background preloader

L'auto-édition et la mort de l'éditeur

Facebook Twitter

Après la mort de l'auteur et la mort du livre, voici la mort de l'éditeur.
C'est bien le problème, dès qu'une nouvelle technologie apparaît on crie à la mort de la précédente...


Pourtant, bien que le numérique et l'auto-édition se développe constamment, les maisons d'éditions continuent de fleurir.
L'éditeur reste un intermédiaire nécessaire de la chaîne du livre, il a un rôle très important pour l'auteur (conseils et protection de ses droits). Le Monde de l'Edition face à l'innovation - Interview François Laurent. Dans notre série d’interview réalisées lors du Web 2 Connect 2012, nous avons eu le plaisir d’interviewer François Laurent, président de l’ADETEM (Association Nationale des Professionnels du Marketing) et animateur du blog “Marketing is Dead“. 1 – Est-ce que tu peux te présenter ? Je suis à la fois coprésident de la l’ADETEM ,bloggeur, auteur de quelques livres au éditions Kawa, et je fais du consulting pour apprendre aux gens comment faire du marketing 2.0. 2 – En tant qu’auteur, quel est ton avis sur la situation du secteur de l’édition ?

Je pense que globalement, les éditeurs sont en train de rééditer sur l’édition numérique ce que l’industrie phonographique a fait sur la musique, c’est-à-dire se planter. L’édition musicale n’a défendu qu’une seule chose : ses droits, le fric des actionnaires et de 2 ou 3 % d’artistes qui gagnaient des sommes monstrueuses et qui vont à l’étranger pour ne pas payer leurs impôts. Or la majorité des artistes n’ont rien à faire de l’édition phonographique. Le livre numérique, fils de l’auto-édition: Stéphane Ternoise (Livre) "Ll’éditeur reste « un filtre »" Nous avons rencontré Thierry Fiorile à la Maison de la Radio à Paris pour connaître son point de vue sur l’édition numérique et le phénomène de l’auto-édition.

Pour cet amoureux des livres et des librairies, rien ne peut remplacer un roman en tant qu’objet. Face au phénomène de l’auto-édition qui prend de l’ampleur en France, le rôle de l’éditeur classique reste également primordial et irremplaçable. Une interview sans langue de bois. Thierry Fiorile, spécialiste littérature à France Info Que pensez-vous de l’édition numérique ? Pour avoir plus de chances d’être publiés, de plus en plus d’auteurs s’inscrivent sur des plateformes d’édition en ligne. Que pensez-vous du travail des éditeurs sur ces plateformes en ligne ? Certains sites proposent même de financer les livres grâce au crowdfunding, le financement participatif, ce qui est très fréquent pour la musique. Dans ces cas-là, ce sont les lecteurs qui créent les succès. Les 12 idées clefs qui dominent sur l’autoédition et l’édition numérique. Clémence Borin anime e-critures Idée n°1 : en autoédition numérique, l'œuvre est en mouvement perpétuel L’auteur peut en modifier la nature quand il le veut et selon ses normes.

Les lecteurs avertis, les blogs ou les plateformes servent de comité de lecture. Les auteurs peuvent reprendre et corriger leurs écrits indéfiniment. Idée n°2 : l’auteur est un entrepreneur Avec l’autoédition, il y a désintermédiation. Idée n°3 : la maison d’édition n’est plus la seule garantie de lectorat Bien au contraire, les auteurs actifs sur les sites drainent des amateurs, voire des fans. Idée n°4 : papier et numérique ne sont pas ennemis « Oui mais non » comme on dit dans la pub. Idée n°5 : le numérique dépasse largement la lecture tablette, ordinateur ou Smartphone.

Pour s’en rendre compte, suivons un auteur comme Jeff Balek (Éditions Bragelonne) qui fait vivre son univers "Yumington" en roman, en web TV, en feuilleton, en réseaux sociaux, en mail... Idée n°6 : le lecteur est actif Vrai. Christophe Lucius. L’édition numérique et l'auto-édition ? Solution ou arnaque ? Il y a peu, un lecteur m’adressait ce message. Cher et vénérable Stoni, Je cherche depuis quelques temps à faire éditer un manuscrit, sans grand succès comme tu t'en doutes. J’ai découvert des maisons d’édition numérique, qui proposent même, parfois, de vrais contrats à compte d’éditeur.

Crois-tu que ce soit l’avenir de l’édition ? Je tiens à préciser que je te trouve extrêmement intelligent et ton blog est le plus beau de la terre. Bien à toi, Ha, l’édition numérique ! Disons, pour commencer, qu’il y a deux sortes d’édition numérique. L’édition numérique à « compte d’éditeur ». L’éditeur a ouvert une structure d’édition sur le ouaib, parce que le ouaib c’est le futur et que bientôt, pense-t-il, il n’y aura plus de livres papier mais des livres numériques que tout le monde lira sur écran ou sur des tablettes dévouées à cet effet. Il existe néanmoins de grosses différences. D’une, je ne suis pas convaincu par le livre numérique. Un éditeur numérique distribue des livres dématérialisés.

179 ACTEURS DE L'EDITION NUMERIQUE FRANCOPHONE. Un éditeur pure-player est un entrepreneur qui publie des livres exclusivement dans des formats numériques à destination des nouveaux dispositifs de lecture. Cette liste régulièrement actualisée a été mise en ligne pour la première fois sur ce blog le 18 avril 2011. A l'initiative de Frédéric Lanta et de son projet fédérateur pour les éditeurs numériques elle a été partiellement reprise sur différents sites web et blogs d'éditeurs numériques depuis juin 2012. Depuis l'actualisation de novembre 2014 sont également répertoriées séparément les sociétés précédemment inscrites mais ayant cessé leurs activités. De fait, depuis 2017 surtout, le nombre d'éditeurs numériques apparaît à la baisse tandis que, d'une part, les éditeurs « traditionnels » (papier) produisent des versions numériques (.epub) de leurs titres et, d'autre part, que des studios de production transmédia et VR (réalité virtuelle) explorent de nouvelles formes de narrations littéraires.

[Vidéo] Éviter les risques de l'édition collaborative. INTERNET LES AUTRES ET MOI - Produire un document numérique à plusieursÉviter les risques de l'édition collaborative Lorsqu’on travaille à plusieurs sur un document, il peut se produire des catastrophes… c’est engénéral lié au fait qu’on ne repart pas de la version la plus récente. Cela vous est-ildéjà arrivé de ne pas retrouver vos ajouts dans la version la plus récente d’un document ? Il faut alors mener l’enquête pour savoir à quel moment elle a bien pu disparaître… pour trouver le coupable, certes, si on a l’esprit vengeur, mais surtout pour régler le problème.C’est le problème du conflit d’accès, ou accès concurrent ou édition concurrente.

Ce problème se formule différemment selon qu’on édite le document partagé en ligne ou hors ligne.Commençons par l’édition en ligne, qu’il s’agisse d’un wiki ou de tout autre document.Prenons le cas d’un document où l’édition est directe, c’est-à-dire qu’elle peut se faire directement dans le texte tel qu’il s’affiche pour tous. Le livre numérique signifie-t-il la mort de l'édition ? Un lecteur me signale le billet suivant : « eBook : l’édition connaitra-t-il le même sort que la presse ? ». La thèse de ce billet est que l'archaïsme du fonctionnement de l'édition ouvre un boulevard aux livres électronique et signifie à moyen terme la disparition de l'édition.

Si je pense que le livre numérique va effectivement transformer en profondeur le secteur, je suis assez sceptique sur la thèse d'ensemble du billet, qui me semble ignorer les caractéristiques essentielles des marchés des biens culturels. Les éditeurs et le domaine public L'auteur du billet avance l'idée que le domaine public fournira aux lecteurs numérique un fonds de collection qui échappera ainsi aux éditeurs, pour lesquels il constitue un fonds de portefeuille rentable. Il faut donc à mon avis relativiser l'attractivité du domaine public : plus le temps passe et moins les textes du domaine public se suffisent à eux-mêmes, à moi d'avoir soi-même une solide formation en littérature.

Les manuels Les manuels.