background preloader

Seigneuries

Facebook Twitter

Défricher pour s'établir : l'arrivée sur une seigneurie. En Nouvelle-France, la colonie est divisée en grandes bandes de terres, longues et étroites, qui font face au fleuve Saint-Laurent ou à un autre cours d'eau.

Défricher pour s'établir : l'arrivée sur une seigneurie

Le territoire est organisé de cette façon parce que les cours d'eau sont nécessaires pour l'agriculture et facilitent les communications. Musée virtuel de la Nouvelle France. À quoi ressemblait la société en Nouvelle-France?

Musée virtuel de la Nouvelle France

Était-elle le reflet de la société métropolitaine de l’Ancien RégimePériode de l’histoire de la France qui prend place entre la fin de la Renaissance et la Révolution française, soit du XVIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.? Ou était-elle différente? Si tel était le cas, qu’est-ce qui faisait qu’elle n’était pas identique à celle dont elle était pourtant issue? C’est à toutes ces questions et à bien d’autres qu’Arnaud Bessière répond dans le présent article portant sur les groupes sociaux. Manoir seigneurial Mauvide-Genest à Saint-Jean, Île d’Orléans L’auteur dresse un tableau de la population coloniale à différentes époques, en s’arrêtant sur chacune des catégories sociales : les seigneurs, les marchands, les artisans, les paysans et les domestiques. L’article d’Arnaud Bessière permet de mieux percevoir la hiérarchisation qui prévalait au sein de la colonie de Nouvelle-France et à l’intérieur même des différents groupes sociaux.

Devenir seigneur en N-F. Seigneurs campagnards de la nouvelle France. Par Benoît Grenier* Département d’histoire Université Laurentienne (Sudbury)

Seigneurs campagnards de la nouvelle France

Alain Chebroux, Seigneur d'Argenteuil - Seignior of Argenteuil - Comte d'Argenteuil - Count of Argenteuil. La Seigneurie d'Argenteuil en Nouvelle France Les premiers occupants de ce territoire étaient des Amérindiens Avant le XVIème siècle, des tribus d'Algonquins vivaient déjà sur une bande de terre au nord du fleuve Saint-Laurent, entre la Région de l’Outaouais et celle des Trois-Rivières.

Alain Chebroux, Seigneur d'Argenteuil - Seignior of Argenteuil - Comte d'Argenteuil - Count of Argenteuil

L'histoire des Algonquins En 1609, Les Français s’allièrent aux Algonquins, aux Montagnais, CyberMystères—Les grands mystères de l'histoire canadienne. Après que Jacques Cartier ait découvert ce qui allait devenir la Nouvelle-France, des Européens se sont empressés de se rendre sur ce nouveau territoire.

CyberMystères—Les grands mystères de l'histoire canadienne

D’abord, les commerçants de fourrures sont arrivés, puis on a encouragé les colons européens à s’établir sur le territoire. Régime seigneurial au Québec. Par Grenier, Benoît La seigneurie à Beauharnois, 1838 Instauré sur les rives du fleuve Saint-Laurent dès la décennie 1620, le régime seigneurial est le plus souvent considéré en tant qu'outil de peuplement et mode d'organisation du territoire.

Régime seigneurial au Québec

Dans cette perspective, les seigneurs sont perçus comme des colonisateurs qui entretiennent des rapports plutôt harmonieux avec les censitaires, dans le cadre de «droits et devoirs» réciproques. Seigneurial. Régime seigneurial de la Nouvelle-France. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Régime seigneurial de la Nouvelle-France

Le régime seigneurial de la Nouvelle-France décrit le régime semi-féodal en vigueur sur les terres colonisées par la France en Amérique du Nord. Cette organisation sociale a existé en Nouvelle-France de 1627 à 1854. Organisation territoriale[modifier | modifier le code] Une seigneurie typique[1] Subdivision des seigneuries[modifier | modifier le code] Le seigneur divisait ses terres entre les colons (ou censitaires, ou même encore habitants), qui pouvaient dès lors les défricher et les exploiter, ainsi qu'y construire des bâtiments.

Les seigneuries étaient subdivisées en terrains d'importance (et qualité) variable: une zone commune près du rivage, derrière laquelle se trouvait la meilleure terre et très souvent le domaine du seigneur; derrière encore, des terres agricoles données aux habitants. Fin du régime seigneurial. 1.

Fin du régime seigneurial

Le fonctionnement du régime seigneurial Le régime seigneurial a façonné la distribution du territoire de la Nouvelle-France, puis dela "Province of Quebec" de 1623 à 1854. L'intendant accordait gratuitement au seigneur, devant un notaire, un immense domaine le long d'un cours d'eau. Le seigneur avait l’obligation de donner à son tour des parties de forme rectangulaire de sa seigneurie (censives) aux colons qui lui en faisaient la demande. Le régime seigneurial, système de propriété à deux niveaux, dictait des droits et des devoirs aux censitaires et aux seigneurs. Par deux niveaux, nous entendons qu'un même territoire était possédé par deux personnes; la «propriété éminente» était réservée au seigneur et le censitaire possédait la «propriété utile» qu'il pouvait vendre, diviser entre ses enfants et exploiter à sa guise.

La position du seigneur lui conférait plusieurs droits, ou privilèges, qui représentaient autant d'obligations pour le censitaire. 2. 3. Bibliographie1. 2. 3. 4. 5. Carrefour éducation: Censitaire. L’élève trouvera ici un grand nombre d’informations sur la société de la Nouvelle-France du 17e siècle : composition de sa population, régime seigneurial, habitations, tenue vestimentaire, économie et bien d’autres éléments.

Carrefour éducation: Censitaire

Il y apprendra également les raisons des affrontements entre Anglais et Français. Ce site s’adresse aussi à l’élève Ce site vise à donner des outils aux internautes pour qu’ils saisissent le contexte historique dans lequel s’est déroulée l’expédition de Phips qui visait à attaquer la Nouvelle-France au 17e siècle. Parmi les sujets abordés, qui font tous l’objet d’une page du site, on retrouve : les raisons qui amènent les Anglais et les Français à s’affronter, les origines des guerres intercoloniales et une présentation de Phips, premier acteur de la guerre intercoloniale. Chaque page prend la forme d’un texte. Appréciation générale du site. Le regime seigneurial. La Seigneurie des Aulnaies. Il y a plus de 350 ans un vaste domaine au bord du fleuve Saint-Laurent était concédé à l’illustre militaire et homme d’affaires Nicolas Juchereau, sieur de Saint-Denis.

La Seigneurie des Aulnaies

Havre idéal aux embarcations, l’endroit nommé par les Français « la Grande Anse », et par les Amérindiens « Kamouraska », devient la quatrième seigneurie concédée sur la côte sud, à l’est de Québec. Il faut attendre notamment la fin de la guerre iroquoise pour que les pionniers, Jean Pelletier et Pierre de St-Pierre, cultivent en 1679 ces terres fertiles. Pendant quinze ans, leurs familles représentent les uniques colons de la seigneurie. Néanmoins, la population s’élève à près de 2 600 habitants environ 150 ans plus tard. Érigé seulement à partir de 1739, le moulin à farine incarne l’une des obligations du seigneur envers ses censitaires. La seigneurie de Batiscan à l'époque de la Nouvelle-France (1636-1760) Marchand, Jean-Philippe. (2010). La seigneurie de Batiscan à l'époque de la Nouvelle-France (1636-1760). Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi. Au début du XVIIe siècle, la France, comme d'autres puissances maritimes européennes, s'aligne sur les deux grandes idées économiques et politiques de l'époque : le colonialisme et le mercantilisme.

Le Manoir Mauvide-Genest · Au coeur de l'Île d'Orléans. Seigneurie. Fief et Seigneurie de Bonsecours (L'Islet) À l'époque de la Nouvelle-France, la concession des terres s'est faite par l'entremise du Système seigneurial instauré par le gouvernement français et en partie calqué sur le régime féodal qui se poursuivait encore en France. Ce sont l'Intendant et le Gouverneur qui étaient chargés d'accorder au nom du roi de France les titres de concession des seigneuries. En nommant Jean Talon, Intendant de Nouvelle France, le 23 mars 1665, le roi Louis XIV lui avait donné pour mission spéciale de s'occuper dse son peuplement. Il désirait que l'on procédât en cela régulièrement, établissant les colons de proche en proche, en partant des endroits déjà habités. Seigneurie de Beauport. Par Grenier, Benoît Les noms des rues à Beauport témoignent aujourd'hui de son histoire seigneuriale. Peu d’institutions sont davantage associées au patrimoine du Québec que le système seigneurial, implanté sur les rives du Saint-Laurent dès les commencements de la colonisation française.

Le paysage, le patrimoine bâti et la toponymie de l’axe laurentien conservent l’empreinte du cadre seigneurial qui ne s’est éteint qu’en 1854, après avoir survécu près d’un siècle sous le régime britannique. Même après cette date, le système seigneurial va continuer longtemps à caractériser l’espace québécois, particulièrement en milieu rural. Si la seigneurie est l’un des éléments constitutifs de la trame historique du Québec, ses traces matérielles et mémorielles dans le territoire ne reflètent pas toujours l’importance de cette institution.

Article available in English : Beauport «Seigneurie» Seigneurie d’hier, ville d’aujourd’hui. Nouvelle-France (1600-1763)