background preloader

Luxe et developpement durable

Facebook Twitter

Quand le luxe découvre le développement durable… | Marchands de Luxe. Vous êtes tiraillé entre votre fibre écolo et votre goût du beau et du luxueux? Ne vous en faîtes plus! Ce billet vous convaincra que, loin d’être contradictoire, le luxe et le développement durable peuvent faire bon ménage. Alléluia! C’est le salon 1.618, un salon sur le luxe et le développement durable qui se tiendra à Paris le 29 mars prochain, qui m’a inspiré ce sujet passionnant.

Les valeurs du développement durable (l’intégrité de l’environnement, l’équité sociale et l’efficience économique) sont en effet de plus en plus présentes dans la vie des consommateurs et acceptées dans la société, du moins au Québec. Le salon 1.618 Le salon 1.618 nous invite justement à célébrer ces marques de luxe qui ont décidé d’agir selon les principes du développement durable. Mais qu’ont en commun le luxe et le développement durable? Quelques marchands de luxe sensés … Via Hermès Via Norlha Quoi faire avec le développement durable? Et vous? Alors, qu’en pensez-vous? Luxueusement vôtre, Gabrielle Aimer : En temps de crise, le luxe redevient durable. C'est un sujet délicat qui revient souvent dans les commentaires de ce blog : l'écologie serait un truc de bobos, et seuls les plus riches pourraient se payer le luxe d'une consommation responsable.

Mais interrogeons l'épineuse question du luxe, justement: ce secteur de l'économie ne connaît pas la crise et son image est souvent associée à celle des paillettes, du strass et de l’argent qui coule à flot, entre mélange d’excès en tout genre et de futilité assumée. Ceci étant, le vrai luxe n’est-il pas plus durable qu’on ne le pense ? D’ailleurs, quels sont les vrais luxes aujourd’hui ? Un luxe sans classe Tiré par la hausse de la consommation des riches chinois ou brésiliens, le secteur du luxe connaît une croissance impudique: ses ventes ne cessent de croître, et le fossé continue de se creuser entre les plus riches et les plus pauvres.

Il y a luxe... et blinbling ! Cécile Lochard - Photo: Ocean/Corbis Slow Made Être soi Anne-Sophie Novel / @SoAnn sur twitter. Le Luxe et le Développement Durable même combat ! L’Institut Européen de Formation au Tourisme (IEFT) de Paris a organisé, 12 mars dernier, sa conférence annuelle, proposée à ses étudiants et entreprises du secteur du tourisme. L’objectif est de créer un nouvel espace d’échanges, en présence de professionnels reconnus, d’enrichir le programme pédagogique et de confronter les étudiants aux réalités du marché. Les réflexions se sont orientées autour de l’expansion des activités touristiques de luxe et de leur avenir Aujourd’hui le développement durable n’est plus un sujet marginal. Il est devenu incontournable pour les entreprises car à la fois source de contraintes, mais aussi d’opportunités, quant à la formulation de leurs stratégies. Le développement durable est un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs.

L’enjeu pour le développement durable est qu’il soit désormais considéré ccomme une source potentielle d’innovation et de croissance. Développement durable et luxe sont-ils compatibles ? Un mariage contre nature... Souvent associé au gaspillage et à l'ostentation, le luxe paraît aux antipodes du développement durable qui, pour sa part est associé à la recherche de sobriété et à une réflexion profonde sur la consommation responsable. Lorsque le luxe s'associe à la liberté de création, à la beauté et au plaisir personnel, le développement durable tend à être associé à un monde contraignant, simple et relativement austère, mettant l'altruisme en avant.

La question est également posée sur l'utilité du luxe, car les critiques les plus vives portent justement sur le caractère inutile que lui trouvent ses plus grands détracteurs. Le luxe est ainsi accusé d'utiliser et de gaspiller les ressources, humaines autant que naturelles, qui pourraient être nécessaires pour des industries plus utiles.

Le luxe DD n'est-il que du Green Washing ? Source : ABC-luxe.com Retrouvez les cahiers des Universités du luxe en cliquant ici. Le développement durable du luxe. Le moins étonnant n’est pas que cette réussite apporte avec elle la preuve que la mondialisation n’est pas nécessairement un mal puisqu’elle en est son principal moteur. Les grandes marques du luxe se sont engagées, dans les années 1980, dans le processus d’accélération de la mondialisation. Elles se sont rapidement globalisées, ce faisant elles ont abandonné les outils classiques du marketing et les approches commerciales devenues obsolètes; elles ont engrangé des profits considérables. Les diverses stratégies mises en œuvre par les Maisons du luxe – stratégie de niche, stratégie de portefeuille, stratégie internet, diversification, extension de gamme, spécialisation, ou rachat et intégration des artisans – leur ont permis de se mettre à l’abri des aléas de la conjoncture économique.

A preuve, le ralentissement des activités dans les pays occidentaux touchés par la crise a été largement compensé par les gains des marchés émergents, Brésil, Chine,Inde, et Russie.