background preloader

Neurosciences

Facebook Twitter

Revue / Journal. Neuromythes en éducation. Qu’est-ce qu’un neuromythe ?

Neuromythes en éducation

Un neuromythe est une fausse croyance à propos du fonctionnement du cerveau. Par exemple, croire que nous n’utilisons que 10 % de notre cerveau constitue un neuromythe. Récemment, des études effectuées dans plusieurs pays ont révélé la présence de certains neuromythes en éducation, plus précisément chez les enseignants (Dekker et al., 2012). En s’appuyant sur ces études, ce billet propose de démystifier trois neuromythes répandus en éducation et de discuter de l’importance d’adopter une attitude critique par rapport aux diverses sources d’information mises à notre portée.

Trois neuromythes répandus en éducation Certaines études ont constaté une forte présence de certains neuromythes liés au cerveau et à l’apprentissage chez les enseignants, avec des taux d’adhésion à ces mythes dépassant parfois 90 % (voir Tableau 1). Comment éviter les neuromythes ? Évidemment, la science reste d’une valeur inestimable pour l’avancement des connaissances. Tableau 1 Références.

Apprentissage

Metacognition: Nurturing Self-Awareness in the Classroom. How do children gain a deeper understanding of how they think, feel, and act so that they can improve their learning and develop meaningful relationships?

Metacognition: Nurturing Self-Awareness in the Classroom

Since antiquity, philosophers have been intrigued with how human beings develop self-awareness -- the ability to examine and understand who we are relative to the world around us. Today, research not only shows that self-awareness evolves during childhood, but also that its development is linked to metacognitive processes of the brain. Making Sense of Life Experiences Most teachers know that if students reflect on how they learn, they become better learners.

For example, some students may think and process information best in a quiet library, while others may focus better surrounded by familiar noise or music. Metacognition plays an important role in all learning and life experiences. How do I live a happy life? Through these reflections, they also begin to understand other people's perspectives. Le cerveau à tous les niveaux. Frqsc.gouv.qc. La Mémoire. L’utilisation des nouvelles technologies de l’information en classe : du charlatanisme pédagogique? Compte-rendu du cinquième chapitre de Légendes pédagogiques de Normand Baillargeon Par François Doyon Chaque jour qui passe ne fait que le confirmer : les nouvelles technologies exercent un attrait qui frôle l’ensorcellement.

L’utilisation des nouvelles technologies de l’information en classe : du charlatanisme pédagogique?

Les salles de classe n’échappent pas au chant des sirènes technologiques. Intégrer les nouvelles technologies de l’information et des communications (NTIC) à ses pratiques pédagogiques semble une obligation, sous peine de passer pour un réactionnaire. Au cinquième chapitre de Légendes pédagogiques : l’autodéfense intellectuelle en éducation[1], Normand Baillargon jette une douche glaciale sur cet enthousiasme : « les résultats de recherche crédible menée sur les effets des NTIC ne sont pas particulièrement encourageants » (p. 118). Concernant la pertinence de promouvoir l’utilisation des technologies de l’information en éducation, Baillargeon va réfuter trois mythes. Premier mythe : Les natifs du numérique auraient sans doute des cerveaux différents.

. [8] Carr, N. Les intelligences multiples à l'é... Éducation : la « réingénierie » du cerveau. Bonne nouvelle : la « nullité » en maths — ou en toute autre matière scolaire — ne se transmet pas de génération en génération !

Éducation : la « réingénierie » du cerveau

Car contrairement à ce que veut la croyance populaire, l’intelligence n’est pas fixée à la naissance. De récentes découvertes en imagerie cérébrale et en neurosciences cognitives jettent en effet un nouvel éclairage sur la façon dont on apprend. Elles démontrent entre autres qu’un cerveau a la capacité, avec l’apprentissage, grâce notamment à des exercices, de créer de nouvelles connexions neuronales. Ces découvertes ont même déjà donné naissance à une science neuve, la neuroéducation, qui pourrait changer la façon d’enseigner les maths ou l’écriture. Et, du coup, la vie de bien des écoliers ! Professeur de mathématiques dans un lycée du nord-est de la France, passionné par les neuro-sciences, Éric Gaspar, 45 ans, a mis au point une méthode d’apprentissage qui utilise le cerveau comme allié. Ill : Lee Hasler Cette découverte alimente les espoirs les plus fous. Neurosciences et éducation : peut-on les marier ? Inspiré du titre d’un article de Francis Schrag (professeur en philosophie de l’éducation) paru en 2013, la question du mariage entre neurosciences et éducation est au cœur des débats que suscite l’éventuelle application des résultats neuroscientifiques dans la salle de classe.

Neurosciences et éducation : peut-on les marier ?

Neurosciences de l’éducation, esprit, cerveau et éducation ou encore neuro-éducation, le vocabulaire ne manque pas pour désigner cette « jeune science », dont l’objectif est de mieux faire connaître le cerveau et les processus cognitifs qui lui sont attachés. La fascination qu’exercent les images du cerveau, les animations 3D ou toutes approches déclarées « brain-based » (basée sur ce que l’on sait, ou croit savoir, du fonctionnement cérébral) engendrent malheureusement de nombreux malentendus.

Mais quels sont ses véritables apports au monde éducatif ? Peut-on demander aux neurosciences de déterminer des méthodes efficaces d’enseignement ? Gaussel Marie & Reverdy Catherine (2013).