background preloader

Hacker

Facebook Twitter

Exploits Database by Offensive Security. Cachez ce mashup que je ne saurais voir… A la fin de l’année dernière, j’avais été invité à une conférence organisée à la BPI sur le thème du mashup.

Cachez ce mashup que je ne saurais voir…

Intitulé "Visionner, annoter, monter : les nouvelles pratiques du mashup", cet évènement présentait le grand intérêt de réunir des artistes du mashup, des bibliothécaires et documentalistes, un sociologue consacrant ses recherches à ces pratiques et j’étais chargé de faire le juriste de service pour expliquer l’arrière-plan légal. Cette conférence a été filmée et enregistrée et il se trouve qu’elle a été diffusée par la suite sur le site de France Culture Plus à destination des étudiants, ce qui me paraît une excellente chose en soi, étant donné la place qu’occupent aujourd’hui ces pratiques. Conférence sur le mashup sur le site de France Culture Plus Or à la fin du texte de présentation, on peut lire ceci qui n’a pas manqué de m’interpeller : Or c’est particulièrement dommage, car ces sélections étaient de très grande qualité. It appears my video Meanwhile ( youtube.com/watch?

Made in ma bibliothèque. Le rôle des bibliothèques ne cesse d'évoluer : après nous avoir facilité l'utilisation des médias et d'Internet, voilà qu'elles se mettent à nous accompagner dans nos envies de création en abritant aussi des makerspaces, ces lieux dédiés à la fabrication d'objets.

Made in ma bibliothèque

Deux établissements américains viennent de se lancer dans l'aventure. Entrailles de MakerBot par Bre Pettis -cc- Début juillet, la bibliothèque de la petite ville de Westport aux États-Unis a inauguré un nouvel espace. De nouveaux fauteuils plus confortables ? Non, un makerspace, ces lieux où les gens fabriquent des objets. Ces deux initiatives augurent d’une évolution du rôle des bibliothèques. J’ai d’abord appris sur l’impression 3D dans un cours intitulé “innovation dans les bibliothèques publiques” à l’université de Syracuse, où je travaillais mon master en sciences de l’information et des bibliothèques. « Je me modifie, donc je suis » Cyril Fiévet (@cfievet) ne nous est pas inconnu.

Ancien journaliste pour InternetActu de 2003 à 2006, il fut l'un des blogueurs français les plus prolixes du début des années 2000 avec son blog, Pointblog, son livre BlogStory et son magazine, Netizen, qui avaient tout trois l'ambition de montrer au grand public ce qu'était ce phénomène alors naissant.Cyril Fiévet s'intéresse depuis des années aux technologies. Editeur et traducteur pour Fyp éditions, il vient de signer Body Hacking, un livre très documenté sur la démarche volontaire de modifier son propre corps, "notamment en lui adjoignant des composants artificiels, dans le but de transformer son comportement naturel". En nous amenant à la rencontre de ces premiers pirates d'eux-mêmes, Fiévet ouvre une boîte de pandore, esquissée philosophiquement par les transhumanistes, qui nous fait passer concrètement de la science-fiction à la plus concrète réalité.

Qu'est-ce qui change quand les gens se mettent à s'opérer dans leur cuisine ? Vers des robots imprimables. Par Hubert Guillaud le 24/04/12 | 2 commentaires | 2,041 lectures | Impression Connaissez-vous ReaDIYmate ?

Vers des robots imprimables

C’est un projet de petits robots en papier constitués d’un bloc moteur et d’un emballage papier personnalisable qui se pilote depuis une application pour smartphone ou depuis un programme d’ordinateur (vidéo). L’idée qui anime Marc Chareyron et Olivier Mével (@omevel, cofondateur du Nabaztag), ses concepteurs, consiste à permettre à chacun de personnaliser son petit robot. Les ReaDIYmates sont des petits objets Wi-Fi, qui se déplacent, s’animent, jouent des sons ou de la lumière en fonction de votre activité sur le Net où selon la manière dont vous les avez programmés, tout à fait comme le lapin Nabaztag.

Transformez-vous en hackers. Un e-book sur les débuts des lieux de rencontres des hackers raconte la plus fouillée des histoires sur cette contre-culture.

Transformez-vous en hackers

OWNI vous propose de tester vos connaissances. Attention: sujet contagieux. C’est une histoire qui a commencé du temps des BBS, ces ancêtres des forums de discussion, que raconte Hackerspaces, the beginning [en] : un e-book de plus de 100 pages de textes et d’images sur les hackerspaces, espaces physiques où se réunissent les hackers, ces bidouilleurs qui utilisent les objets dans un but autre que leur usage initial.

Une idée folle lancée par deux membres historiques du milieu, Astera et Bre, qui se souviennent : En décembre 2008, un groupe de hackers était assis par terre, leurs faces illuminées par la lumière du portable naviguant sur Internet et skypant des amis, du death metal en fond.C’était douze jours avant 25c3 (le congrès annuel du Chaos Computer Club -CCC, [en]-, mythique groupe de hackers allemands). Les lieux ? 13-Il s’agit de NoiseBridge [en]. Photos.