background preloader

Dossier Grévy

Facebook Twitter

Ozouf (Jacques), Ozouf (Mona) - La République des instituteurs. Avec la collaboration de Véronique Aubert et de Claire Steindecker. This text is produced by an automatic process (ocr) and hasn't been review or corrected. - Paris, Gallimard, Le Seuil, 1992. 24cm, 386 p.

Ozouf (Jacques), Ozouf (Mona) - La République des instituteurs. Avec la collaboration de Véronique Aubert et de Claire Steindecker.

Bibliogr. Revue fran aise de science politique 344 Comptes rendus 345 Revue fran aise de science politique 346. Cours Histoire 1ère : L'enracinement de la culture républicaine dans les décennies 1880 et 1890. Manuel Nathan Côte 1ère Introduction : La IIIe République est la plus longue république de l'histoire de France.

Cours Histoire 1ère : L'enracinement de la culture républicaine dans les décennies 1880 et 1890

Mise en place avec difficulté, elle finit par se consolider et par s'enraciner dans l'esprit des citoyens français, au point d'être indissociable de l'idée de patrie. Mais les gouvernements français des années 1880 et 1890 ont dû se battre pour faire triompher l'idéal républicain. Problématique : De quelle manière et pour quelles raisons les Français se sont-ils ralliés à la République ? Comment la République et ses valeurs se sont-elles enracinées en France dans les décennies 1880 et 1890 ? Comment et pour quelles raisons les Français se sont-ils ralliés à la République de 1879 à 1901 ? Entre symbole et instrument : le dictionnaire à l'école primaire. Mobilisée de la profession, se déclarent eux aussi favorables à une évolution de la langue, mais plutôt sous la forme de quelques rectifications limitées (33).

Entre symbole et instrument : le dictionnaire à l'école primaire

Et l'on peut supposer que la réalité des opinions est beaucoup plus hétérogène que ne le laisse supposer un sondage réalisé par voie syndicale. Encore faut-il souligner la forme particulière que prend la campagne menée par les porte- parole du groupe, dont la publication de l'enquête n'était que le point de départ. » "Du pain et du livre". Charles Péguy. Paideia encore et toujours ou le principe d'une Ecole comme Temple voué au culte d'une certaine idée de l'humanité.

» "Du pain et du livre". Charles Péguy.

J'ai grand peur que cette école soit en voie de disparition. Elle a subi, elle aussi, l'air du temps. Machine à flatter, machine à enrôler, machine à ennuyer, elle bruisse des agitations de la cité, de ses aveuglements politiciens, de son utilitarisme et de cette passion de l'égalité, si ravageuse, selon les analyses de Tocqueville, pour l'esprit de liberté et la culture de l'excellence humaine. J'ai été frappée de la manière dont Philippe Muray balayait d'un revers de main la question de l'école comme si elle ne méritait même plus d'être posée tant le désastre est consommé.

Je me suis sentie blessée tant je n'ignore pas qu'il y encore chez nous d'honnêtes professeurs soucieux d'honorer les valeurs de l'éducation libérale. Voilà pourquoi je termine mon parcours en compagnie de Charles Péguy. J'aime son style et chacun sait bien qu'un style, c'est une pensée. Partager : Péguy et les instituteurs. L'intérêt de Charles Péguy pour les questions relatives à l’enseignement, à l’école et à l’éducation ne s’est jamais démenti.

Péguy et les instituteurs

Et cela pour une raison simple que Péguy formule explicitement dès 1904 dans un texte intitulé Pour la rentrée : toute crise de l’enseignement, toute crise de l’école renvoie en fait à une crise plus générale, plus globale, qui est nécessairement de civilisation. Autrement dit, le traitement qu’imposent ces problèmes est double ou requiert une analyse selon des registres, des plans différents : un travail technique d’élucidation et d’ajustement, un travail philosophique d’explicitation et de mise en perspective. Car, et c’est là l’essentiel, Les propos de Péguy sur les instituteurs et sur la construction de l’école de la République doivent être lus à la lumière des considérations antimodernes sur le monde moderne. C’est dans L’Argent, texte de 1913, que l’on trouve les principaux éléments relatifs aux instituteurs de la République.

Le monde moderne avilit. Un hussard noir de la République, c'est quoi ? - Politicobs - Le blog de Monsieur Julien - Rouen. Hussard noir est le surnom donné aux instituteurs sous la IIIe République.

Un hussard noir de la République, c'est quoi ? - Politicobs - Le blog de Monsieur Julien - Rouen

C'est Charles Péguy qui popularise le terme dans L'Argent en 1913 : « Nos jeunes maîtres étaient beaux comme des hussards noirs. Sveltes ; sévères ; sanglés. Sérieux, et un peu tremblants de leur précoce, de leur soudaine omnipotence. » Ce surnom vient, d'abord, de la couleur noire et austère des vêtements des instituteurs issus des Écoles Normales créées selon la loi Guizot de 1833 pour les hommes puis la loi Bert de 1879 pour les femmes dans chaque département.

De par cette mission autant que par le statut de fonctionnaire d'État, les hussards noirs, petits bourgeois, représentaient une certaine autorité morale et intellectuelle (c'est le cas dans La Gloire de mon père et La Fille du puisatier de Marcel Pagnol) . « [...] cette École Normale semblait un régiment inépuisable.