background preloader

Sequence 4 - Le Tartuffe de Molière

Facebook Twitter

Théâtre (mises en scène - vidéos) SUAVITÉ : Définition de SUAVITÉ. SUAVITÉ, subst. fém.

SUAVITÉ : Définition de SUAVITÉ

A. −Douceur extrême produisant une impression subtilement agréable sur l'un des cinq sens. 1. [L'impression s'exerce sur la vue]Synon. délicatesse, finesse, mignardise; anton. disgrâce, laideur. a)[À propos (d'un aspect) de la nature]Quel clair de lune! BÉATITUDE : Définition de BÉATITUDE. BÉATITUDE, subst. fém. 1.Félicité éternelle que goûte l'homme jouissant de la vision de Dieu : 1.

BÉATITUDE : Définition de BÉATITUDE

Comme l'intuition appartient à l'entendement, la délectation appartient à la volonté : ainsi, connaissance et amour, la béatitude est l'homme élevé à sa plus haute puissance. Microsoft OneDrive - Access files anywhere. Create docs with free Office Online.

Exercices théâtraux

Microsoft OneDrive - Access files anywhere. Create docs with free Office Online. Microsoft OneDrive - Access files anywhere. Create docs with free Office Online. Microsoft OneDrive - Access files anywhere. Create docs with free Office Online. Microsoft OneDrive - Access files anywhere. Create docs with free Office Online. Microsoft OneDrive - Access files anywhere. Create docs with free Office Online. EXEMPT : Définition de EXEMPT. EXEMPT1, EXEMPTE, adj.

EXEMPT : Définition de EXEMPT

[En parlant de pers. ou d'un groupe soc.] A.− Domaine du dr.Exempt de qqc. 1.Qui est exonéré, dispensé (de quelque chose) par une décision juridique, réglementaire ou dans le cadre d'une réglementation.Cent mille nobles étaient exempts de payer des impôts (Staël, Consid. Révol. ,t. 1, 1817, p. 222).Les sous-offs sont exempts de travail (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 222): Tartuffe ou l'imposteur (Benoît Lambert) BRU : Définition de BRU. BRU, subst. fém.

BRU : Définition de BRU

[Par rapport au père ou à la mère]La femme du fils.Synon. cour. belle-fille.Les brus et les belles-mères se détestent toujours (Erckmann-Chatrian, Histoire d'un paysan,t. 1, 1870, p. 500). Prononc. : [bry]. Étymol. et Hist. 1160-74 (Wace, Rou, 10294 dans Keller, p. 159b). Du b. lat. des Balkans brutis « belle-fille, bru », attesté au iiies. : Teurnia, ancienne ville du Norique (CIL t. 3, 4746 dans TLL s.v., 2212, 7), Mésie inférieure et supérieure (ibid., 12377 et 12666, ibid., 2212, 9 et 11); ce terme de la vie familiale a été introduit par les Goths (got.

*bruþs « jeune mariée, jeune femme », Feist) au iiies., lors de leur pénétration dans l'Empire romain par les Balkans (Brüch, pp. 111-112); bru a été en fr. évincé par belle-fille*. Tartuffe.

Annexes