background preloader

Transformation du web

Facebook Twitter

Comment le code fait loi. Baladodiffusion M2 numéro 23.

Comment le code fait loi

L’intrication grandissante du code et de la démocratie Puisque les rapports interpersonnels et collectifs passent de plus en plus par des machines et des plateformes en ligne, quels impacts une telle médiatisation engendre-t-il dans la société? Les cinq étapes du déni — Welcome to TheFamily. La transition numérique affecte moins les entreprises que les filières.

Les cinq étapes du déni — Welcome to TheFamily

Une filière, rappelons-le, est un ensemble d’entreprises qui travaillent ensemble tout au long d’une chaîne de valeur. Elles sont comme des engrenages qui s’engrènent parfaitement, liées par une culture et des procédures installées et optimisées pendant plusieurs décennies. Chaque maillon d’une filière correspond à un secteur : des entreprises qui exercent la même activité et se partagent les parts d’un même marché (B2B en amont, B2C en aval). L’édition est un secteur, la librairie est un secteur : toutes les deux appartiennent à la filière du livre.

La grande distribution est un secteur, qui appartient à plusieurs filières mais s’inscrit de façon privilégiée dans celle de l’agro-alimentaire. Pourquoi la transition numérique affecte-t-elle moins les entreprises que les filières ? Les dix commandements de Douglas Rushkoff à l'ère du numérique (1/3) A première vue, l’auteur de Programm or be programmed est un grand prétentieux.

Les dix commandements de Douglas Rushkoff à l'ère du numérique (1/3)

Son ouvrage, sous-titré « Ten commands for a digital age » - phrase reprise pour le titre version français du livre sortie en février 2012, Les dix commandements de l’ère numérique, fait écho au prêche d’un autre prophète avant lui. Mais Douglas Rushkoff ne prétend pas nous révéler une vérité infaillible. Essayiste affilié au mouvement cyberpunk et théoricien de l’interaction entre culture, technologie et médias, lui qui écrit souvent dans les colonnes du New-York Times nous propose, en fait, « dix principes simples qui pourraient nous aider à tracer notre chemin à travers le monde numérique. » > Ne pas laisser la technologie aux mains des experts « Démocratiser la compréhension des enjeux du numérique » pourrait ainsi résumer l’esprit de son manifeste. Internet 2012. Que reste-t-il de notre révolution. La fermeture brutale par le FBI il y a quelques jours du site MegaUpload.com et de ses satellites a de quoi sidérer ceux qui ont toujours considéré Internet comme un outil de libération de l’accès à la connaissance et de renouvellement du débat public.

Internet 2012. Que reste-t-il de notre révolution

On ne peut qu’être effaré de l’état dans lequel les protagonistes de la Guerre du Copyright ont mis ce nouvel espace public qu’est le cyberespace, notre bien commun. Faut-il en effet se réjouir simplement avec le Palais de l’Elysée du déploiement sans précédent de forces policières aboutissant à l’arrestation de citoyens européens, à la saisie de serveurs et d’actifs dans huit pays différents, au blocage de noms de domaine internationaux sur la base non pas d’une condamnation mais d’une simple inculpation issue d’un « grand jury » américain statuant sur la base de sa loi nationale ?

De l’hacktivisme au web 2.0 – De la révolution à sa dissolution ? Les mouvements alternatifs d’émancipation portés par le numérique, dont le logiciel libre fait partie, ont été récupérés et domestiqués par le système et sa force marketing sous la bannière et le vocable du « web 2.0 ».

De l’hacktivisme au web 2.0 – De la révolution à sa dissolution ?

Un web 2.0 qui présente de plus l’avantage de favoriser l’institution d’une sorte de totalitarisme global décentralisé avec notre complicité et toutes les traces personnelles, permanentes et continues, que nous laissons, le plus souvent volontairement, dans les nuages d’Internet. Le Web 4.0 sera celui du génome, et y’a de quoi flipper. Une scientifique recueille de l’ADN, dans un laboratoire marseillais, le 3 février 2015 (Anne-Christine Poujoulat/AFP) 1998-2006.

Le Web 4.0 sera celui du génome, et y’a de quoi flipper

Documents. Web 1.0 Il aura fallu huit ans à Google pour parvenir à indexer tous les documents disponibles. Oh je vous vois venir, oui, vous avez raison, Google n’indexe pas « tous » les documents disponibles. Alors disons qu’il lui aura fallu huit ans pour parvenir à indexer suffisamment de documents pour s’assurer d’éliminer la concurrence, de stabiliser des parts de marché le plaçant en situation de quasi-monopole, et, dans les usages autant que dans notre inconscient collectif, pour fonctionner comme une métonymie du web : la partie prise pour le tout. Help a reader: what will web 5.0 be like? I like questions from readers, so I decided to turn this one into a post.

Help a reader: what will web 5.0 be like?

A reader asked me what my thoughts on web 5.0 were. I had to admit I had never thought about this, but I said: Whiteboard readers are smart. They will help you. Could anyone help this student, please? If you can’t help, could you retweet it? You can answer in the comment section, or by e-mail or Twitter. “What will web 5.0 be like?” That is the question I need to answer in my paper for e-business.