background preloader

Masoke

Facebook Twitter

tstmg

Malbouffe. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Malbouffe

Certains appellent aussi malbouffe la consommation de préparations alimentaires qui ont tendance à employer dans leur composition toujours plus d'additifs (stabilisants, épaississants, raffermissant, agent de texture, agent de charge, agent de rétention d'eau, exhausteurs de goûts, arômes, etc.) et toujours moins de produits de base.

Une partie de la recette peut ainsi être dénuée de toute valeur nutritive, mais la préparation aura un aspect attractif. La surconsommation de la malbouffe peut entraîner la malnutrition. La définition du terme malbouffe a été étendue à une critique plus globale dénonçant un modèle productiviste et la société de consommation. Origine du terme[modifier | modifier le code] Le néologisme malbouffe a été formé par agglutination maladroite d'un adverbe et d'un substantif, ce que la syntaxe du français ne permet pas, puisque ce sont les adjectifs qui qualifient les noms. Un repas dans un fast food chinois. Quand McDonald's critique... la malbouffe de McDonald's. Les dangers de la malbouffe.

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr Rédigé le , mis à jour le Sommaire Quels sont les effets de la malbouffe ?

Les dangers de la malbouffe

Malbouffe_intro.flv De plus en plus de spécialistes accusent la nourriture industrielle d'être trop grasse, trop sucrée, trop salée et trop pauvre en fruits et légumes frais. La malbouffe serait, pour certains, responsables de ces chiffres alarmants : 8 millions d'obèses, plus de 500 000 insuffisants cardiaques, 10 millions d'hypertendus, plus de 2 millions de diabétiques et 25 % de cancers liés à une mauvaise alimentation.

L'excès de gras, par exemple, augmente directement le risque des maladies cardio-vasculaires. L'excès de sel, quant à lui, augmente le risque d'avoir de l'hypertension artérielle ou une insuffisance rénale, alors que l'excès de sucre accroît celui d'avoir un diabète sucré. Plusieurs autres maladies sont liées à notre mauvaise alimentation, le manque de vitamines et de sels minéraux. En attendant l’infarctus… AD_junk_food_ados.flv malbouffe_aromes.flv Dossier : Livres : Ce qui se passe dans notre cerveau quand on consomme de la malbouffe (et pourquoi on aime ça)  La plupart d'entre nous savent que la malbouffe (junk food) est mauvaise pour la santé.

Ce qui se passe dans notre cerveau quand on consomme de la malbouffe (et pourquoi on aime ça) 

Nous sommes au courant qu'une mauvaise nutrition est reliée aux problèmes de cœur, à l'hypertension artérielle, et à bien d'autres maladies. Vous savez peut-être même que des études ont démontré que manger des cochonneries pouvait être relié à une aggravation de la dépression. Alors si c'est si mauvais pour nous, pourquoi continuons-nous à le faire ? Voici une réponse possible. Et la science qui l'explique vous étonnera sûrement. Pourquoi on aime tant la malbouffe Steven Witherly est un scientifique en alimentation, qui a passé les vingt dernières années à étudier ce qui rend certains aliments plus addictifs (et plus savoureux) que d'autres.

Selon Witherly, quand vous mangez de la bonne nourriture, deux facteurs rendent cette expérience agréable. Tout d'abord, il y a la sensation de manger l'aliment. Voici comment ils s'y prennent... Comment la science crée les fringales. Les conséquences de la malbouffe. Voir la vidéo Francetv info Mis à jour le , publié le En 1997, Grégoire Barbeau succombait déjà à la malbouffe.

Les conséquences de la malbouffe

Pressé par le temps, son seul repas de la journée était composé de pizza et de soda sucré : "Le matin, je n’en prends pas, c’est vite expédié, le midi aussi parce que je n’ai pas le temps, le soir c’est pareil", déclarait-il à l’époque. Ce mode alimentaire a eu raison de son corps. L’équipe de France 2 est allée à sa rencontre pour faire un bilan aujourd’hui. Conscient de son état, il essaye pourtant de faire des efforts au quotidien "les fast food, j’essaye d’arrêter, quitte à manger un burger, je préfère le faire moi-même". Il n’est pas le seul dans ce malaise alimentaire quotidien, 7 repas sur 10 pris à l’extérieur en France sont dans des restaurants rapides.