background preloader

Documents sélectionnés

Facebook Twitter

Un ado sur huit a un usage problématique des jeux vidéo. Le Monde | • Mis à jour le | Par Pascale Santi Un élève sur huit aurait un usage « problématique » du jeu vidéo. C’est ce qu’indique une enquête menée auprès de 2 000 élèves de la 4e à la 1e inscrits dans 15 établissements d’Ile-de-France, rendue publique mercredi 17 décembre et réalisée par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et la consultation jeunes consommateurs (CJC) du centre Pierre Nicole de la Croix Rouge*.

Avec plus de 11 écrans à domicile, les adolescents franciliens de cet échantillon sont suréquipés. 84 % d’entre eux ont une console de jeux, et 74 % une tablette. Les trois quarts des lycéens (60 % des collégiens) ont un ordinateur dans leur chambre. De Candy Crush à World of Warcraft en passant par les Sim’s ou GTA V...le jeu vidéo est pratiqué au moins une fois par semaine par 86 % des élèves interrogés, les garçons étant nettement plus nombreux que les filles. . « Négliger d’autres activités pour jouer » Les Français ont perdu 10 milliards au jeu en 2015. Dix milliards d’euros.

Les Français ont perdu 10 milliards au jeu en 2015

Telle est la somme rondelette que les Français ont perdue au jeu en 2015, selon les chiffres collectés par Le Monde. Ce montant correspond à tout ce que les particuliers ont misé en un an dans les jeux d’argent et de hasard, comme le Keno, le PMU ou encore la roulette, en retranchant ce qu’ils ont gagné. C’est en quelque sorte le prix qu’ils acceptent de payer pour cet excitant « corps-à-corps avec le destin », selon la formule d’Anatole France. Ces 10 milliards ne sont pas perdus pour tout le monde.

Ils permettent de vivre aux entreprises organisatrices de ces jeux, et l’Etat en prélève plus de la moitié sous forme de taxes. Causes de la pratique excessive - Stop-Jeu.ch. Plusieurs modèles essayent d’expliquer pourquoi une personne peut développer des comportements excessifs vis-à-vis d'Internet ou des jeux vidéo.

Causes de la pratique excessive - Stop-Jeu.ch

Il semblerait qu’un ensemble de facteurs liés à la personne, aux outils informatiques et au contexte puissent expliquer cette pratique excessive qui peut être spécifique (cyber-sexe, jeux vidéo en ligne, etc.) ou généralisée à plusieurs activités sur Internet (Davis, 2001). D’une part, la pratique excessive d’Internet serait liée à des pensées spécifiques inadaptées, elles-mêmes associées à des comportements inadaptés (Davis, 2001).

Ces pensées tournent autour de deux thématiques : les pensées sur soi-même et les pensées sur le monde. Les pensées sur soi-même sont souvent sujettes à la rumination. Information jeux d'argent. De manière quasi invariable, on estime que cette pathologie concerne un peu plus de 2 % de la population adulte ; le consensus est admis sur ce chiffre par l’ensemble des études internationales.

Information jeux d'argent

L’étude référence date de 1996 (Ladouceur, Jacques, Ferland et Giroux) et situe le taux de prévalence à 2.1 %. On remarque que les taux ont tendance à augmenter dans le temps signifiant aussi que plus il y a accès aux jeux de hasard, plus l’incidence augmente, comme tend à le démontrer l’expérience australienne, un pays qui détient un record en terme de nombre de loteries-vidéos et de joueurs pathologiques, estimés à 7 % de la population. A Las Vegas, capitale mondiale du jeu, on dénombre aussi plus de joueurs accros que dans la moyenne nationale… Seule certitude, on peut admettre que les joueurs en difficultés se recrutent majoritairement au sein des joueurs réguliers, dont les études de clientèles montrent clairement l’importance : Synthèse.

Les addictions aux jeux d’argent et de hasard. Loterie, grattage, casino, paris sportifs, jeux en ligne… Près d’une personne sur deux déclare jouer à des jeux d’argent et de hasard.

Les addictions aux jeux d’argent et de hasard

Et certains en deviennent accros au point de se transformer en joueurs pathologiques. Explications. La dépendance aux jeux d’argent et de hasard a été une première fois mentionnée en 1561, décrite en 1914 puis analysée par Freud en 1928. On prend la chose au sérieux en 1957 avec la sortie de Psychology of Gambling (La psychologie du jeu) rédigé par le psychanalyste Edmund Bergler, considéré comme élément fondateur de ces études. Aujourd’hui, pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’addiction comportementale se définit par l’impossibilité de contrôler une pratique visant à produire du plaisir ou à écarter une sensation de malaise, et d’interrompre sa poursuite malgré ses conséquences négatives. Addiction aux jeux d'argent : L'analyse d'un médecin. La première enquête réalisée en France sur les addictions aux jeux d'argent a été dévoilée vendredi 16 septembre.

Addiction aux jeux d'argent : L'analyse d'un médecin

L'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) a étudié ce phénomène dans le cadre du Baromètre santé 2010 de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes). Les conclusions ont de quoi inquiéter : 600.000 personnes ont des problèmes avec ce type de divertissements, parmi eux, 200.000 sont qualifiés de joueurs « excessifs » ils jouent davantage et dépensent de plus grosses sommes d'argent.