background preloader

Politique culturelle en France

Facebook Twitter

STRATÉGIES IDENTITAIRES DE CONSERVATION ET DE VALORISATION DU PATRIMOINE - Sous la direction de Jean-Claude Nemery, Michel Rautenberg et Fabrice Thuriot. Services numériques culturels innovants / Innovation numérique / Recherche, Enseignement supérieur, Technologies / Politiques ministérielles. Politiques culturelles : 4 approches. 60 projets sélectionnés par le ministère de la Culture suite à l’appel à projets Services numériques culturels innovants. 60 projets ont été sélectionnés et seront soutenus par le ministère de la Culture et de la Communication suite à l’appel à projets Services numériques culturels innovants lancé en juin 2014.

60 projets sélectionnés par le ministère de la Culture suite à l’appel à projets Services numériques culturels innovants

L’appel à projets «Services numériques culturels innovants 2014» du ministère de la Culture et de la Communication vise à « encourager des expérimentations grand public, innovantes, visibles et valorisant des contenus culturels numériques ». En lançant cet appel à projets, le ministère de la Culture et de la Communication souhaite impulser des expérimentations pour stimuler de nouveaux partenariats entre établissements publics, services de l’État, services des collectivités locales, partenaires privés et laboratoires de recherche. Il vise à créer des réseaux numériques culturels multipartenaires s’appuyant : - soit sur des axes disciplinaires : patrimoine, danse, design,etc. - soit sur des technologies innovantes : réalité augmentée, datavisualisation, vidéos interactives, 3D… Musées . . . . . . . . En finir (vraiment) avec la «démocratisation de la culture» L'échec des politiques dites de "démocratisation de la culture" nous oblige à repenser notre approche des politiques culturelles.

Comment ? Voici quelques pistes proposées par le sociologue Olivier Donnat. La réforme territoriale. Les métropoles Un premier volet a déjà été ouvert en janvier 2014 avec la loi dite de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles.

La réforme territoriale

La création d'un nouveau statut pour ces dernières amorcera une vraie clarification de l’exercice des compétences au niveau local. Le 1er janvier 2015 ont vu le jour les métropoles de Rennes, Bordeaux, Toulouse, Nantes, Brest, Lille, Rouen, Grenoble, Strasbourg et Montpellier. Créée également le 1er janvier 2015, la Métropole de Lyon est une collectivité territoriale à part entière et dispose d’un statut particulier.

Celles du Grand Paris et d'Aix-Marseille-Provence verront le jour au 1er janvier 2016. En savoir plus sur les métropoles. Adoption par l'Assemblée nationale de la carte à 13 régions. 20 novembre 2014 L'Assemblée nationale a adopté en deuxième lecture la carte à 13 régions, contre 22 actuellement.

Adoption par l'Assemblée nationale de la carte à 13 régions

Les députés doivent encore se prononcer sur le calendrier électoral, seconde partie du projet de loi qui fera l'objet d'un vote solennel le 25 novembre prochain. Consulter le texte résultant des délibérations de l’Assemblée nationale à l’issue des séances du 20 novembre 2014. Consulter le dossier législatif Consulter le dossier "Réforme territoriale : pour des régions plus fortes aux compétences affirmées", Portail du Gouvernement 12 novembre 2014 La commission des Lois de l'Assemblée nationale est revenue à la version adoptée par les députés en première lecture.

Avant/après : la carte animée de 22 à 13 régions. Jean-Jack Queyranne : « La culture doit devenir une compétence obligatoire des régions » Réforme territoriale : politiques culturelles en danger. Depuis 1982 et les grandes lois de décentralisation, toutes les collectivités territoriales se sont fortement engagées dans le soutien au développement culturel et associatif jusqu’à atteindre plus de 70 % de la dépense publique dans ce secteur, les communes restant historiquement les plus investies.

Réforme territoriale : politiques culturelles en danger

La culture reste une responsabilité partagée entre les différents niveaux de collectivités qui peuvent intervenir grâce à la clause générale de compétence. Ainsi, la culture participe-t-elle aujourd'hui au développement économique et social des territoires et est portée par tous les niveaux de collectivités. Ces dernières d'abord considérées comme de simples guichets sont entrées dans des démarches de concertations, de conventions et d'accompagnements de projets avec les acteurs culturels. Ces engagements assurent une meilleure cohérence du territoire par un maillage et un aménagement adaptés et pérennes. Cette réforme territoriale qui inquiète le monde de la culture. Quelque 1620 auteurs, dont Bertrand Tavernier et Francis Veber, ont écrit à Nicolas Sarkozy alors que le projet de loi sur les collectivités locales va être examiné à partir de mardi par les députés.

Cette réforme territoriale qui inquiète le monde de la culture

Une lettre ouverte a été adressée à Nicolas Sarkozy par 1.620 auteurs, parmi lesquels Thierry Lhermitte, Bertrand Tavernier et Francis Veber, pour l’alerter sur les inquiétudes suscitées dans le monde du spectacle par la réforme des collectivités territoriales. «Derrière une réforme qui se présente sous une vocation organisationnelle, c’est la vie quotidienne de nombreux créateurs, de multiples projets au financement précaire, de centaines de lieux (…) qui en souffrirait directement et durablement», écrivent les signataires de cette lettre rendue publique vendredi par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD).

Le budget 2015 de la Culture marqué par la réforme territoriale et l'enjeu numérique. Transférer les DRAC aux nouvelles régions : justifications, stratégies et conséquences possibles. La nouvelle réforme territoriale n’est pas partie sur de bons rails.

Transférer les DRAC aux nouvelles régions : justifications, stratégies et conséquences possibles

La culture, à peine évoquée dans le texte et même pas citée dans l’exposé des motifs, est l’objet d’un silence obséquieux, qui témoigne plus de l’évitement que du respect, à peine troublé par les débats avignonnais de cet été 2014, eux-mêmes déstabilisés par le mouvement de contestation du nouveau régime des intermittents du spectacle. Après sa suppression tentée lors des derniers épisodes, le maintien d’une clause générale de compétence est hypocrite. À quoi sert ce maintien si la compétence est essentiellement non obligatoire, en période de crise, et donc victime désignée de toute régulation budgétaire ? L’action publique est pourtant déterminante pour la culture, selon une logique qui oppose une option libérale – où l’intervention publique ne se justifie que par la défaillance absolue du marché – et un point de vue keynésien toujours d’actualité. 1 – Déconcentration, décentralisation : bilan Quatre progrès Non.