background preloader

Cloud computing définition et historique

Facebook Twitter

Cloud computing, histoire de l’informatique en nuages. Pour qu’aujourd’hui l’informatique s’élève vers les nuages, qu’elle devienne « cloud computing »1, il lui a fallu commencer par sortir de terre et gravir quelques étapes !

Cloud computing, histoire de l’informatique en nuages

Et certaines ascensions furent plus rudes que d’autres… Faire entrer l’informatique dans l’inconscient collectif… Une des premières étapes, peut-être la plus importante, aura été l’entrée de l’informatique dans le système économique mondial. Inventer une technologie relève de génies individuels, voire de volontés et de talents d’équipes, de microcosmes motivés. Faire émerger et ressentir cette technologie comme une évidence dans l’inconscient collectif, dépend d’une alchimie beaucoup plus complexe !

Mais rien ne serait arrivé sans quelques personnages, inventifs, visionnaires, tenaces… Quelques « grands-géniteurs » de l’informatique en nuages Grands géniteurs, ils le sont par leur talent d’innovateur qui a conduit à la naissance de l’informatique. 1933 – Norman B. Le berceau du web. Tim Berners-Lee, un informaticien du CERN inventa le World Wide Web en 1990.

Le berceau du web

À l'origine, la Toile (ou le web, comme on le surnomme) fut conçue et développée pour répondre au besoin de partage d'informations entre scientifiques travaillant dans différentes universités et instituts aux quatre coins du monde. Le CERN n'est en effet pas un laboratoire isolé, mais plutôt le foyer d'une communauté d'environ 8000 scientifiques de 85 nationalités. Bien que ces scientifiques passent une part de leur temps au CERN, ils travaillent généralement dans des universités et laboratoires de leur pays d'origine. Le maintien d'une bonne communication entre ces scientifiques est essentiel. L'idée de base du WWW était de combiner les technologies des ordinateurs personnels, des réseaux informatiques et de l'hypertexte en un système d'information mondial, puissant et facile à utiliser.

Un peu d'histoire Fin 1990, une démonstration d'un logiciel pour un système de base eut lieu. Le Cloud Computing, expliqué en 3 schémas. Il ne se passe pas une semaine sans que j’anime un séminaire ou participe à une conférence dont le thème principal est le « Cloud Computing ».

Le Cloud Computing, expliqué en 3 schémas

Que ce soit pendant une heure ou quatre jours, j’ai à chaque fois le même challenge, expliquer simplement cette profonde révolution. Je viens d’imaginer trois schémas qui ont comme ambition de faciliter cette compréhension du Cloud Computing, que ce soit par des professionnels de l’informatique ou des décideurs d’entreprise. Je vous en propose une première version et serait très attentif aux commentaires qui seront faits ; j’espère qu’ils m’aideront à les améliorer et les rendre de plus en plus pertinents, donc utiles à tous. Trois composants Ces schémas s’appliquent aux usages professionnels du Cloud Computing. Je les ai construits en m’appuyant sur les idées simples suivantes : Site multiréférences. Le terme Cloud computing est une rumeur apparue récemment dans la littérature informatique.

site multiréférences

La plupart des fournisseurs ont immédiatement introduit ce terme à tort et à travers dans leurs offres ce qui n’en simplifie pas la compréhension. Le but de cet article est de faire le point sur cette technologie et de proposer une expérimentation facile à réaliser en quelques minutes. Cet article a été publié sous la référence H6 020 : Cloud Computing, Informatique en nuage dans la rubrique Architecture des systèmes des Techniques de l'ingénieur.

Cet article présente l’architecture de référence proposée par le NIST (National Standard Institute) du gouvernement américain, habituellement utilisée par la plupart des acteurs du domaine. voir ici une présentation en anglais La définition opérationnelle retenue par le NIST est la suivante Les chapitres suivants sont consacrés à l’émergence de standards et à une tentative d’évaluer les avantages économiques des technologies du Cloud computing. La Minute Cloud #7 : quel type de Cloud choisir ? Historique du Cloud Computing. Tec_cloud_computing.pdf (Objet application/pdf) Le cloud computing expliqué aux nuls. Le phénomène du "cloud computing" prend de plus en plus d'ampleur dans les entreprises et le grand public commence à le connaître sous la forme de services de stockage à distance, ou encore de musique en streaming.

Le cloud computing expliqué aux nuls

Le cloud est sur toutes les lèvres. Bernard Ourghanlian est directeur technique et sécurité de Microsoft France. Pour L'Express, il explique ce qu'est le cloud, et à quoi ça sert. L'historique du Cloud computing - InfographieLe Cloud au service des entreprises. On appelle Cloud computing un procédé consistant à transférer sur des serveurs situés à distance des fichiers ou des bases de données qui étaient auparavant conservés dans les serveurs locaux ou sur l’ordinateur personnel de l’utilisateur.

L'historique du Cloud computing - InfographieLe Cloud au service des entreprises

Il permet notamment d’accéder sur demande à des fichiers informatisés utilisables par plusieurs personnes. Cloud computing - Informatique dans les nuages. Le cloud computing ou informatique en nuage est une infrastructure dans laquelle la puissance de calcul et le stockage sont gérés par des serveurs distants auxquels les usagers se connectent via une liaison Internet sécurisée.

Cloud computing - Informatique dans les nuages

L’ordinateur de bureau ou portable, le téléphone mobile, la tablette tactile et autres objets connectés deviennent des points d’accès pour exécuter des applications ou consulter des données qui sont hébergées sur les serveurs. Le cloud se caractérise également par sa souplesse qui permet aux fournisseurs d’adapter automatiquement la capacité de stockage et la puissance de calcul aux besoins des utilisateurs. On distingue plusieurs types de services cloud : Le cloud computing utilise la métaphore des nuages pour symboliser la dématérialisation de l’informatique. © George Thomas, Flickr, CC by-sa 2.0.