background preloader

Moreaujean

Facebook Twitter

Casio Master of G, la montre des professionnels de l’extrême ! | MagMontres.fr. Peu de marques peuvent se targuer de proposer des montres dédiées aux professionnels exécutant des missions à haut risque, la marque japonaise Casio en a elle fait son terrain de jeu pour perfectionner sa G-SHOCK en présentant les modèles Master of G, des modèles conçus en collaboration et pour ces hommes tournés vers l’action ! Résistantes aux conditions les plus difficiles, cette collection s’appuie sur les caractéristiques de la montre phare de Casio pour proposer le meilleur à des mondes professionnels exigeants, zoom aujourd’hui sur cette gamme il faut le dire un peu hors du commun. La ligne Master of G est composée de montres marines avec le modèle GulfMaster, de montres conçues pour la survie avec la MudMaster et de montres de pilotes avec la GravityMaster. Zoom à présent sur ces 3 collections très techniques que l’on retrouve également fréquemment aux poignets d’aventuriers du quotidien grâce à leur style dynamique et sportif.

Affrontez les missions en mer avec la GulfMaster. [IFA] Qualcomm : une montre intelligente baptisée Toq. Au milieu des Galaxy Gear de Samsung et SmartWatch 2 de Sony, Qualcomm ajoute son grain de sel avec la Toq, une montre intelligente dont la particularité est un écran Mirasol. Compatible Android 4.0.3 et plus, agnostique au niveau des smartphones, la Toq promet une autonomie de plusieurs jours. La Galaxy Gear devrait de son côté tenir une journée, voire moins. Cette autonomie record est due à l’utilisation de la technologie Mirasol, proche de l’E-Ink, qui n’a jamais réussi à percer sur le marché des bidules électroniques.

La Toq sera à cet égard une démonstration des capacités de ce type d’écran. Sony ne veut pas d’Android Wear. Pionnier dans l’univers de Smartwatch, certains ont pu s’étonner que Sony ne fasse pas partie des partenaires de Google sur Android Wear. Pour l’instant la marque préfère conserver son propre OS basé sur Android (tout court). Ravi Nookala, à la tête de la division américaine de Sony Mobile l’a indiqué dans un entretien accordé à CNET.com. L’homme estime que Sony a déjà beaucoup investi dans sa plateforme que cela restera ainsi. Il précise ensuite que les chiffres de ventes de la Smartwatch 2 sont supérieurs aux attentes. Sony ne cédera donc pas aux sirènes d’Android Wear dans un futur proche. On ne change pas une équipe qui gagne. Quatre montres connectées chez Lunatik. Le fabricant d’étuis pour iPhone et iPod Lunatik a décidé de passer la seconde en devenant constructeur de smartwatch (après tout, tout le monde en fait, pourquoi ne pas se lancer).

L’entreprise ne fait cependant pas les choses à moitié avec non pas une, ni même deux montres connectés, mais… quatre ! La collection Lynk comprend la montre du même nom, qui reprend le design d’un bracelet destiné à accueillir l’ancien iPod nano pour le transformer en montre. La Lynk est déclinée en version Pulse, intégrant un cardiofréquencemètre. Les deux modèles sont étanches et calculent le nombre de pas. Le Lynk Vapor est un bracelet à la manière du FuelBand de Nike. On y retrouvera des notifications et bien évidemment… l’affichage de l’heure. Enfin, la Lynk Extreme est une montre pour sportifs et adeptes d’environnements difficiles. CES 2014 : La Pebble désormais disponible en acier.

CES 2014 : La Pebble désormais disponible en acier Pebble a profité du CES pour faire parler à nouveau de sa fameuse montre connectée éponyme. Elle est désormais dotée d’un cadran en acier pour un design un peu plus chic que le plastique de la première édition. Les caractéristiques restent inchangées, à l’exception de la RAM qui passe de 4 à 8 Mo. Elle sera disponible à partir du 28 janvier pour environ 250 dollars. C’est très agréable, mais, comme nous le disions dans notre test, le design en plastique n’était clairement pas le plus gros problème de cette smartwatch. Mercedes et Pebble partenaires pour une application Mercedes-Benz DriveStyle : la montre tracera la route en 2014. La Pebble a beau être prometteuse en termes de design comme d’autonomie, grâce à son écran e-Ink, la montre connectée n’en demande pas moins des usages différenciants pour s’imposer sur le marché de plus en plus concurrentiel des objets connectés.

Ce qui n’était encore il y a quelques mois qu’un projet Kickstarter annonce le prochain lancement d’une application Mercedes pour Pebble. Rendez-vous au CES 2014, puisque c’est lors du salon américain que Pebble présentera dans le détail son application Mercedes-Benz DriveStyle, que les utilisateurs d’iPhone connaissent déjà. À l’intérieur de la voiture, la Pebble se transformerait en véritable assistant de conduite.

La montre pourrait en effet offrir un système d’alertes en cas d’accident sur la route, de travaux ou de bouchons, en vibrant au poignet de son porteur. Reste à voir s’il sera vraiment pratique de jeter un œil à son poignet pour vérifier ce type d’informations ! Edito : Avec Android Wear, Google ridiculise les autres montres connectées. J’avais vraiment apprécié les différents tests que j’ai pu réaliser : avec la Samsung Galaxy Gear, la Sony SmartWatch 2 ou encore la Pebble. Néanmoins, Google vient de présenter une solution un cran au-dessus de la concurrence : Android Wear.

Comment ? Une version d’Android conçue pour tourner sur des objets connectés et totalement intégrée dans l’écosystème Android. Mais c’est bien plus que cela : Google va pouvoir conquérir le marché de l’objet connecté et séduire les acteurs traditionnels. Enfin un cadran rond ! Android Wear est beaucoup plus puissant qu’un simple système capable de faire tourner des applications et afficher des messages. Un fonctionnement contextuel Des notifications contextuelles, kézako ? Comment fonctionne Android Wear ?

Avec Android Wear, Google n’apporte pas une solution magique au marché de la montre. En termes de design et d’interface utilisateur, Google a apporté du raffinement et de la couleur. Une approche différenciante Le système de Google est différent. Test du Samsung Galaxy Gear Fit, un bracelet pas comme les autres. Introduction Avec le Gear Fit, Samsung a combiné deux des catégories les plus populaires des objets « portables ». Une partie « montre connectée » et l’autre dédiée à la remise en forme. Pour 149 euros, le Gear Fit ne promet pas seulement de vous notifier de l’arrivées d’alertes, il vous accompagne également dans vos séances d’entraînement – et inclut même un moniteur de fréquence cardiaque.

Avec toutes ces fonctions, le Gear Fit est-il le bracelet ultime ? La première génération de gadgets connectés avait un positionnement un peu trop techno, avec des produits qui ont attiré des premiers adeptes technophiles. Samsung a choisi une approche tout-en-un en 2014, avec des produits « bien-être ». Un écran impressionnant ! Ce qui frappe en premier lieu, c’est l’écran Super AMOLED incurvé de 1,85 pouces. Le Gear Fit s’enroule autour du poignet confortablement. Le Gear Fit est incroyablement léger avec seulement 27 grammes, ce qui me permet de dormir avec. Votre rythme cardiaque au poignet ! Samsung détient 71% de part de marché sur les montres connectées. Samsung Gear Solo : une montre autonome à l'horizon ? Samsung préparerait une nouvelle montre connectée qui serait en fait une déclinaison des modèles précédents.

Totalement autonome, cette Gear Solo embarquerait une carte SIM et n’aurait pas besoin de synchronisation avec un smartphone. Samsung est tout feu tout flamme. On vous le disait hier, le temps des grandes manoeuvres est arrivé pour le géant coréen. Alors que le Galaxy S5 s’apprête à être commercialisé, on apprend aujourd’hui par le biais du Korea Herald, l’un des plus grands quotidiens du pays, que le géant de l’électronique envisage de sortir une nouvelle montre dans un avenir proche.

C’est du bureau en charge de la propriété intellectuelle en Corée du Sud, source indiquée par le journal, que provient cette information. A l’inverse de la Galaxy Gear 2, et du Gear Fit, cet appareil embarquerait une carte SIM et n’aurait pas besoin d’être synchronisé avec un smartphone de la firme : elle serait tout à fait autonome. La Galaxy Gear de Samsung va passer d'Android à Tizen via une mise à jour. La Galaxy Gear, montre connectée de Samsung, devrait recevoir d’ici peu une importante mise à jour de son firmware.

Le but : faire passer son système d’exploitation d’Android vers Tizen, l’OS maison de Samsung. La montre connectée bénéficierait ainsi de nouvelles fonctionnalités. Il y a quelques mois, Samsung lançait ses montres connectées Gear 2 et Gear Neo / Lite. A la grande surprise, ces smartwatchs embarquaient le système d’exploitation maison, Tizen, en lieu et place d’Android qui était présent sur la Galaxy Gear, la première montre connectée de Samsung. Plus de fonctionnalités Nos confrères de Sammobile ont pu se procurer une version de développement du firmware qui intègre Tizen 2.0.0 Magnolia au sein de la Galaxy Gear. Lien YoutubeChaine Youtube FrAndroid Une capacité de personnalisation plus importante Avec Tizen sur la Galaxy Gear, Samsung permet à l’utilisateur une personnalisation accrue de la montre.

Test de l'Archimede Pilot Chrono - Le Petit Poussoir. Arrivé à ce stade, vous l’avez certainement compris, nos voisins germaniques ont un talent certain pour concevoir des garde-temps de bonne manufacture à des tarifs très intéressants. Aujourd’hui, nous nous penchons sur un modèle de la marque Archimede que nous avons pu tester et qui nous a particulièrement plu : la Pilot Chronograph Automatic. Cette montre au style Flieger (« aviateur » en allemand) puise son inspiration des « toolwatches » portées par les pilotes allemands de la Seconde Guerre Mondiale. Un incontournable dans une collection de montres. Les produits de la marque reposent sur deux composants clés : des mouvements mécaniques suisses ainsi que des boîtiers allemands. Des boîtiers Ickler notamment, dont la réputation n’est plus à faire. Fondé en 1924 à Pforzheim (reconnu mondialement comme le berceau de l’horlogerie germanique), l’expérience du fabriquant Ickler apporte un gage d’excellence à la marque qui s’occupe, elle, du design et de l’assemblage.