaire", alors que des connaisseurs du dossier dénoncent une interdiction trop tardive du médicament et le rôle joué par l'Afssaps elle-même. Appel à la démission de Nora Berra à cause du dossier Mediator. PARIS (Reuters) - Le député socialiste Gérard Bapt a appelé mercredi à la démission de la secrétaire d'Etat à la Santé Nora Berra en raison de ses propos sur l'affaire du Mediator et de ses liens avec les laboratoires pharmaceutiques.

Appel à la démission de Nora Berra à cause du dossier Mediator

Le Mediator, un traitement contre le diabète retiré du marché l'an dernier, aurait provoqué la mort d'au moins 500 personnes depuis 1976 en France, selon une étude présentée mardi, et sa dangerosité était connue depuis plusieurs années. "Il faudra voir la relation d'imputabilité entre le médicament et ses effets", a dit Nora Berra mardi matin sur i>Télé, ajoutant qu'il faudrait "un gros travail de compilation de données et d'expertise" pour le vérifier. "Mme Berra confirme ce que dit Servier", le laboratoire ayant fabriqué le Mediator, a dit Gérard Bapt à Reuters. "Je conseille au Premier ministre de lui demander de démissionner.

Autrement le Premier ministre verrait son gouvernement de nouveau empêtré dans une affaire de conflit d'intérêts", dit Gérard Bapt. Médicament Mediator : le Gouvernement prend des mesures. Médicament Mediator - Les communiqués - Presse Santé - Actualité/Presse - Ministère de la Santé et des Sports. Erreur 404 La page que vous demandez a été déplacée ou n'existe plus.

Médicament Mediator - Les communiqués - Presse Santé - Actualité/Presse - Ministère de la Santé et des Sports

Voir le plan du site Retour au sommaire Marisol Touraine - Ministre des Affaires sociales et de la Santé Biographie Cabinet Agenda Alertes sanitaires Rappel de confit de foie de volaille au Porto : présence éventuelle de fragments de verre 27 mars 2013. Le Grand Journal. Santé : Mediator ! Combien de morts ? - Gérard BAPT, votre député. Irène Frachon - Mediator 150 mg. « Le livre d’Irène Frachon a tout du thriller médical.

Irène Frachon - Mediator 150 mg

Mais tout y est vrai… » Le Nouvel Observateur « Le récit d’Irène Frachon prend des allures d’enquête : identifier l’arme du crime. » Le Monde « Ce petit livre tombe à pic pour ébrécher ce silence. » Libération Le Mediator 150mg est un medicament antidiabétique souvent prescrit comme coupe-faim, dont l'autorisation de mise en marché a été suspendue par l'Afssaps (Agence du médicament), en novembre 2009, en raison de sa toxicité avec risque avéré d’atteinte des valves du cœur que sa consommation entrainait pour les patients.

Les valvulopathies sont des maladies qui peuvent être mortelles.Deux millions de personnes ont consommé du Mediator. . « Le 25 novembre 2009, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé - Afssaps - annonce la suspension de l’autorisation de mise sur le marché d’un médicament. Irène Frachon Romandie News Texte Servier condamné à verser 210.000 euros à une patiente soignée à l'Isoméride. Fenfluramine-like cardiovascular side-effects of benfluorex — ERJ. + Author Affiliations K.

Fenfluramine-like cardiovascular side-effects of benfluorex — ERJ

Benfluorex and Unexplained Valvular Heart Disease: A Case-Control Study. Background Recent case reports suggest that benfluorex, a fenfluramine derivative used in the management of overweight diabetic patients and dyslipidemia, is associated with cardiac valve regurgitation. Methods We conducted a case-control study. Eligible patients were those admitted in the cardiology or the cardiac surgery units of our hospital between January, 1st 2003 and June 30th 2009, with mitral insufficiency diagnostic codes (ICD-10 I340 and I051). Jacques Servier rompt le silence sur le Mediator.

LE MONDE pour Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Yves Mamou et Marie-Pierre Subtil Violemment mis en cause par l'affaire du Mediator, un médicament destiné aux diabétiques en surpoids, mais dont l'usage était détourné par des femmes souffrant d'obésité, Jacques Servier, fondateur du groupe pharmaceutique du même nom qu'il dirige depuis 1948, se dit, dans un entretien exclusif au Monde, " sidéré et stupéfait" par le chiffre de 500 décès avancés par les autorités sanitaires.

Assisté d'un cadre de son groupe, M. Servier, 88 ans, se demande "si cette affaire est une fabrication" avançant même une volonté "d'embêter le gouvernement". Mediator : quand Jacques Servier se moque du monde. «Nous sommes sidérés, stupéfaits ! C'est à se demander si cette affaire est une fabrication. Mediator ou Terminator? MyPharma Editions. Publié le Lundi 22 novembre 2010 Dans une interview au Monde, Jacques Servier, PDG du laboratoire éponyme, fabricant du Mediator, auquel on impute la mort d’au moins 500 personnes, estime que l’affaire vise avant tout à « gêner le gouvernement ».

Une ligne de défense éprouvée dans une affaire qui relève du cas d’école. Le point de vue de la semaine par Hervé Karleskind En termes stratégiques, cela s’appelle repasser le Mistigri. Ce n’est en effet pas à Jacques Servier, 88 ans, que l’on donnera des leçons dans un registre qui n’a pas ses faveurs, loin s’en faut, celui de la communication. Mediator: les médecins sont-ils responsables? Pourquoi les médecins ont-ils détourné le Mediator de ses indications initiales en le prescrivant comme coupe-faim? S'insurge l'Association française des diabétiques. Le Figaro - Santé : Mediator : l'agence du Médicament inquiète dès 1998.

Le Mediator a été retiré en France en novembre 2009, après trente-trois ans de commercialisation. Ce médicament serait responsable d'au moins 500 décès par atteinte des valves cardiaques et de plus de 3500 hospitalisations. Or ce produit a été retiré de Suisse dès 1998 et d'Espagne en 2003. Pourquoi a-t-on mis tant de temps pour interdire ce médicament dangereux et dénué de réelle efficacité? Ce ne sont pourtant pas les signaux d'alerte qui ont manqué. En 1999, tous les anorexigènes, ces fameux médicaments coupe-faim, sont suspendus en France. Par ailleurs, ce compte rendu de 1998 précise aussi que «la métabolisation du benfluorex dans l'organisme entraîne la formation de norfenfluramine, métabolite apparenté à la fenfluramine, elle-même impliquée dans l'apparition d'hypertensions pulmonaires graves». Depuis l'affaire du Mediator, on ne parle plus que d'elle... la revue Prescrire - LePost.fr.

Mediator : la lettre de départ du directeur de l’agence du médicament. Après sept années à la direction de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), je vais bientôt quitter cet établissement public dans le contexte d’une crise sans précédent, celle du Mediator, médicament dont j’ai suspendu l’autorisation de mise sur le marché en novembre 2009 après avoir retiré une de ses deux indications en juin 2007.

Malgré la gravité de l’ébranlement actuel, je veux dire ma fierté d’avoir dirigé cet organisme public et ma reconnaissance envers ses équipes compétentes et dévouées à la santé publique. Mais comment nier que cette fierté est ternie par ce que nous apprend l’analyse de l’historique du Mediator ? Et comment ne pas être taraudé par une interrogation lancinante sur ce qui aurait pu et dû être fait pour que l’usage et le mésusage de ce médicament cessent plus tôt ? Il n’est pas équitable de balayer tout souvenir des trains sanitaires qui sont arrivés à l’heure. Il faut tout d’abord éviter de céder au mirage des restructurations.