background preloader

Axe 2 La pub est une injonction sociale relayée par le marketing

Facebook Twitter

PHOTOS. Campagne choc avec Iggy Pop torturé par Amnesty International : malaise ou malin. Amnesty Belgique a publié des photos d'Iggy Pop et du Dalaï Lama torturés.

PHOTOS. Campagne choc avec Iggy Pop torturé par Amnesty International : malaise ou malin

Malin ? (CAPTURE FACEBOOK) CHOC. Nouvelle campagne UNICEF : une expérience choc en vidéo. Que feriez-vous si vous voyez un enfant de 6 ans seul dans la rue ?

Nouvelle campagne UNICEF : une expérience choc en vidéo

C’est la question posée en introduction de cette vidéo qui lance la campagne #FightUnfair de l’UNICEF. Elle met en scène Anano, une petite fille âgée de 6 ans à Tbilissi, la capitale de la Géorgie, seule dans la rue. Elle montre la discrimination subie par les enfants en fonction de leur apparence. N’avons-nous jamais appris qu’il faut se méfier des apparences ? Peut-être que nous n’avons jamais vraiment bien compris le sens de ce conseil, car l’apparence change trop souvent nos comportements. Quand la jeune actrice est propre, bien coiffée et habillée avec élégance, les passants n’hésitent pas à s’approcher, à lui parler et lui demander si elle a besoin d’aide. "La réalité n'as pas de filtre" : la nouvelle campagne choc qui parodie Instagram - Dans Ta Pub. Alors que la course à la plus belle photo de vacances fait rage sur Instagram et plus récemment Instaweather, voici une campagne de sensibilisation qui parodie ce dernier.

"La réalité n'as pas de filtre" : la nouvelle campagne choc qui parodie Instagram - Dans Ta Pub

Cette campagne a été réalisée par l’agence Mayo Draft Fcb pour la fondation chilienne venant en aide aux sans abris. Représentation et communication publicitaire. "Donner envie à des gens qui n'en ont pas les moyens d'acheter une nouvelle chose dont ils n'avaient pas besoin dix minutes auparavant...

Représentation et communication publicitaire

" Frédéric Beigbeder, 99francs : Telle est la fonction perverse et en même temps toute la "magie" de la Pub. En période d'offre surabondante (dans les pays dits " riches "), le consommateur, submergé de propositions, doit disposer de critères de choix. Or la plupart des produits mis sur le marché remplissant désormais leurs fonctions, les qualités intrinsèques d'un produit ne suffisent plus à le vendre en masse.

Afin de motiver le public, la communication (au sens large : publicité, design du produit, choix des textures, discours de la marque, logotype ...) doit créer autour de l'objet un univers symbolique fort et immédiatement reconnaissable. Le consommateur doit vouloir et pouvoir s'identifier à cet univers et à ces valeurs. Finalement, ce ne sont plus les produits qui sont représentés, mais les valeurs qu'ils doivent communiquer. La dictature du bonheur selon les pubs - Changeons. Si on fait un petit bilan des messages que l’on reçoit à longueur de journée, pour être heureux il faut consommer.

La dictature du bonheur selon les pubs - Changeons

Avoir une belle voiture de chez Mercedos, manger du nutellos, manger au McQuik, boire du cola cokos, avoir un jphone. Et tout ça pour avoir un corps sain (c’est à dire être super musclé et sans un gramme de graisse) et dans un monde merveilleux et beau. Oui, sauf que… C’est un grand n’importe quoi, un WTF total. Si on mange tout ce qu’on nous dit de manger dans les pubs, on sera loin de ressembler aux gravures de modes photoshopées des magazines. Saviez vous que dans une seule canette de soda il y a plus de sucre que l’apport journalier conseillé par l’OMS ?

Que votre pâte à tartiner préférée ou que votre fast food si accueillant sont tellement gras et sucrés qu’ils vous flinguent la santé à petite dose ? Si je vous pose la question, vous me répondrez certainement que vous le savez. J’ai eu des éléments de réponse en lisant l’excellent TV Lobotomie de Michel Desmurget. Violences de l'idéologie publicitaire, par François Brune (Le Monde diplomatique, août 1995)

Les élections passent, la publicité demeure.

Violences de l'idéologie publicitaire, par François Brune (Le Monde diplomatique, août 1995)

Les promesses politiques se succèdent allègrement à la surface des événements ; le système de propagande commerciale, lui, continue de façonner en profondeur l’imaginaire du public, chaque jour et en tout lieu. Ce n’est pas le principe de la « publicité », au sens originel du mot, qui est en cause. C’est la réalité d’un phénomène social devenu hypertrophique, et qui diffuse en permanence ce qu’il faut bien appeler une idéologie dominante, n’en déplaise aux euphoriques de la modernité qui veulent n’y voir qu’un jeu sans enjeu. A toute forme d’idéologie dominante, deux analyses critiques peuvent être opposées : l’une, stigmatisant la nature plus ou moins pernicieuse de la « vision du monde » qui la constitue ; l’autre, l’exercice même et les méthodes abusives de sa domination. Le bonheur est dans la pub – Trend N'Com.

«La pub entretient l'illusion du bonheur» Paul Ariès a lancé une croisade: contre l'envahissement de la pub en général, et à l'école en particulier.

«La pub entretient l'illusion du bonheur»

Ce politologue, enseignant à l'Université de Lyon, veut bouter les marchands hors des écoles, comme il dit, à l'image de ce que les Français ont fait très exactement il y a un siècle «en boutant les curés des salles de classes».