Que sont devenues les révolutions arabes ?

Facebook Twitter
C'est la révolte arabe la plus ignorée médiatiquement, mais au litre de sang versé, ses initiateurs prennent cher ! Dix-neuf manifestants tués dans la seule journée de mercredi. Un chiffre qui dit toute la violence de la répression subie par le peuple yéménite, engagé depuis trois mois dans un bras de fer sanglant avec le président Ali Abdallah Salleh. Les affrontements les plus durs se sont déroulés à Sanaa, où les forces de sécurité et des partisans du régime en civil ont ouvert le feu mercredi sur des milliers de manifestants, tuant 12 d'entre eux et en blessant près de 230. Les manifestants avaient marché de la place du Changement, où ils campent depuis le 21 février, en direction du siège de la présidence du gouvernement. Le Yémen au bord de la rupture Le Yémen au bord de la rupture
Egypte: de la crise interconfessionnelle à la guerre civile ?
La Tunisie entre chaos politique et spleen démocratique La Tunisie entre chaos politique et spleen démocratique La tension est remontée d'un cran en Tunisie après les propos tenus jeudi par l'ancien ministre de l'Intérieur Farhat Rajhi sur un possible coup d'Etat de fidèles de l'ancien régime en cas de victoire électorale des islamistes d'Ennahda. « Si le mouvement islamiste Ennahda (Renaissance) gagne les prochaines élections, le régime sera militaire », a-t-il mis en garde dans une vidéo postée sur Facebook dont il a confirmé la teneur jeudi sur la radio tunisienne Express FM. Sans jamais préciser si ses déclarations s'appuyaient sur des preuves précises. Le premier ministre tunisien par intérim Béji Caïd Essebsi a immédiatement condamné ces propos qu'il a qualifiés d'« irresponsables ».Face au tollé général et aux risques de dérapages sécuritaires, l’ex-ministre Farhat Rajhi est curieusement revenu vendredi sur ses propos en appelant «au calme» juste avant la tenue d’une manifestation de soutien à Tunis relayée par Facebook. «J’ai appelé au calme sur des radios tunisiennes.
Syrie: Bachar, 638 meurtres
Pourquoi el Assad ne sera pas traité comme Kadhafi Bachar El Assad (capture d'écran Dailymotion - ZappeurLePost - cc) Du même auteur Dans le climat de sentimentalisme démocratique régnant, l’opinion a tendance à mettre sur le même plan tous les Etats où les normes européennes en matière de droits de l’homme ne sont pas respectées. Pourquoi el Assad ne sera pas traité comme Kadhafi
Du même auteur La révolte continue de plus belle derrière le rideau de fer de Bachar el Assad. Le 11 avril, les étudiants se sont rassemblés sur le campus de l’université de Damas pour un sit-in en hommage aux morts des derniers jours. Syrie : la révolution étouffée dans l'indifférence internationale Syrie : la révolution étouffée dans l'indifférence internationale
En Syrie, la répression redouble hors micros et caméras (Wikimedia Commons - Heretiq - cc) Du même auteur Les révolutionnaires syriens sont dans une solitude tragique. Les frontières sont fermées, les journalistes interdits et le régime tente de couper du monde le peuple qui l’affronte. En Syrie, la répression redouble hors micros et caméras
Dossier : Libye, l'urgence a précipité l'enlisement
Dossier : l'insoluble conflit libyen
Dossier : nouvelles interrogations après l'intervention libyenne Dossier : nouvelles interrogations après l'intervention libyenne (dessin : Louison) Du même auteur Pourquoi Sarkozy veut-il que Dati et Yade parlent de la Libye ?, par Coralie Delaume - Tribune La blogueuse Coralie Delaume a relevé dans un petit encart du Monde une sortie passée inaperçue de Nicolas Sarkozy.
Dossier Libye: la communauté internationale décide d'intervenir dessin - Louison Du même auteur Libye : l'Allemagne entre incertitude et cynisme, par Gilbert Casasus - Chroniqueur associé Dossier Libye: la communauté internationale décide d'intervenir
Libye: reportage au cœur des camps de réfugiés
Dossier: Libye, entre révolte et réfugiés Dossier: Libye, entre révolte et réfugiés dessin : Louison Du même auteur Libye: reportage au cœur des camps de réfugiés, par Alain Léauthier Alain Léauthier est notre envoyé spécial à Ras Jedir, poste frontière entre la Libye et la Tunisie. Il nous décrit l'afflux massif de travailleurs étrangers de Libye cherchant à fuir coûte que coûte le pays et qui s'amoncellent à la frontière tunisienne dans des camps de réfugiés.Réfugiés de Libye: l'UPM ça eut payé!, par Régis SoubrouillardAlors que les réfugiés continuent à affluer par milliers à la frontière tunisienne, l'afflux de migrants en Europe est considéré comme un vrai risque par l'Italie et la France qui tentent tant bien que mal de mobiliser une Union européenne désemparée face à l'ampleur du problème.
Ben Ali, Moubarak, Kadhafi: jamais deux sans trois?
Tariq Ali : «Nous assistons à la seconde vague historique du réveil arabe» (capture d'écran Dailymotion - euronews-fr - cc) Du même auteur Mémoire des luttes (MDL) : Que se passe-t-il actuellement dans le monde arabe ? Tariq Ali (TA) : Selon moi, nous assistons à la seconde vague historique du réveil arabe. Le refus des peuples de baiser plus longtemps la main tenant le bâton qui les a punis pendant des décennies a ouvert un nouveau chapitre dans l'histoire de la nation arabe. Tariq Ali : «Nous assistons à la seconde vague historique du réveil arabe»
(capture d'écran Dailymotion - Nouvelobs - cc) Du même auteur Allaient-ils venir? Les Egyptiens qui depuis le 25 janvier convergent vers la place Tahrir pour demander pacifiquement à Hosni Moubarak de faire sa valise avaient appelé à faire de ce 11e « Jour de colère » le Jour du départ. « Ton avion pour Djedda t'attend », raille le peuple, clin d'œil à la villégiature de retraite de Ben Ali. Venir, les centaines de milliers d'hommes, de femmes, de jeunes, de vieux, de pauvres ou de moins pauvres ne demandaient que ça. Egypte: départ immédiat, attention à la fermeture des portes Egypte: départ immédiat, attention à la fermeture des portes
Alaa El Aswany : « La révolution est en marche en Egypte! »
Tunis, Le Caire : l'onde révolutionnaire
Dossier : l'ébullition dans le monde arabe (Dessin : Louison) Du même auteur « L'appel de Damas », par L'Appel de Damas
Dessin : Louison Du même auteur « Révolte en Tunisie : valse des ambassadeurs au Quai d'Orsay », par Régis Soubrouillard - Marianne Deux semaines après la chute de Ben Ali, l'ambassadeur de France en Tunisie doit rendre son tablier, accusé de n'avoir pas vu monter la révolte populaire. C'est l'ambassadeur star du sarkozysme, Boris Boillon, jusqu'ici à Bagdad, qui occupera le poste. Boris Boillon incarne la diplomatie du business quand la priorité devrait être de renouer avec la société civile.« Manifeste pour une nouvelle République en Tunisie », par Jamil Sayah - professeur de droit public - tribune Jamil Sayah, d’origine tunisienne, maitre de conférences en droit public à l’université Pierre Mendès France de Grenoble, explore depuis longtemps dans ses travaux les pistes qui conduisent à la construction de l’État de droit dans le monde arabe. Dossier : le vent de la révolution
Dossier : Tunisie, la gueule de bois post-Ben Ali ( dessin : Louison) Du même auteur Plus dure sera la chute : l'atlas des dictateurs en cavale, par Régis Soubrouillard - Marianne Bien au chaud, pour l'instant, dans un quartier cossu de Jeddah, Ben Ali coule des jours paisibles en Arabie Saoudite, assis, dit-on, sur un tas d'or. L'occasion de revenir sur l'art de la fuite pour dictateurs déchus.
Dossier : Tunisie, vers une fin de l'ère Ben Ali ? ( dessin : Louison ) Du même auteur Tunisie : entre pillages et nouveau président par intérim, par Martine Gozlan - Marianne