background preloader

Porno: Déni de réalité

Facebook Twitter

Interview biographie de Raffaëla Anderson - Archive INA. Porno-dépendant, je regardais des vidéos X tous les jours : ça a détruit ma sexualité. Illustration sur le porno à la télévision (KROD/WPA/SIPA) Ancien gros fumeur, je me suis toujours méfié de moi-même. Me sachant un bon "terrain" pour les addictions, je fais attention à ma consommation d’alcool : un peu de vin rouge ou rosé, aucune boisson forte ou très, très rarement et surtout quelques "pauses" de plusieurs semaines. Je n’ai jamais été attiré par les jeux d’argents ou en ligne et encore moins par les drogues dites douces. Je me croyais à l’abri, tranquille.

Pourtant, je fais face depuis des années à une addiction bien pire : la dépendance au porno. Au début, je stockais des photos sur des CD Issu d’une génération ayant grandi sans internet, j’ai découvert la sexualité tout naturellement en rencontrant ma femme. L’arrivée des films sur Canal a un peu émoustillé notre intérêt.

À partir des années 2000, mon travail m’a amené à utiliser de plus en plus un ordinateur et à passer beaucoup de temps sur internet. J’ai commencé à consommer de plus en plus Et c’est l’horreur. Dépendance et addiction à la pornographie: comment s'en sortir - site gratuit d'informations et d'entraide. Addiction et dépendance à la pornographie - Le porno est réactionnaire. Addiction et dépendance à la pornographie - Comment détecter la pornodépendance d'un proche? Addiction et dépendance à la pornographie -L'altération de la sexualité chez le dépendant.

A Film By Chyng Sun - The Price of Pleasure - Pornography, Sexuality & Relationships. Get the Facts | Porn leads to violence. It’s no secret that some porn is violent, but most people think that’s something different from mainstream pornography—something out on the fringe. Not all porn is the same, its defenders say. People can choose what they like, and if they’re into violent stuff, that’s their business, right? It’s true that not all porn is the same, but the reality is that the majority of even the most mainstream porn is packed full of women being physically and verbally abused—and watching it takes a serious toll on the user.

A few years ago, a team of researchers looked at the most popular porn films—the ones bought and rented most often. [1] From that group, they randomly picked 50 and analyzed them. Of the 304 scenes the movies contained, 88% contained physical violence. Unlike violence in regular movies where someone gets punched, gets mad, and fights back, 95% of the victims of aggression in the porn scenes either were neutral or responded with pleasure. . [1] Bridges, A. . [2] Boeringer, S. Get the Facts | Pron affects your behavior. It’s no secret that some porn is violent, but most people think that’s something different from mainstream pornography—something out on the fringe. Not all porn is the same, its defenders say. People can choose what they like, and if they’re into violent stuff, that’s their business, right? It’s true that not all porn is the same, but the reality is that the majority of even the most mainstream porn is packed full of women being physically and verbally abused—and watching it takes a serious toll on the user.

A few years ago, a team of researchers looked at the most popular porn films—the ones bought and rented most often. [1] From that group, they randomly picked 50 and analyzed them. Of the 304 scenes the movies contained, 88% contained physical violence. Unlike violence in regular movies where someone gets punched, gets mad, and fights back, 95% of the victims of aggression in the porn scenes either were neutral or responded with pleasure. . [1] Bridges, A. . [2] Boeringer, S.

Internet Pornography Statistics - TopTenREVIEWS. Pornography and the End of Masculinity. September 21, 2007 | Like this article? Join our email list: Stay up to date with the latest headlines via email. In his new book, Robert Jensen forces the reader to face the music about the effects of a porn industry gone gonzo and the need to reassess the trappings of masculinity as the source of increased violence against and degradation of women.

I have always been part of the collective liberal progressive libertarian value system that accepts pornography as a legitimate expression of the First Amendment. Part of that thinking is that women participate in porn films of their own free will and that porn often represents fantasies -- though sometimes quasiviolent or degrading -- that people actually have. But I've changed my mind. Sexism and attitudes toward women were supposed to have gotten better after the 1960s and the feminist movement. The debate must be pushed, and the consciousness raised. The advent of Gonzo One phenomenon in porn is the ascension of Gonzo films. It hurts. Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir. Le texte ci-dessous est la traduction de quelques pages du nouveau livre de Robert Jensen, Getting Off : Pornography and the End of Masculinity, publié par South End Press.

Jensen a également collaboré à la production d’un diaporama en PowerPoint dont le texte détaille la critique féministe de la pornographie. Pour savoir comment se procurer ce document, écrire à stoppornculture. Lire aussi en français l’analyse de ce livre par le directeur général du réseau AlterNet, Don Hazen : « La pornographie et la fin de la masculinité ». Après trois heures de travail intense, l’atelier que j’anime sur la pornographie en est à ses derniers instants.

Les 40 participantes travaillent toutes à un centre d’aide à des survivantes de violences conjugales et de viol. Vers la fin de la séance, une femme qui n’a encore rien dit commence à parler. Finalement, elle dit : « Ça fait mal. Tout le monde garde le silence en pesant ces mots. Pourquoi cela fait mal Je sais que ce n’était pas de jeu. Pornographie et fin de la masculinité. Dans son plus récent livre, Robert Jensen force le lecteur à prendre au sérieux les effets d’une industrie de la pornographie devenue ultra-sadique et à reconnaître la nécessité de repenser l’attirail de la masculinité comme source d’une violence accrue envers les femmes et de leur dégradation. J’ai toujours adhéré au système de valeurs collectiviste, libéral, progressiste qui accepte la pornographie comme une expression légitime du Premier Amendement [de la Constitution des États-Unis]. Dans cette vision du monde, les femmes sont censées participer librement aux films pornographiques et la pornographie refléter souvent des fantasmes que les gens ont réellement - même si ces fantasmes sont parfois quasi-violents et dégradants.

Donc, tant que les personnes ne font que jouer un rôle dans les films de porno et qu’on ne les force pas ou qu’on ne viole pas la loi, ces films sont acceptables. Mais j’ai changé d’avis. Non, je ne suis ni puritain, ni anti-sexe. Robert Jensen, un radical. The tyranny of consent. Emily Witt’s recent essay, in which she describes traveling to San Fransisco, where she watches a BDSM porn shoot for a Kink.com series called Public Disgrace, which depicts “women bound, stripped, and punished in public,” inspired a number of responses.

Despite my, probably obvious, criticisms of both porn and the BDSM genre, in particular, the piece is a very good read (by which I mean, it is engaging and complex and thoughtful); although very, very graphic (by which I mean, don’t read it unless you wish to read very detailed descriptions of sadomachochism). He adds, accurately, that “the tenor and intensity of the event can’t be conveyed without reading the full rendering.” Granted, the scene sounds rather terrifying and one might ask, on what basis was “consent” given by this young performer. But interviewed after the shoot, the woman expressed genuine pleasure and enthusiasm about the experience. Believably, I might add. She signed an agreement. In other words, she “consented.” RHABILLAGE un film d'Ovidie le 24 novembre sur Envoyé Spécial.

Enfances dévastées, tome II : pornographie et hypersexualisation. Dimanche 12 octobre 2008 Enfances dévastées, tome II : pornographie et hypersexualisation Bientôt en librairie. Enfances dévastées, tome II : pornographie et hypersexualisation, par Richard Poulin, avec la collaboration de Mélanie Claude. Un essai de la collection « Amarres », l’Interligne, Ottawa, 2008. Faisant suite à Enfances dévastées, tome I : L’Enfer de la prostitution, qui est paru en 2007, cet essai s’attarde à l’exploitation des enfants et des pseudo-enfants dans la pornographie et à la consommation de la pornographie par les enfants et les adolescents. La pornographie est désormais une industrie multinationale générant près de 100 milliards de dollars américains par année, qui exploite à foison des jeunes femmes, des adolescentes, des fillettes, et influence profondément la culture et la société. Biographie de l’auteur : Parution en novembre.

Les éditions L’Interligne. Lire aussi un extrait de ce livre : La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie. La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie. Richard Poulin fait des recherches et écrit depuis le début de sa carrière sur les industries du sexe et leur influence sur les personnes et les sociétés. En collaboration avec Mélanie Claude, il publiera en octobre Enfances dévastées, tome II, pornographie et hypersexualisation, la suite de Enfances dévastées, l’enfer de la prostitution, publié en mars 2007, aux éditions L’Interligne.

Nous publions ici un extrait de cet ouvrage à paraître. « À quoi reconnaît-on une prostituée ? », se demande Florence Montreynaud (1). Or, cette haute couture influence de façon importante les tendances du prêt-à-porter : jupe, blouse et débardeur du type « écolière », bas filet, soulier plateforme en vinyle, talon aiguille, cuissardes, G-string, thong, etc. La banalisation pornographique est telle que le logo de Playboy, un lapin, fait fureur, notamment chez les jeunes filles : « Ce lapin-là, il est partout maintenant : sur les tee-shirts, les boucles d’oreilles, etc. Notes 1. Un festival de mortes. C’est terrible de faire un jour une découverte : les hommes représentent les femmes sans tête, sur les affiches de cinéma, les flyers annonçant des événements, et ce depuis que l’image a envahi nos espaces. Les hommes, et même les femmes, reprennent à leur compte cette façon de se représenter. Sans tête, donc mortes. Pour la société, les femmes n’existent que mortes.

Hier, j’ai parcouru Allociné, et en ai eu la confirmation, par au moins 5 affiches de mortes, bouts de chair censées représentées des femmes. (voir sea, no sex and sun, hasta la vista ou infidèles) Cette représentation est d’autant plus forte et présente, que l’image vient représenter quelque chose qui aurait un rapport avec la sexualité des hommes. Ainsi, la représentation de mortes en images, n’est pas qu’en images : elle crée un symbole fort et une représentation d’elles-mêmes des femmes, une représentation d’elles pour les hommes, qui leur interdit pensée et capacité de refuser ce qu’on leur impose. Sandrine GOLDSCHMIDT. Lose the lads mags. Challenging the sexual objectification of women. «Fashion or Porn»: vous allez vous tromper à ce jeu, et cela montre que la mode a un problème. Vous avez sans doute vu passer ce jeu NSFW (de grandes images de vulves et de pénis en érection sont susceptibles de s'afficher sur votre écran si vous cliquez sur le lien) sur les réseaux sociaux depuis le lundi 16 décembre.

Explicitement intitulé «Fashion or porn» (sur le modèle d'autres jeux récents comme l'excellent «Serial killer or hipster»), il propose à l'internaute innocent que vous êtes des détails de photos d'hommes et de femmes dénudés. Le but est de deviner si elles sont tirées d'une image de mode ou d'une image pornographique. Autant le dire tout de suite, l'exercice est très difficile. C'est d'ailleurs la raison d'être du jeu imaginé par le magazine italien nssMag.

Car derrière l'amusement et la dimension virale se pose une vraie question: si nous n'arrivons plus à faire la distinction entre les deux, le porno et la mode sont-ils vraiment si différents? Publicité À lire aussi sur Slate.fr. Fashion or Porn? - THE GAME. Porno : pourquoi il fallait dénoncer le réalisateur Pierre Woodman et ses méthodes. Capture d'écran du site Le Tag Parfait, réalisée le 18 décembre 2013. Il y a une petite dizaine d'années, quand j'ai croisé pour la première fois un clip de Pierre Woodman, je n'y ai pas cru – coucou la dissonance cognitive.

Tout sonnait faux. Sa touche de jumeau honteux de Moscovici fini au pâté de tête, ses "décors" de maison de retraite, sa baise caricaturale, la fille à peine majeure au bout de sa bite qui ne semblait pas comprendre un mot de français, et encore moins ses insultes, ou encore le chantage, la sujétion et la servitude manifestes qui suintaient de ses "ébats", comme de tous les pores de son épiderme. L'énième manifestation d'une masculinité bas du front En fait, la première fois que j'ai croisé du Pierre Woodman, je ne savais même pas qui il était, qu'il existait, qu'il avait un nom, un système, une tradition.

Mais voici quelques jours, le personnage est réapparu dans mon champ de vision. Quelqu'un a enfin osé dénoncer ses agissements Des attaques très virulentes. « Porno Quenelle » : La galaxie Dieudonné a son site de cul | Mercredi 11 Décembre 2013 sur StreetPress. Pornofaf Pour assurer la technique de ses « gonzo dissidents », Pierre Harlaut a réuni sur quelques vieux briscards du porno « sensibles à la cause ». Comme Jack Wood, 68 ans et acteur/réalisateur fétiche des productions Philippe Cochon, distribuées par Dorcel. Dans la filmographie de Jack Wood, beaucoup de films mettant en scène des « beurettes » en train de se faire sodomiser. « Il aime bien Marine Le Pen », dixit Pierre Harlaut. Pierre Harlaut a aussi fait appel au réalisateur Old Nick – de son vrai nom Olivier Nicolas, également directeur de la publication du webzine L’Organe. Depuis 1996, cette feuille de chou distille des éditos et des montages photos ouvertement racistes. Comme Soral, Olivier Nicolas publie des vidéos sur YouTube où il piaffe contre « le Système ».

Il s’est aussi illustré avec les cathos de « la manif pour tous » ce qui ne l’empêche pas de poster des vidéos de viols simulés sur un blog « porno-natio » au slogan enthousiaste : « Bandez bien, bandez français ! » Holocaust pornography. Holocaust pornography, also known as Stalag porn,[1] is a type of pornograpahy mostly made by and for people living in Israel and makes pornography out of real or fantasy events concerning The Holocaust.[2] It came about following the 1955 publication of the The House of Dolls. The terror of the Holocaust is re-enacted in staged photographs and in films. The images and tapes, although grainy and black-and-white are clearly contemporary.

The combination of pornography and the Holocaust also appears in canonic Holocaust literature as an extreme part of its modern day representation.[3] Thematically, Nazi exploitation genre can also be influenced by other so-called exploitative media, often called mondo films, which focus on gruesome death footage and other taboo subject matter, such as the Faces of Death series. See also[edit] References[edit] Gail Dines Living in Pornland. La pornographie, un problème pour la gauche (Gail Dines) Gail Dines est professeure dans le domaine des études américaines au Whellock College de Boston.

Elle est coauteure avec Ann Russo et Robert Jensen de Pornographie : la production et la consommation de l’inégalité. Ils sont également membres du comité d’organisation par intérim du Mouvement féministe national contre la pornographie. Dans ce texte mis en ligne en décembre 2005, elle interroge la mollesse de l’engagement de la gauche contre la pornographie. Les féministes anti-pornographie s’habituent aux insultes venant de la gauche. On s’entend dire encore et encore que nous sommes anti-sexe, prudes, simplistes, politiquement naïves et étroites d’esprit. Les critiques les plus crus n’hésitent pas à suggérer que le remède à tous ces problèmes passerait par… comment dire… une bonne expérience sexuelle.

En plus des insultes, nous sommes toujours confronté-e-s à une question. L’analyse des médias par la gauche La pornographie ne serait qu’un fantasme. Entreprises médiatiques L’article en PDF. Le porno aux Etats-Unis, une «crise de santé publique» pour des experts. Dr. Gail Dines: Pornland. Gail Dines Porn has hijacked our sexuality. Manufactured Contempt. Pole Dancing as Empowerment | Manufactured Contempt. La pornographie : une violence bien réelle vendue comme du fantasme. GANG BANG La pornographie, bagne sexuel industriel Isabelle Sorente. Victim of child pornography sues her exploiters. THINK PORN IS HARMLESS? PART 1. THINK PORN IS HARMLESS? PART 2. Le porno du métro | Plainte contre X. « Je rêve de rencontrer quelqu’un qui ne soit pas biberonné au porno… » | Plainte contre X.

Mon point Godwin | Plainte contre X. Liberals want more lies in ‘Lovelace’ Whose Porn, Whose Feminism? L’influence négative de la pornographie sur les adolescents | Priorité santé. Le regard pornographique sur la fellation. Porn's influence is real. Sex education is the answer | Rhiannon Lucy Cosslett. Pornographie: Ravages et dépendances chez les jeunes (1ere partie) | Tina Karr. Watching Porn Makes People More Sexist. One Man’s Journey: How I Stopped Watching Porn for One Year and Why I’m Not Going Back. Une étude révèle les effets pervers du porno sur les hommes et les femmes. Education sexuelle : je suis payée pour pervertir la jeunesse française. The Effect of Aggressive Pornography on Beliefs in Rape Myths. Uses of erotica & acceptance of Rape Myths. Welcome to DianaRussell.com! The official website of Diana E. H. Russell, Ph.D. - Renowned Feminist Author, Researcher & Activist.

Pornography As a Cause of Rape. Pourquoi le vrai sexe n’est pas comme dans le porno ? Les légumes vous répondent. Make Love, Not Porn. Make Love Not Porn :: Porn World vs. Real World. Stars du X avant et après le maquillage. [GABRIELLE] La fente pas lisse by lemouv. Les deux conseils sexo que me demandent les hommes | Le ticket de Metro d'Ovidie. La sexualité des actrices porno vs les femmes ordinaires. La sodomie est-elle le Graal ? How Men and Women Watch Porn - Porn Survey. A Letter to My Son about Porn. AntiPornography.org - Your home for anti-pornography, anti-prostitution, and anti-sex trafficking education and activist resources. What’s Wrong With Pornography | Anti-Porn Feminists. Ce qui ne va pas avec la pornographie | Peuvent-ils souffrir ?