background preloader

Documents anciens

Facebook Twitter

Addiction aux jeux : Joueur pathologique ? ETIC 2012 - Quels sont les effets des jeux vidéo sur la santé? - Analyse des débats. Effets des jeux vidéo sur le plan physique Méfaits La vue L'exposition prolongée aux écrans peut fatiguer l'iris des yeux et entraîner une baisse de la vue.

ETIC 2012 - Quels sont les effets des jeux vidéo sur la santé? - Analyse des débats

L'oeil humain n'est en effet pas conçu pour regarder à distance fixe sur une durée prolongée. De plus, notre rythme de clignement des yeux est généralement plus lent lorsque l'on regarde un écran. L'apparition récente des jeux en 3D apporte également un facteur de risque supplémentaire. Obésité, sommeil Historiquement, les jeux-vidéo sont également souvent accusés d'être un facteur d'obésité. Blessures physiques Les reproches sur l'obésité se sont cependant faits plus rares à la sortie des dernières générations de consoles, comme la Wii de Nintendo en 2006 ou encore le dispositif Kinect de Microsoft en 2010. Si ces projections de manettes peuvent prêter à sourire, elles peuvent néanmoins provoquer de graves blessures. Addiction : Les jeux vidéo, mauvais pour la santé des adultes ?

Après les études mettant en avant les risques de cyberdépendance ou de problèmes aux articulations, voici une nouvelle alerte sur l'impact des jeux vidéo sur la santé.

Addiction : Les jeux vidéo, mauvais pour la santé des adultes ?

Un ado sur huit a un usage problématique des jeux vidéo. Le Monde | • Mis à jour le | Par Pascale Santi Un élève sur huit aurait un usage « problématique » du jeu vidéo. C’est ce qu’indique une enquête menée auprès de 2 000 élèves de la 4e à la 1e inscrits dans 15 établissements d’Ile-de-France, rendue publique mercredi 17 décembre et réalisée par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et la consultation jeunes consommateurs (CJC) du centre Pierre Nicole de la Croix Rouge*.

Avec plus de 11 écrans à domicile, les adolescents franciliens de cet échantillon sont suréquipés. 84 % d’entre eux ont une console de jeux, et 74 % une tablette. Les trois quarts des lycéens (60 % des collégiens) ont un ordinateur dans leur chambre. De Candy Crush à World of Warcraft en passant par les Sim’s ou GTA V...le jeu vidéo est pratiqué au moins une fois par semaine par 86 % des élèves interrogés, les garçons étant nettement plus nombreux que les filles.

. « Négliger d’autres activités pour jouer » Jeux d’argent et de hasard en ligne : danger d’addiction ! Posted by F.

Jeux d’argent et de hasard en ligne : danger d’addiction !

Duval-Levesque (psychopraticien, hypnothérapeute, coach) under addiction-dépendance, étude, boulimie, F. Duval-Levesque psy et coach (Toulouse quartier "Pont des Demoiselles"), mal-être, psychopraticien et hypnothérapeute | Mots-clés: casino, DSM-5, jeux en ligne, machines à sous, ODJ, OFDT, poker | 1 commentaire L‘arrivée des jeux en ligne en France a multiplié par cinq le nombre de joueurs à risque, selon les enquêtes menées par les observatoires de référence.

Les joueurs de jeux d’argent et de hasard sur Internet sont plus à risque de jeu pathologique que les adeptes des jeux traditionnels (selon deux études menées par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et l’Observatoire des jeux (ODJ), publiées dans la revue Tendances). La proportion de joueurs à risque d’addiction est de 17 % en ligne comparativement à 2,8 % mesuré avec le même outil en 2010, avant l’ouverture des jeux en ligne. Sources: psychomedia.qc.ca, Le Nouvel Observateur J'aime : Accro au jeu vidéo ? Les jeux vidéo ont connu, ces dernières années, un développement considérable.

Accro au jeu vidéo ?

Addiction aux jeux d'argent : L'analyse d'un médecin. La première enquête réalisée en France sur les addictions aux jeux d'argent a été dévoilée vendredi 16 septembre.

Addiction aux jeux d'argent : L'analyse d'un médecin

L'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) a étudié ce phénomène dans le cadre du Baromètre santé 2010 de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes). Les conclusions ont de quoi inquiéter : 600.000 personnes ont des problèmes avec ce type de divertissements, parmi eux, 200.000 sont qualifiés de joueurs « excessifs » ils jouent davantage et dépensent de plus grosses sommes d'argent. Une campagne a notamment été lancée en janvier 2015 pour sensibiliser la population à ses addictions Le docteur Abdou Belkacem, addictologue au centre hospitalier de Sèvres, répond aux questions de France-Soir.fr sur la dépendance aux jeux d'argent et de hasard.