background preloader

ACTIVISME

Facebook Twitter

Le Prof. Narbonne répond à Marie-Monique Robin. Expert auprès de l’Anses, le Pr Jean-François Narbonne est l’un des rares scientifiques à avoir réagi publiquement au reportage de Marie-Monique Robin, Notre poison quotidien.

Le Prof. Narbonne répond à Marie-Monique Robin

L’expert relève les erreurs – à la limite de la manipulation – de la journaliste. Que pensez-vous du dernier documentaire de Marie-Monique Robin, Notre poison quotidien ? Marie-Monique Robin n’ayant pas de formation en toxicologie, elle accumule les approximations, pour livrer au final un reportage uniquement à charge. Certes, beaucoup de faits qu’elle rapporte sont exacts – et connus –, mais sa dérive commence par une interprétation erronée, et débouche sur une présentation orientée. Sea Shepherd Conservation Society. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sea Shepherd Conservation Society

Sea Shepherd Conservation Society La Sea Shepherd Conservation Society est une ONG maritime fondée en 1977 par Paul Watson, écologiste canadien, vouée à la protection des créatures marines. Elle est basée à Friday Harbor, dans l'État de Washington, aux États-Unis. Création[modifier | modifier le code] L'idée est née quand Paul Watson a fondé la Earthforce Environmental Society en 1977 à Vancouver au Canada, à la suite de son renvoi de Greenpeace dont il fut l'un des premiers acteurs. En 1978, l'association put s'offrir son premier navire, le Sea Shepherd[1]. Activités[modifier | modifier le code] Elle engage de nombreuses actions pour dénoncer la destruction de la faune marine et la surpêche et sensibiliser le public.

Les causes défendues[modifier | modifier le code] La Sea Shepherd défend plusieurs causes dont les principales sont[2] : Les moyens matériels[modifier | modifier le code] Lamya Essemlali répond à la haine de Gleizes. Lamya Essemlali, Présidente de Sea Shepherd France répond à la diatribe “Haines et Baleines “de Pierre Gleizes, photographe de Greenpeace, publiée dans Médiapart.

Lamya Essemlali répond à la haine de Gleizes

En juin 2012, Pierre Gleizes, photographe de Greenpeace, faisait paraître dans la rubrique des Invités de Médiapart un papier à charge contre Sea Shepherd, Paul Watson et moi-même sous le titre “Haines et Baleines”[1]. J’étais persuadée à l’époque que bien peu de gens donneraient un quelconque crédit à un texte aussi affabulateur et haineux. Partant aussi du principe défendu par Nietzche que même dans le choix de ses ennemis, il faut se montrer exigeant, j’avais décidé de ne pas relever... Force est de constater que je me suis trompée et qu’une réponse s’impose.

Si je prends le temps de répondre à Gleizes aujourd’hui c’est que presque deux ans après, la rumeur circule encore que Sea Shepherd aurait fait capoter des négociations capitales qui auraient pu sauver des baleines. Lamya Essemlali: Là encore, Gleizes affabule. Naufrage du « Thunder » : un sabordage selon Sea Shepherd. Un sabordage ?

Naufrage du « Thunder » : un sabordage selon Sea Shepherd

Ça en a tout l’air. Le lundi 6 avril, le Thunder, soupçonné de braconner la légine, a coulé dans les eaux de Sao Tomé et Principe (golfe de Guinée) sous les yeux des militants de l’ONG Sea Shepherd qui le poursuivaient depuis des mois à bord du Bob Barker et du Sam Simon. Un naufrage « très suspect », soulignent-ils, évoquant aussi un « navire négrier ». « Habituellement, lorsque qu’un navire coule, le capitaine fait fermer toutes les trappes afin de maintenir la flottabilité, indique l’ONG.

Or, dans le cas présent, c’est l’inverse qui a été fait. L’ONG s’était lancée à la poursuite du Thunder dans l’océan Austral il y a 110 jours, à 2 300 milles de l’Afrique du Sud, le soupçonnant de braconner la légine. Des esclaves à bord ? Une dizaine de jours plus tôt, ce navire qui battait pavillon du Nigeria a été radié des registres de ce pays africain.

Paul Watson : « C’est la nature qui réglera le problème » Et voici trois jours, Sea Shepherd a remporté une victoire, avec le sabordage du Thunder, un navire chassant illégalement la légine.

Paul Watson : « C’est la nature qui réglera le problème »

Reporterre - Vous êtes poursuivi par Interpol. Êtes-vous, en France, un réfugié ? Paul Watson - Oui. Le Japon essaie de m’attraper alors c’est difficile de voyager, mais je suis libre de venir en France et aux États-Unis. Un mandat d’arrêt international a été émis par le Costa Rica, donc quand j’entre dans un nouveau pays, les autorités qui le lisent peuvent m’arrêter et m’envoyer au Japon sans se poser de question, ou alors ils peuvent s’en moquer et me laisser tranquille. Quelle est l’origine de ce mandat d’arrêt ?

Le Costa Rica a émis un mandat contre moi une semaine après avoir rencontré le premier ministre du Japon, en se fondant sur des faits qui ont eu lieu en 2002. Ils m’accusent de « manœuvre dangereuse d’un navire » (reckless operation of a vessel) au Costa Rica et de « conspiration d’abordage » (conspiracy to trespass) au Japon.