background preloader

Livres numériques

Facebook Twitter

Ville de Paris - Bibliothèque numérique de la Ville de Paris. Le point du PNB (février 2015) [Communiqué] L'ABF alerte sur le dispositif Prêt Numérique en Bibliothèque (PNB) Mise à jour le 13 juin 2017 8 janvier 2016 Réponse de la ministre de la Culture et de la Communication, Fleur Pellerin 16 octobre 2015 Un an après le début de l'expérimentation de PNB, l'ABF s'inquiète du manque de transparence concernant cette expérimentation. Exceptés quelques retours chiffrés, il n'y a pour l'heure aucune évaluation qualitative de ce service. Ce qui devait être au départ un test réalisé à huis clos avec quelques bibliothèques participantes est devenu une véritable "offre" pour les bibliothèques puisqu'à ce jour une vingtaine de collectivités propose des livres numériques à leurs usagers via PNB.

De fait, PNB est devenu le seul système en matière de livres numériques recommandé par le Ministère de la Culture et de la Communication. L'ABF alerte le MCC quant au risque de fracture territoriale que risque de provoquer PNB à l'échelle du territoire. Charte Bib'lib. Le livre numérique en bibliothèque : état des lieux et perspectives. Laurent Soual connaît bien les bibliothèques. Autrefois conservateur des bibliothèques, aujourd’hui consultant en système d'information documentaire, il publie en 2015 aux Éd. du Cercle de la Librairie un ouvrage sur le livre numérique en bibliothèque et son avenir sous la forme d’un bilan. Procédant à une radiographie exhaustive des enjeux pour les bibliothèques publiques et universitaires, l’auteur propose un panorama salutaire dans un contexte mouvant et instable, tant au niveau technologique que juridique et économique.

Plus d’une décennie après l’émergence du livre numérique sur le marché de l’édition, aucun modèle réellement stable, reconnu par l’ensemble des acteurs de la chaîne du livre numérique, ne s’est encore imposé 1. Le retard français Un bref détour par les baromètres annuels 2 sur le marché du livre numérique suffit à nous convaincre du retard français 3. Chronologie du livre numérique Complexité de l'écosystème du livre numérique Des recommandations ? Notes [7]Idem. "Doit-on considérer que l'expérimentation de PNB est aujourd'hui terminée ?" Les Assises du Livre numérique, organisées par le Syndicat National de l'édition, se sont une nouvelle fois intéressées au projet Prêt Numérique en Bibliothèque, PNB. Mais faut-il encore considérer que ce système comme une expérimentation ?

Patrick Gambache, responsable du système PNB pour le SNE, s'interroge lui-même : après 14 mois d'opérations, l'heure d'un premier bilan est venue. Le ministère de la Culture a ainsi communiqué quelques chiffres sur l'utilisation de PNB, révélés lors d'une table ronde des Assises du livre numérique. Annie Brigant (bibliothèque municipale de Grenoble), Patrick Gambache (La Martinière, SNE), Gwladys Ronquant et Philippe Touron (librairie Le Divan) (ActuaLitté, CC BY SA 2.0) « Aujourd'hui, il y a dans PNB 31 réseaux de bibliothèques raccordés, parmi lesquels un réseau belge et 4 réseaux suisses [...] et 26 libraires qui sont en mesure de fournir cette offre », se félicite Patrick Gambache. Pratiques d’emprunt de livres numériques en bibliothèques : la plateforme grenobloise Bibook - épisode 3. Écologie de l'emprunt de livres numériques Gros, moyens ou petits emprunteurs… Des écarts très marqués L’analyse quantitative des pratiques d’emprunt permet de dégager 3 grands types d’emprunteurs-lecteurs ou bibookis.

La figure 1 ci-dessous offre un point de repère historique. Figure 1 : une typologie des emprunteurs Ceux que l’on a placés dans la catégorie des « gros emprunteurs-lecteurs » empruntent 20 ebooks et plus sur la période considérée. Quoiqu’il en soit, ces gros lecteurs sont peu nombreux : 3 hommes (47, 61 et 71 ans) et 2 femmes (41 et 70 ans) et ne représentent que 1,3% des bibookis et 7,5% des emprunts. Figure 2 : répartition des bibookis selon le nombre de livres empruntés Source : enssibLab Les emprunteurs-lecteurs « moyens » (de 10 à 19 livres) sont aussi relativement peu nombreux par rapport au total (34 personnes) : ils représentent 8,7% des bibookis et 27,5% des emprunts.

Figure 3 : une augmentation progressive du nombre de petits lecteurs Notes [3] M. Pratiques d’emprunt de livres numériques en bibliothèques : la plateforme grenobloise Bibook - épisode 2. Un « lectorat numérique » qui se calque sur le public des bibliothèques ? Oui, mais pas seulement... Nous restituons ici la partie des résultats de l'enquête qui porte sur les usagers et les usages de la plateforme Bibook évoquée dans l'épisode 1. A partir des résultats les plus représentatifs, on peut identifier quatre spécificités majeures propres au lectorat numérique et au profil type de l'emprunteur. Des profils sociaux propres aux pratiques de lecture Du point de vue des « bibookis » (les inscrits à la plateforme Bibook), si on s’attarde sur l’appartenance sociale, nous retrouvons ici les logiques qui président aux pratiques culturelles, et spécifiquement à la lecture, puisque 34% de la population des « bibookis » est composée de professions libérales/cadres supérieurs et 22% de « professions intermédiaires »1.

Figure 1 : distribution des « bibookis » par PCS d'appartenance Source : enssibLab Figure 2 : une pratique d’emprunt socialement non aléatoire Source : enssibLab Notes [2] J-F. Le livre numérique encore loin de la maturité. Le Forum de Tokyo, « conférence des acteurs de la culture et du numérique », a réuni des professionnels prônant un futur du livre toujours plus numérique mardi 24 novembre à Paris. Jeux de lumières, musique électronique et tables rondes entrecoupées de performances artistiques : c’est dans une ambiance de boite de nuit que se tenait mardi 24 novembre la deuxième édition du Forum de Tokyo au Yoyo (dans les sous-sols du Palais de Tokyo à Paris). Cette « conférence des acteurs du numérique et de la culture », organisée par l’Association française des éditeurs de logiciels et ... Lire la suite (4 230 caractères) S’abonner à livres Hebdo Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

Classements et tableaux de bord Meilleures ventes Agenda événements L’annuaire éditeurs & diffuseurs Et plus encore... je m’abonne Acheter l’article [1,50€] Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo. j’achète l’article Sur les mêmes thèmes (1 articles) Les meilleures liseuses pour l'hiver 2015-2016. Toujours de nombreux modèles de liseuses disponibles en cette fin d'année. C'est mon rendez-vous traditionnel deux fois par an (le dernier début juillet) pour vous donner mon podium des meilleures liseuses sur le marché français.

Des liseuses que certains disent toujours condamnées par les tablettes et surtout les smartphones, pourtant elles tiennent toujours le haut du pavé chez tous les leaders des librairies numériques. Existeraient-ils d'ailleurs sans elles? Les amateurs gros lecteurs les renouvèlent année après année sans sourciller. C'est toujours un signe évident de bonne santé. Une sélection à faire donc. 1/ Tea TouchLux 3: Le PocketBook TouchLux 3 était sur la deuxième marche de mon podium de l'été, la nouvelle version customisée par Tea cet automne le fait passer sur la plus haute marche. 3/ Cybook Muse Frontlight: En troisième position, le modèle phare chez le fabricant français Bookeen.

Par rapport à ma dernière sélection de l'été c'est donc un podium presque identique. Kobo by Fnac : tendances numériques 2015. Communiqué de Kobo by Fnac aujourd'hui qui donne ses tendances numériques pour l'année 2015. Après la romance depuis longtemps, ce sont les romans policiers et thrillers qui sont désormais plébiscités par les lecteurs numériques. Emblématique en est le succès sur la première place du Top10 de La Fille du train chez Sonatine. Dommage que ne soit toujours pas donnés les chiffres de ventes agrégés chez les éditeurs: Kobo dévoile les tendances 2015 des lectures numériques des Français Les best-sellers internationaux en tête Les romans français largement plébiscités La romance, la fiction et le genre policier passionnent les lecteurs français Kobo, leader mondial de la lecture numérique, dévoile aujourd’hui son rapport annuel sur les habitudes de lecture de ses utilisateurs Français au cours de l’année 2015.

Les oeuvres ReLIRE chez PNB : la DRM, ça coûte rudement cher. Le plan se déroule manifestement sans accro, pour la société FeniXX, chargée de commercialiser les œuvres indisponibles numérisées. Un catalogue de 8000 titres vient d’arriver sur 35 plateformes de vente – des librairies indépendantes pour la plupart. Seul Amazon est présent parmi les GAFA : Apple, Kobo et Fnac devraient arriver plus tard. Les œuvres indisponibles, ce sont ces titres que les maisons ne commercialisent plus, mais qui ne sont pas épuisés. Et pour lesquelles l’État français a pondu une bonne législation des familles, autorisant, sans l’accord préalable des ayants droit, à numériser des oeuvres du XXe siècle. Ces derniers ont la possibilité de faire retirer les livres, à condition d’être informés qu’ils sont recommercialisés numériquement. Comme nul n’est censé ignorer la loi, les opérateurs ont considéré qu’auteurs et ayants droit n’avaient qu’à se tenir informés.

Conditions d'acquisition et de prêt : à vos marques...