background preloader

Saint-Simon

Facebook Twitter

Mémoires de Saint-Simon. Lettres Princesse Palatine. Quelle vie pour le Duc de Saint-Simon, chroniqueur du Roi-Soleil ? Le duc de Saint-Simon ou l'échec d'un courtisan. Dans les années 1700, le duc de Saint-Simon flirtait avec la disgrâce comme le raconte Marc Hersant.

Le duc de Saint-Simon ou l'échec d'un courtisan

La société de cour repose sur une chose : l'étiquette. Le rang est aussi important pour la noblesse que l'argent pour la bourgeoisie, ou bien la célébrité pour les peoples. Voilà pourquoi Saint-Simon est prêt à tout pour défendre son rang, au risque de tout perdre. Face à Louis XIV qui se méfie des nobles et aimerait les maintenir en coupe réglée, le Duc refuse de laisser rabaisser son étiquette, de laisser piétiner son honneur. Ce que le monde d’après la révolution, ce que les démocrates pourraient prendre pour des vétilles, autrement dit les affaires de rang, vaut plus pour Saint-Simon que ce que vaut sa vie. SOLLERS Saint-Simon, la langue royale. Furieux Saint-Simon Il faut voir le manuscrit des «Mémoires» de Saint-Simon à la Bibliothèque nationale de France: onze portefeuilles reliés et frappés aux armes ducales, petite écriture noire serrée, presque pas de ratures, mise au net prête pour une imprimerie posthume, forêt en marche, armée conduite, comme le dit François Raviez, par «une fureur méthodique d’écrire».

SOLLERS Saint-Simon, la langue royale

Le plus extraordinaire, dans cette énorme traversée du temps, c’est qu’elle nous atteint aujourd’hui en plein cœur battant de l’Histoire. Philippe Sollers: « Saint-Simon, de loin, le plus grand écrivain français » Alors qu'il publie un nouveau roman, L'Éclaircie, l'auteur revient sur l'un des rares maîtres qu'il se reconnaisse.

Philippe Sollers: « Saint-Simon, de loin, le plus grand écrivain français »

Pour lui, Saint-Simon annonce les fulgurances de Sade, d'Artaud ou de Céline. Propos recueillis par Cécile Guilbert, Le Magazine Littéraire, Janvier 2012 À lire: Philippe Sollers, L'Éclaircie, éd. Gallimard. 240 p., 17,90 € Discours parfait, rééd. Folio, 912 p.. 10.50 €. BNF ESSENTIELS. Louis de Rouvroy de Saint-Simon. Louis de Rouvroy de Saint-Simon Œuvres principales Nostalgique d'un âge d'or de la monarchie, il se veut duc et pair professionnel, mais sa croyance en une « aristo-monarchie à visage humain » est aussi l'affirmation d'une spiritualité.

Louis de Rouvroy de Saint-Simon

Théoricien de la hiérarchie sociale, il propose une vision intériorisée de l'inégalité qui trouve ses racines dans une très ancienne tradition. Imprécateur pugnace, irréductible, il prédit cependant la fin de la monarchie sous les coups de ceux qui veulent abattre[2]« ce qui est grand par soi-même[S 1] », et dépeint la cour comme une esthétique de la norme aristocratique. Société Saint-Simon. Saint-Simon. Mémoires (Saint-Simon) Quelle vie pour le Duc de Saint-Simon, chroniqueur du Roi-Soleil ? La Cour de Louis XIV sous la plume satirique de Saint-Simon du 05 septembre 2015. La sauvagerie aristocratique : Saint-Simon. 1De vie privée ?

La sauvagerie aristocratique : Saint-Simon

Pas l’ombre d’une expression. D’amitiés sur lesquelles le duc de Saint-Simon se serait étendu? Assez peu. D’amour ? Encore moins. 2C’est que, conformément à son siècle, Saint-Simon, comme le rappelle Marc Hersant dans sa remarquable enquête biographique, ne se considère pas comme un objet d’étude : les préjugés aristocratiques le lui interdisent. « Ces Mémoires, écrit-il sans aucune coquetterie, ne sont pas faits pour rendre compte de mes sentiments1. » On est loin, avec les Mémoires, de l’autobiographie qui ne tardera pas à naître ; un long chemin sépare encore Saint-Simon de l’écrivain des Confessions. 3Pourtant, comme le souligne M. 5Une autre curiosité attend un lecteur coutumier des découpages temporels qui rythment la plupart des biographies : rien ne ressemble, dans cette existence, aux intermittences d’un cœur et d’un esprit que la mort d’un proche, une maladie, un bannissement ou un exil aurait provoquées. 6Car dès le plus jeune âge, tout est là.

Le jeu de l’anecdote et du conte dans les Mémoires du duc de Saint-Simon. Texte intégral Les Mémoires de Saint-Simon1, d’un style narratif si remarquablement hétéroclite qu’il défie l’idée même de « style individuel », semblent absorber et faire dialoguer, dans l’unité de principe d’une chronique, presque toutes les formes de récits ou de « relations » qu’on peut trouver ailleurs dans les textes de l’époque classique.

Le jeu de l’anecdote et du conte dans les Mémoires du duc de Saint-Simon

Ainsi, les comptes-rendus des cérémonies princières y ont-ils souvent l’allure sèchement informative des gazettes2 ou du Journal de Dangeau, officiellement méprisés par l’auteur, alors que les intrigues de la cour de Savoie autour de la comtesse de Verue3 ou celles du mariage du prince de Léon4 semblent tout droit sorties des nouvelles historiques à la mode du siècle précédent. La hargne austère des enquêtes généalogiques5, imitée de spécialistes célèbres comme Imhof, côtoie la sérénité « touristique » des récits de voyage en Espagne6. 35 III, p. 347. 36 III, p. 348. 37 II, p. 43. 40 Traités politiques et autres écrits, éd. La fin d’une longue attente. Le 16 Novembre 1700 dans les Mémoires du duc de Saint-Simon.

1 Joël Cornette, Le Roi de guerre.

La fin d’une longue attente. Le 16 Novembre 1700 dans les Mémoires du duc de Saint-Simon

Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, (...) 2 Jean-Pierre Labatut, Louis XIV. Roi de gloire, Paris, Imprimerie Nationale, 1984. 3 Philippe Beaussant, Louis XIV artiste, Paris, Payot, 22005. 4 Lucien Bély, Les Secrets de Louis XIV. Mystères d'État et pouvoir absolu, Paris, Perrin, 2013. 5 Reinhart Koselleck, « Erfahrungsraum und Erwartungshoritzont – zwei historische Kategorien », in R (...) 1Les historiens ont donné beaucoup de surnoms à LouisXIV pour souligner certains aspects de sa personnalité ou de son règne : ainsi l’ont-ils nommé roi de guerre (Cornette1), roi de gloire (Labatut2), roi artiste (Beaussant3) et roi secret (Bély4).

La lecture que nous proposons ici d’un extrait des Mémoires du duc de Saint-Simon, dans lequel il raconte l’annonce de la mort du roi CharlesII d’Espagne et l’acceptation de son testament par LouisXIV, nous conduira peut-être à proposer d’autres surnoms. «Bagatelles qui caractérisent » L'esprit sociologique du duc de Saint-Simon. Colloquer dans ce cadre le passage dont a pu subtilement profiter — comme tout le monde s'en ressouvient sans doute -Norbert Elias (3) ; c'est que je trouve dans tout ce récit une série particulièrement riche de renvois thématiques cohérents, dont la scène du bougeoir n'est qu'un sommet très représentatif.

«Bagatelles qui caractérisent » L'esprit sociologique du duc de Saint-Simon

Je compte ainsi pouvoir introduire dans le débat des spécialistes saint-simoniens certains éléments de l'interprétation des Mémoires que j'ai développée ailleurs (4). Le cadre historique et narratif de l'épisode est fourni par la promotion d'officiers généraux de janvier 1702. Les fins intermédiaires dans les récits à épisodes des Mémoires de Saint-Simon : l’exemple de l’affaire du quiétisme. 1Les Mémoires de Saint-Simon, au moment où, sans doute pris d’une sorte de vertige et de peur du vide, leur auteur s’apprête à leur mettre un point final, s’achèvent in extremis sur la promesse d’une suite.

Les fins intermédiaires dans les récits à épisodes des Mémoires de Saint-Simon : l’exemple de l’affaire du quiétisme

Demandant au lecteur de l’indulgence pour la piètre qualité de son style dont il vient de recenser les défauts, Saint-Simon laisse en effet son lecteur épuisé et émerveillé par un si long parcours sur cette ultime phrase : « Il [ce style] en a d’autant plus besoin (d’indulgence), que je ne puis le promettre meilleur pour la suite que je me propose1 ». Il y a de là de quoi rêver la découverte, un jour peut-être, d’un manuscrit contenant quelques milliers de pages supplémentaires de ces Mille et une nuits de l’Histoire, qui présenteraient la chronique des premières années du règne de Louis XV. Mais il y a par ailleurs des raisons de douter que cette suite annoncée ait eu une quelconque existence même embryonnaire. 11Enfin, l’année 1699 revient deux fois sur les suites de l’affaire.

Le duc de Saint-Simon ou l'échec d'un courtisan. Les Mémoires de Saint-Simon : une excellente lecture de plage. J’ai commencé cet été les Mémoires de Saint-Simon.

Les Mémoires de Saint-Simon : une excellente lecture de plage

Moitié par curiosité, c’est un monument de notre littérature, moitié par masochisme. Non pas que cela soit difficile à lire — les Mémoires de Saint-Simon c’est une excellente lecture de plage, c’est Voici à la cour du Roi Soleil, c’est la vie intime des célébrités de l’époque, c’est cruel comme une photo zoomée sur la cellulite d’une célébrité, c’est méchant comme un paparazzi dans un tunnel. Mais mon masochisme portait sur un point précis. Je voulais voir ce que pouvait faire, en littérature, quelqu’un pour qui la littérature est une chose négligeable. Figure intime du duc de Saint-Simon (1675-1755) Au cœur des 2 854 pages in-folio du manuscrit autographe du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France (nous prenons ici le premier portefeuille de cette œuvre quelque peu monumentale) se niche, au feuillet 1153, une ligne de larmes et de croix unique en son genre. Le cardinal Dubois et Saint-Simon.

Un rejeton d’apothicaire nommé archevêque, un simple précepteur devenu Principal ministre, un libertin athée élevé à la pourpre cardinalice : pour Saint-Simon, Dubois avait le visage outrageant du scandale. Il fut également une ombre portée sur la relation privilégiée que le duc entretenait avec le Régent Philippe d’Orléans, dont la complicité avec Dubois jamais ne se démentit. Le mémorialiste s’est vengé avec panache de ce rival en faisant passer à la postérité les rumeurs qui, durant la Régence, circulèrent dans Paris sur l’infortuné abbé.

Cependant, la mésentente entre Dubois et Saint-Simon ne saurait être réduite à la question du rang ou à la simple inimitié. Elle s’exprima également sur le plan de la politique. Si le duc et le cardinal ont parfois été amenés à s’entendre, leurs divergences politiques, qui s’exprimèrent par exemple sur le plan de des affaires étrangères, étaient profondes. Communications à paraître dans Les Cahiers Saint-Simon n°46. Programme. Société Saint-Simon - Liens. Saint-Simon à La Ferté-Vidame Saint-Simon à La Ferté, éditions des oeuvres, prix Saint-Simon, musée virtuel… Château de Versailles Mémoires : texte intégral Ce site présente le texte intégral de la première édition Chéruel (1856) des Mémoires de Saint-Simon. Généalogie de l’Histoire de France Généalogie complète et complexe… Centre International d’Etude du XVIII° siècle, Ferney-Voltaire Le Centre international d’étude du XVIIIe siècle poursuit des projets de recherche et entreprend des publications – électroniques et sur papier – sur tout aspect du XVIIIe siècle.

Voltaire Foundation Ce site comporte non seulement le catalogue des éditions de la Voltaire Foundation, mais annonce tous les travaux de cet institut, centre de recherche sur la littérature française (et internationale) du XVIIIe siècle. Cahiers Saint Simon, n°1, 1973. Carton saint simon 2017printbd. Avons-nous perdu le sens de la grandeur, Saint-Simon ? Il y a comme cela des auteurs auxquels on fait confiance. De ceux avec qui on s’embarque sans hésiter à chaque nouveau livre en sachant que leurs tropismes ne les éloigneront guère de leurs terrains de chasse favoris, lieux de souvenirs de lecture enchantés.

C’est précisément le cas avec Jean-Michel Delacomptée, l’un des auteurs les plus discrets, mais aussi les plus réguliers et les plus fidèles de la collection « L’un et l’autre » dirigée par J.B. Pontalis, laquelle est déjà en soi le label d’une certaine qualité même si ses titres sont nécessairement d’un intérêt inégal. José Cabanis l'admirable - 08/10/2000 - LaDépêche. L'académicien s'est éteint à 78 ans près de Toulouse. Il avait été le romancier de l'amour avant de devenir le biographe des grands classiques et de quelques mystiques. Présence de Saint Simon. Archives de France.