background preloader

Scénario 8

Facebook Twitter

L'affacturage, outil de financement de l'entreprise. L’affacturage peut être défini comme une convention à travers laquelle un établissement spécialisé, appelé le factor, achète les créances détenues par une entreprise sur ses clients et en assure lui-même le recouvrement. 1. Principe de l’affacturage Le recours à l’affacturage permet donc à une entreprise d’encaisser rapidement ses créances sans attendre l’écoulement des délais de paiement. Seules les créances détenues sur une autre entreprise (B to B) peuvent faire l’objet d’une opération d’affacturage, ce qui exclu donc les créances détenues sur des particuliers.

L’affacturage est donc particulièrement adapté aux entreprises de BTP, de commerce de gros, de service aux entreprises, de transport… Le factor prélève diverses commissions pour se rémunérer et supporte les éventuelles pertes lorsque le client n’honore pas ses factures. 2. Le factor doit obligatoirement être un établissement de crédit qui a pour activité professionnelle l’affacturage. 3. 4. 5. Le financement de l’entreprise. La cession de créances professionnelles par bordereau Dailly | A. Bamdé & J. Bourdoiseau. I) La spécificité de la cession Dailly De par la sécurité juridique qu’ils procurent à leurs utilisateurs, les effets de commerce constituent, indéniablement, un formidable moyen pour une entreprise de se procurer des financements à court terme.

Est-ce à dire qu’ils sont les seuls instruments qui remplissent cette fonction ? Certainement pas. Les entreprises peuvent, en effet, recourir à d’autres techniques juridiques pour obtenir du crédit, notamment auprès d’un banquier escompteur. Au fond, qu’est-ce qu’un effet de commerce sinon un titre dont la transmission opère, par l’effet de l’endossement, un transfert de créance ? Or le transfert de créance est une opération pour le moins ordinaire dont la réalisation est susceptible d’être assurée par d’autres techniques, au premier rang desquelles on trouve la cession de créance. Cette technique juridique présente, néanmoins, pour une entreprise deux inconvénients majeurs : L’article L. 313-23 du Code monétaire et financier dispose en ce sens que:

CMCC

Le traitement des impayés en banque et en microfinance | école de la microfinance. Posté le 16 août 2017 par Michel dans Aspects techniques de la microfinance L’analyse des débiteurs : un travail quotidien L’application informatique de la banque ou de la microfinance met chaque matin à la disposition de l’agent de crédit la liste des clients à découvert sans autorisation. Chaque matin, le premier travail de l’agent de crédit consiste à analyser les débiteurs, à prendre contact par téléphone avec eux afin de signaler la situation anormale aux clients et de leur demander les solutions qu’ils envisagent pour couvrir leur position débitrice. Dès qu’il a identifié le défaut de paiement d’une échéance l’agent de crédit appelle son client.

Il dispose alors d’un délai pour inciter le client à rembourser de 1 semaine. L’expérience montre qu’un emprunteur qui a eu un retard, et qui n’a pas reçu immédiatement la visite d’un agent de la banque ou de l’IMF présente un risque de défaillance plus élevé pour toutes les échéances restantes du fait de l’accumulation de nouveaux retards. La lettre de change relevé : Fonctionnement et présentation du relevé -

Le traitement d’une lettre de change ordinaire est très couteux pour les banques, puisqu’il nécessite de nombreuses manipulations de papier. Le respect des exigences règlementaires strictes dans les transactions commerciales a poussé les entreprises à une utilisation croissante des services bancaires pour l’encaissement des lettres de change. Et les coûts de traitement de ces effets par les banques ont augmenté considérablement avec l’accroissement de leurs volumes. C’est la raison pour laquelle la profession bancaire a créé la lettre de change relevé (LCR) pour simplifier les traitements de la lettre de change (et donc réduire les coûts) tout en conservant ses modalités et conditions juridiques. Une LCR est avant tout une lettre de change échangée sous forme d’enregistrements informatiques. Mais pourquoi parle-t-on de lettre de change relevé ? Fondement et objectifs de la Lettre de Change Relevé La Lettre de Change Relevé répond principalement à deux objectifs :