background preloader

Paléoanthropologie

Facebook Twitter

Sauvages, Cernunnos et Dieu Cornu

Le Beau, l'Art et l'Homme - CNRS Editions. Le premier chef d'oeuvre. Un chromosome Y vieux de 338 000 ans. De l'ADN humain vieux de 400 000 ans. Un Européen du mésolithique à la peau noire et aux yeux bleus. Le plus vieil ADN humain jamais séquencé. C’est le plus vieux génome appartenant à un représentant du genre Homo jamais séquencé.

Le plus vieil ADN humain jamais séquencé

Et pour cause, puisque cet ADN, prélevé sur un fémur retrouvé dans une grotte de Sima de los Huesos, située sur le site préhistorique de Atapuerca (Espagne), a entre 300 000 et 400 000 ans. Soit beaucoup plus que les échantillons d’ADN humains d’homininés séquencés jusqu’ici, tous âgés de moins de 100 000 ans. Cette véritable prouesse, qui est à mettre à l’actif du célèbre généticien Svante Pääbo (Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology à Leipzig, Allemagne), a été publiée le 4 décembre 2013 dans la revue Nature, sous le titre « A mitochondrial genome sequence of a hominin from Sima de los Huesos ».

Mais ce n’est pas tout. Car cette performance inédite fait apparaître une nouvelle zone d’ombre dans l’histoire humaine. Pour bien comprendre l’enjeu de cette découverte, il nous faut d’abord nous intéresser à l’identité de l’homininé dont est issu l’ADN mitochondrial séquencé par Svante Pääbo. Les ancêtres communs à tous les Européens ont moins de 1000 ans. Tous les européens d'aujourd’hui ont partagé de nombreux ancêtres.

Les ancêtres communs à tous les Européens ont moins de 1000 ans

Rien de bien étonnant à cela. En remontant à 3000 ou 4000 ans, on imagine facilement que nous ayons toutes les chances de retrouver des parents communs à l’ensemble des européens d’aujourd’hui. Mais jusqu’à quand ce phénomène a-t-il perduré ? A partir de quel moment la famille européenne s’est-elle séparée pour s’éparpiller sur le vaste territoire du Vieux Continent ? Chacun d’entre nous partage-t-il encore aujourd’hui « quelque chose » avec l’ensemble des autres européens ? Deux chercheurs américains viennent de répondre à ces questions. Publicité Une famille longtemps unie La surprise, c'est la période courte pendant laquelle cette parenté générale continue à subsister.

Un atlas des grands évènements qui ont mélangé les gènes humains. L'une des applications les plus fascinantes de la génétique concerne ce qu'elle peut nous apprendre de l'histoire de l'Homme, de ses migrations et des mélanges de population permanents qui se sont produits depuis les débuts de l'humanité.

Un atlas des grands évènements qui ont mélangé les gènes humains

Des généticiens viennent ainsi pour la première fois de tenter d'identifier et de dater les évènements qui ont entraîné les plus grands mélanges de population de ces 4.000 dernières années à travers l'analyse de l'ADN de 1.490 individus originaires de différentes régions de la planète. Les chercheurs des universités d'Oxford, de UCL à Londres et de l'institut Max-Planck d'anthropologie évolutionniste de Leipzig ont publié leurs résultats dans un article scientifique publié cette semaine dans la revue Science. publicité «Certains de la centaine d'évènements de mélange majeurs qu'ils décrivent ont des explications historiques plausibles, tandis que beaucoup d'autres restent à expliquer» écrit le New York Times.

À lire aussi sur Slate.fr. La paléogénétique révèle une humanité éclatée. Homininés. Reconstitution virtuelle du dernier ancêtre commun à l'Homme moderne et à l'Homme de Neandertal.

Homininés

Le paléoanthropologue Aurélien Mounier, du Centre Leverhulme pour l'évolution humaine (Université de Cambridge, Royaume Uni) a réussi à recréer virtuellement le crâne fossile du dernier ancêtre commun aux hommes modernes et aux néandertaliens. Accueil - Société préhistorique française. Pour vous inscrire à la newsletter : cliquez ici Bienvenue sur le site de la Société préhistorique française !

Accueil - Société préhistorique française

Le conseil d’administration de la Société préhistorique française a enregistré avec satisfaction le résultat positif notable pour l’exercice 2013. Afin de favoriser les quelque mille adhérents de l’association qui ont contribué à ce rétablissement financier, la mise en place d’un tarif préférentiel à leur intention a été décidée pour les éditions non périodiques, soit une remise de 20% sur l’ensemble du catalogue pour les adhérents. Les adhérents de la Société préhistorique française sont invités à renseigner le champ « code promo» avec le code« AdhérentSPF » au moment de finaliser la commande. Une réduction de 20% sera alors automatiquement appliquée. Fondée en 1904, la Société préhistorique française est l'une des plus anciennes société d’Archéologie.

La Société préhistorique française compte actuellement près de mille cent membres. Bonne visite sur prehistoire.org ! Un portail archéologique proposant une découverte interactive de la préhistoire. Découverte de 7 bras gauches dans une tombe. Des archéologues français ont découvert sept bras gauches dans une fosse.

Découverte de 7 bras gauches dans une tombe

Ils sont datés d'environ six mille ans. Une pratique inconnue jusqu'ici. La fosse avec les squelettes (à gauche) et une fois ces derniers retirés, les 7 bras (à droite). Photo : Bertrand Perrin/Antea « Franchement, on n'a jamais rien vu de semblable. » Des pratiques étranges, Bruno Boulestin en a rencontré, pourtant, dans sa carrière d'anthropologue (au Pacea). L'affaire se situe autour de 4000 ans av. Au départ, c'est une archéologie tranquille, quotidienne. Pascal Picq paléoanthropologue. Le Paléoanthropologue Pascal Picq et la valeur du temps à l'Université Hommes-Entreprises.

Hominidés - Préhistoire - Homme en évolution de Toumaï à Homo Sapiens. La vénus de Renancourt à Amiens. Une nouvelle vénus datée de - 23 000 ans Les morceaux d’une statuette en craie représentant une femme ont été retrouvée à Amiens.

La vénus de Renancourt à Amiens

La découverte Un petit amas de morceaux de calcaire a été découvert en juillet 2014 sur un chantier de fouilles (Renancourt 1) mené par le service régional de l’archéologie, l’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives) et le service d’archéologie préventive d’Amiens métropole. Ce chantier est situé dans le quartier Renancourt au sud-ouest d’Amiens.