background preloader

Habitabilité

Facebook Twitter

Une exoplanète "habitable" découverte non loin de la Terre ? "JUMELLE".

Une exoplanète "habitable" découverte non loin de la Terre ?

Elle ressemblerait à la Terre, serait potentiellement habitable et, cerise sur le gâteau, serait extrêmement près de nous, puisqu'à seulement 4,24 années lumières (presque la porte à côté en matière de distances spatiales). En effet, elle aurait été découverte autour de Proxima du Centaure, l'étoile la plus proche de notre système solaire. C'est ainsi que le journal Der Spiegel a annoncé avec tambours et trompettes la découverte d'une toute nouvelle exoplanète (c'est à dire une planète située hors de notre système solaire). "Jamais les scientifiques n'avaient observé une seconde Terre aussi proche ! " annonce l'article, amplement repris sur le Web. NASA Confirms Evidence That Liquid Water Flows on Today’s Mars. These dark, narrow, 100 meter-long streaks called recurring slope lineae flowing downhill on Mars are inferred to have been formed by contemporary flowing water.

Recently, planetary scientists detected hydrated salts on these slopes at Hale crater, corroborating their original hypothesis that the streaks are indeed formed by liquid water. The blue color seen upslope of the dark streaks are thought not to be related to their formation, but instead are from the presence of the mineral pyroxene. The image is produced by draping an orthorectified (Infrared-Red-Blue/Green(IRB)) false color image (ESP_030570_1440) on a Digital Terrain Model (DTM) of the same site produced by High Resolution Imaging Science Experiment (University of Arizona).

Vertical exaggeration is 1.5. Credits: NASA/JPL/University of Arizona New findings from NASA's Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) provide the strongest evidence yet that liquid water flows intermittently on present-day Mars. L'origine de la vie. Pierre Thomas Laboratoire des Sciences de la Terre, ENS Lyon.

L'origine de la vie

Température-dossier. Température de surface des planètes telluriques Programme de SVT 2010 :

température-dossier

Habitabilité. Ces activités peuvent être réalisés dans le Thème 1 du programme de seconde en S.V.T "La Terre dans l’Univers, la vie et l’évolution du vivant : une planète habitée".

habitabilité

Objectifs de connaissances en S.V.T. Habitabilité planet-terre. Pierre Thomas Laboratoire de Sciences de la Terre, ENS de Lyon Olivier Dequincey ENS Lyon / DGESCO Résumé Habitabilité : la vie, là où elle est, et là où elle pourrait être.

Habitabilité planet-terre

C'est en septembre 2010 qu'entre en application le nouveau programme de SVT pour la classe de seconde. Nous indiquons ci-dessous les extraits du programme concernant ces points, puis nous allons rapidement commenter / expliciter / détailler une partie de ces points, en nous limitant à ceux indiqués en gras. Les êtres vivants se caractérisent par leur matière carbonée et leur richesse en eau. Site de la NASA exploration de Mars.

Gliese 667C. Une équipe d’astronomes a combiné de nouvelles observations de Gliese 667C avec des données existantes issues de l’instrument HARPS qui équipe le télescope de 3,6 mètres de l’ESO au Chili, et en a déduit l’existence d’un système composé d’au moins six planètes.

Gliese 667C

De plus, trois de ces planètes se révèlent être des super-Terres dont l’éloignement de leur étoile permet d’envisager l’existence d’eau liquide à leur surface, ce qui en fait de possibles candidates à l’habitabilité. Il s’agit là de la toute première découverte d’un système doté d’une zone habitable bien remplie. Vue d’artiste du système Gliese 667C. ESO. Gliese 667c. The star Gliese 667C is now the best candidate for harboring habitable worlds.

gliese 667c

Our Solar System has only one habitable planet, or maybe two if you count Mars’ past when liquid water was running on its surface. More than one potentially habitable planet per star has been a very rare event in the known stars with planets. The well-known star Gliese 581 might have two and just recently the Kepler Space Telescope discovered two in the star Kepler-62. Now a team of scientists, led by Guillem Anglada of the University of Göttingen, reports the discovery of a star with three potentially habitable worlds. Gliese 667C is part of a nearby triple system of stars 22 light years away. About one hundred exoplanets, of the 898 detected so far, orbit their star at the right distance to sustain liquid water or the so-called ‘habitable zone’. Gliese 667C is the fourth known planetary system with at least six confirmed planets (Kepler-11, HD 10180, and HD 40307 also have six planets).

Contact Images. Portrait de Gliese 667C, étoile à exoplanètes. Depuis sa découverte, en 2009, le système planétaire de l'étoile Gliese 667C a fait couler beaucoup d'encre.

Portrait de Gliese 667C, étoile à exoplanètes

Et ce n'est pas fini ! De fait, cette naine rouge distante de seulement 23 années-lumière pourrait posséder les planètes telluriques les plus intéressantes parmi les quelque 800 exoplanètes identifiées. Car si les dernières études sont confirmées, trois de ces planètes, à peine plus grosses que la Terre, se trouveraient sur des orbites laissant espérer à leur surface des conditions favorables à l'apparition de la vie.

Oui mais, malgré de nombreuses vues d'artistes, qui avait réellement vu Gliese 667C ? L'amateur Efrain Morales, avec son télescope de 300 mm installé sur l'île de Porto Rico, a décidé de comblé ce manque d'images réelles en photographiant l'étoile. Gliese 667Cc sur ciel et espace. Des 755 planètes extrasolaires découvertes à ce jour, elle est probablement celle qui ressemble le plus à la Terre.

Gliese 667Cc sur ciel et espace

Gliese 667Cc, 4 masses terrestres, idéalement située auprès de sa naine rouge pour posséder de l'eau liquide, vient d'être « redécouverte » par une équipe américaine. L'hypothèse d'un monde rocheux En orbite à 0,12 UA de sa petite étoile d'environ 3500°C, trois fois moins massive que le Soleil, « cette planète est désormais la meilleure candidate pour abriter de l'eau liquide, et peut-être la vie telle que nous la connaissons » s'enthousiasme le jeune chercheur Guillem Anglada-Escudé, principal auteur de la « redécouverte ». De fait, la masse estimée de Gliese 667Cc permet d'imaginer un monde rocheux, même si son rayon et sa densité restent inconnues. Surtout, là où elle est placée, elle reçoit presque autant d'énergie de son étoile que la Terre du Soleil. Kepler-78b, l'exoterre infernale de même densité que la Terre. Kepler-78b est une planète rocheuse de même densité que la Terre.

Kepler-78b, l'exoterre infernale de même densité que la Terre

Sa composition et sa structure interne doivent donc beaucoup ressembler à celles de notre Planète. Mais comme le montre cette représentation d'artiste, elle est si proche de son étoile que toute vie y est impossible. © Karen Teramura. Képler-62. Two new exoplanets discovered by NASA Kepler, Kepler-62e and Kepler-62f, were added to the Habitable Exoplanets Catalog. The two planets are part of a planetary systems of five planets around a star smaller than the Sun 1,200 light years away from Earth. Both are considered potentially habitable because they have a size not much larger than Earth and orbit within the habitable zone of their parent star. Kepler-69. Gliese 581. La planète habitable de Gliese 581 n'existerait pas. Gliese 581g, l'exoplanète aux conditions propices à la vie située à "seulement" 20 années-lumière de la Terre n'existe pas. Moins de deux semaines après l'annonce très médiatisée de sa découverte par une équipe américaine, la réalité de ce monde à peine trois fois plus massif que notre planète est contredite par de nouvelles données.

L'astrophysicien italo-suisse Francesco Pepe l'a annoncé le 10 octobre 2010, à Turin, lors d'une conférence de l'Union astronomique internationale consacrée aux planètes extrasolaires. Une exoplanète démentie par d'autres observations L'étoile Gliese 581, autour de laquelle était censée se trouver la planète tellurique, avait également été étudiée par une équipe européenne à l'aide du télescope de 3,6 m de diamètre de La Silla (Chili), équipé du spectrographe de précision Harps. Découvrez Kepler-186f, la fausse jumelle de la planète Terre.