background preloader

Madinaboud

Facebook Twitter

Madina Boud

biologiste des plantes

Physiologie végétale. Tp labo. Bio-Alive Biology and Life Science Video Share. Spectre d'absorption. INTRODUCTIONChaque année, en cette période et sous nos latitudes, certains arbres se parent de couleurs chatoyantes. Dans un premier temps, nous tâcherons de répondre à la question: Qu'est-ce qu'une feuille? Puis, nous nous intéresserons à la couleur de la feuille. Ensuite, on cherchera à expliquer son changement de couleur au fil des saisons. Enfin, on tentera de comprendre pourquoi un tel processus.I) QU'EST-CE QU'UNE FEUILLE? Les arbres peuvent être classés -du moins dans nos régions tempérées- en deux groupes: les espèces à feuilles caduques qui renouvellent leurs feuilles chaque année (chêne, hêtre, bouleau...) et les espèces à feuilles persistantes dont les feuilles sont le plus souvent réduites à des aiguilles (épicéa, pin…) ou des écailles (thuya, cyprès…).

Nous cherchons donc à établir la structure d'une feuille d'arbre caduque. Pour cela, nous constituons un herbier (EXPERIENCE 1).    Un peu de vocabulaire: 1/ D'où vient la couleur verte de la feuille? Voici les résultats obtenus: Phase photochimique et phase « obscure » - [la cordonnerie] Spectres d’absorption des pigments photosensibles. spectre des xanthophylles et du carotène spectre des 2 chlorophylles spectre du lycopène (pigment rouge de la tomate Ces figures viennent d’ici.

Expérience de Timiriazef (1877). Timiriazef a fait pousser des plantes en les éclairant au moyen d’un large spectre, chaque plante étant éclairée par une longueur d’onde donnée. Ce grand physiologiste a beaucoup fait progresser l’étude de la photosynthèse. Cependant cette expérience est sujette à critiques car on ne connaît pas l’intensité exacte de chaque radiation. Expérience d’Engelmann (1885). Il projette un microspectre de lumière blanche (dont les radiations de couleur et de longueur d’onde différentes s’échelonnent entre 390 et 760 nm) sur une préparation microscopique d’un filament d’une algue verte, Cladophora.

En savoir plus sur l’histoire des découvertes sur la photosynthèse. Spectre d’action complet. Question fondamentale : Les expériences de Calvin et Benson La réaction de Hill. Entrée de l'azote. Assimilation du diazote 1. Réduction du diazote en ammoniac par une activité nitrogénase puis assimilation de l'azote ammoniacal ainsi obtenu Il n'y a que chez les procaryotes que l'on trouve des êtres vivants capables d'assimiler le diazote et cette capacité est liée à la possession d'une nitrogénase. 1.1 conversion diazote vers ammoniac par la nitrogénase Une caractéristique essentielle de toutes les nitrogénases doit être mentionnée : elles sont fortement inhibées par le dioxygène.

L'assimilation du diazote est un processus anaérobie. Et comme des organismes aérobies comme les Azotobacters sont capables d'une telle assimilation en culture en mileiu aérobie, cela signifie qu'ils disposent alors de systèmes protecteurs de leur nitrogénase : ces systèmes vont permettre d'éviter tout contact entre le dioxygène et la nitrogénase au niveau intracellulaire retour en haut de page 1.2 assimilation de l'azote ammoniacal généré par la nitrogénase 2. 3. Pour en savoir plus : photosynthèse. Les végétaux sont autotrophes: ils synthétisent leur matière organique à partir de substances minérales qu'ils puisent dans le sol ou dans le milieu aquatique (eau et sels minéraux). L'énergie nécessaire pour réaliser cette synthèse est apportée par le soleil. Elle est captée par les pigments assimilateurs (chlorophylles) situés dans les chloroplastes des cellules végétales ou dans des régions spécialisées de la membrane cellulaire des cellules procaryotes (sans noyau).

La formule générale de la photosynthèse est: 1) Le principe L'ensemble structural impliqué dans la photosynthèse est appelé photosystème: ce sont des groupes de plusieurs centaines de molécules de chlorophylles contenus dans un thylakoide (unité structurale composée de sacs et de vésicules) où a lieu la photosynthèse. Schéma d'un photosystème Les électrons excités par la lumière seront acceptés par des molécules appartenant à une chaîne de transport d'électron. La photophosphorylation cyclique: Sites intéressants: Azote: ses différentes formes - AFIDOL. Des bactéries à l'Homme : Les végétaux - Nutrition. La nutrition minérale Avec l'eau absorbée dans le sol la plante récupère également de nombreux sels minéraux qui lui sont indispensables, en particulier l'azote. La nutrition azotée Avec le carbone, l'azote est l'élément essentiel pour les plantes. Il entre dans la composition des principales molécules du vivant : les protéines et les acides nucléiques.

Alors que 95 % de l'azote est sous forme organique, les végétaux ne peuvent utiliser que de l'azote minéral (l'ammonium NH4+, le nitrate NO3-, l'azote atmosphérique N2). C'est pourquoi ils apprécient les apports d'engrais qui leur fournissent une grande quantité d'azote, et d'autres minéraux, sous forme minérale.

Transformation de l'azote organique en azote minéral Dans la nature, l'azote organique est transformé par des microorganismes en azote minéral, c'est l'ammonification. Des bactéries fixatrices d'azote, présentes dans le sol, absorbent le diazote atmosphérique et rejetent de l'ammonium. Le cycle de l'azote. Lec2. Photosynthese photosynthesis plant C3 C4 CAM pep carboxylase pepcase Enseignement recherche Biochimie Universite Angers Emmanuel Jaspard. 3. Le mécanisme des plantes en C4 Chez certaines plantes (maïs, canne à sucre, sorgho, ...) il existe une autre voie d'assimilation du carbone qui se superpose au cycle RPP. Dans cette voie, le CO2 forme un acide à 4 carbones (et non à 3 carbones) et 2 types de cellules sont impliqués.

Les plantes qui possèdent cette voie n'ont pratiquement pas d'activité photorespiratoire. Cette voie consiste en : une phase de carboxylation dans les cellules du mésophylle (assise cellulaire entre les nervures, siège du cycle RPP des plantes en C3). Les plantes qui ont ce mécanisme possèdent une autre enzyme capable de fixer le CO2 : la phosphoénolpyruvate carboxylase ou PEPcase, uniquement présente dans les cellules du mésophylle (figure ci-dessous). Photosysteme antenne paire speciale special pair resonance charge separation photosynthese Enseignement et recherche Biochimie Emmanuel Jaspard Universite Angers.

3. La séparation des charges positive et négative La chlorophylle peut adopter divers états d'excitation. En ordre d'énergie croissante par rapport à l'état fondamental, ces niveaux sont : le premier état singulet excité l'état triplet métastable le second état singulet excité l'état triplet excité C'est seulement à partir du premier état singulet ou de l'état triplet métastable que le retour de l'électron à l'état fondamental peut fournir une énergie qui permet les réactions photochimiques de la photosynthèse. Ces réactions ne sont possibles que si la différence d'énergie momentanément stabilisée dure plus de 15 10-9 s. Cette stabilisation s'opère par un mécanisme de séparation des charges positive et négative entre : une molécule dite donneur primaire d'électrons (D dans les figures suivantes) qui est respectivement : la plastocyanine pour PSI - le complexe Z pour PSII une molécule dite accepteur primaire d'électrons (A) qui est respectivement : X-P430 pour PSI - une phéophytine pour PSII.

Transfert non cyclique electron schema z photosynthese photosynthesis Enseignement et recherche Biochimie Emmanuel Jaspard Universite Angers. 3. Parcours des électrons au sein du photosystème II (centre réactionnel : P680) a. Les électrons en jeu dans ce transport sont arrachés à l'eau au cours d'une réaction catalysée par le complexe générateur d'oxygène : le complexe Z ou complexe tyrosine Z. Il est associé à PSII sur la face luminale de la membrane thylacoïde. Il contient du chlore. Le complexe Z contient 4 ions manganèse qui perdent successivement 4 électrons qui sont cédés à P680 (figure ci-dessous).

Figure adaptée de : "Physiologie végétale" (1995) - Laval-Martin & Mazliak En conséquence, 4 charges positives s'accumulent. En parallèle, P680 est excité par 4 photons successifs (du fait du mécanisme du complexe Z). L'absorption de l'énergie d'un photon par une molécule de pigment du complexe d'antenne de PSII initie les réactions lumineuses de la photosynthèse en faisant passer cette molécule de pigment dans un état excité. Source : "Principes de Biochimie" Horton et al. (1994) Les plantes CAM. Point de départ du débat : un message de Jean DEXHEIMER du 2 février 2003 : « J'ai besoin d'un renseignement plutôt d'ordre physiologique, mais peut être que quelqu'un pourra m'aider. Je sais que la photosynthèse de type CAM a été décrite chez les Crassulacées, mais qu'en est il des autres succulentes (Aizoacées, Cactacées, Asclépiadacées et Euphorbes succulentes, Aloeacées,....)?

Mes recherches pour préciser ce point ont été vaines. » 1°) Qu’est ce qu’une plante C4 ou CAM ? La photosynthèse comporte deux suites de réactions, une phase photochimique (anciennement phase claire) où l'énergie lumineuse est convertie en énergie chimique dans une molécule relais = ATP et une phase non photochimique (anciennement phase sombre) où l'énergie convertie sert à transformer le dioxyde de carbone en sucres (trioses puis hexoses, notamment glucose et fructose). Une plante CAM peut être vue comme une plante C4 différée jour / nuit. 2°) Intérêt écologique 3°) Listes de plantes CAM ou C4 : Plante C 4 : H.

Photosynthèse et respiration des plantes. Mécanismes réactionnels. Modele-discipline. Photosynthèse. François Moreau, Roger Prat (Université Pierre et Marie Curie) adaptation : Gilles Furelaud [sommaire] [autotrophes] [localisation] [équation] [pigments] [environnement] [2 groupes] 4- Les pigments photosynthétiques Introduction La réalisation de la photosynthèse par les chloroplastes des végétaux met en jeu un ensemble de molécules particulières, nommées pigments photosynthétiques. Le terme de "pigment" correspond au fait que ces molécules sont colorées, de part leur capacité à capter certaines radiations lumineuses. Ces pigments sont de trois types : les chlorophylles, présentes chez tous les végétaux autotrophes au carbone ; les caroténoïdes, présents chez tous les végétaux autotrophes au carbone ; les phycobilines, présents exclusivement chez les algues et les cyanobactéries.

On peut assez facilement extraire et séparer ces différents pigments. Structure des pigments Formules des chlorophylles a et b. Formule d'une phycobiline. Spectres d'absorption Les chlorophylles sont des pigments. La photosynthèse. I) Le chloroplaste, siège de la photosynthèseII) La chlorophylle, pigment de la photosynthèseIII) Les mécanismes de la phase claire 1) Structure des photosystèmes2) Mécanisme des photosystèmes a) Le photosystème II (PSII)b) Le photosystème I (PSI)3) Transport des électrons dans la phase claire a) La photolyse de l’eau et le transport non cyclique des électronsb) Le transport cyclique des électronsIV) Les mécanismes de la phase sombre 1) Le cycle de Calvin a) Fixation du CO2b) Réduction du carbone fixéc) Régénération de l’accepteur de CO22) Synthèse des sucres3) BilanV) Photosynthèse et plante en C3 1) Les facteurs limitant de la photosynthèse2) Les plantes en C3VI) Solutions des plantes en C4 et CAM 1) Caractéristiques des plantes en C4 et CAM a) Les plantes en C4b) Les plantes CAM2) Différences entre les plantes en C3, C4 et CAM3) Subsistance des plantes en C3 I) Le chloroplaste, siège de la photosynthèse Production Chantal PROULX II) La chlorophylle, pigment de la photosynthèse 3) Bilan.

Pigments photosynthétiques. Photosynthèse. Vue composite montrant la distribution de l'activité photosynthétique à la surface de la Terre, le rouge foncé indiquant les zones les plus actives du phytoplancton des milieux aquatiques et le bleu-vert celles de la végétation sur la terre ferme. La photosynthèse (du grec φῶς phōs « lumière » et σύνθεσις sýnthesis « combinaison ») est le processus bioénergétique qui permet à des organismes (comme les bactéries photoautotrophes) de synthétiser de la matière organique en utilisant l'énergie lumineuse. Elle désigne en particulier la photosynthèse oxygénique apparue chez les cyanobactéries il y a 2,45 milliards d’années, qui a produit un bouleversement écologique majeur en faisant évoluer l'atmosphère alors riche en méthane, en l'actuelle, composée essentiellement d'azote (78,08 %) et de dioxygène (20,95 %)[1].

Cette aptitude a été ensuite transmise aux eucaryotes photosynthétiques (algues, plantes, etc.) par endosymbioses successives[2]. Vue générale[modifier | modifier le code] Photosynthese Photosynthesis vegetal plante plant Enseignement recherche Biochimie Universite Angers Emmanuel Jaspard biochimej. Licence 1&2 | Physio Végétale – Partie 1 – Chapitre 3 : Nutrition azotée | Biodeug : cours de biologie et de géologie en ligne. Physiologie Végétale : Télécharger le document (toute la partie 1) sur le serveur FTP ou sur le serveur web (HTTP).

I Les différentes formes de l’azote présent dans le minéral. L’azote sous forme organique ou minérale représente 1 à 5% de la matière sèche. On trouve l’azote dans les protéines qui sont caractérisées par un taux moyen de 16% de cet élément. Le dosage de l’azote permet un dosage des protéines. II Les différentes formes d’azote disponible dans la biosphère. A L’azote atmosphérique. Il représente 78% de l’air, c’est donc la principale source. B L’azote du sol. L’azote a cinq électrons sur sa couche externe dont trois sont célibataires et peuvent donc établir des liaisons covalentes. On trouve l’azote minéral sous trois formes : NO3-, NO2-, NH4+. 1 Transformation rapide, décomposition, humidification, minéralisation. On trouve différents types de décomposition : 2 La transformation lente. Elle a surtout lieu pour les composés comme la cellulose, la lignine. 3 La minéralisation. 2_Metabolisme_Secondaire. Facebook. Le metabolisme.

Photosynthèse. Phase photochimique : chaîne de transport d’électrons (version simplifiée) Photosynthetic Electron Transport and ATP Synthesis. Un Lundi par mois à 18 h30. La phase photochimique de la photosynthèse Les plantes captent la lumière grâce aux pigments, les chlorophylles (pigments verts) et les caroténoïdes (pigments jaunes) essentiellement. Ces derniers enchâssés dans une matrice protéique, constituent les antennes qui assurent la capture de l’énergie lumineuse (photons de la lumière visible). Des complexes protéines/chlorophylles/transporteurs d’électrons assurent la transformation de l’énergie lumineuse en courant électrique (séparation de charges électroniques) ; ce sont les centres réactionnels.

Une chaîne de transporteurs permet le transfert spontané des électrons des centres réactionnels à un accepteur final, le NADP+ qui est réduit en NADPH + H+ (pouvoir réducteur). Simultanément, un transfert de protons accompagne le transfert d’électrons et créé un gradient de protons entre l’intérieur des thylacoïdes et le stroma du chloroplaste. Ces réactions d’oxydoréduction nécessitent une source inépuisable d’électrons, l’eau.