background preloader

Rébellions 1837-1838

Facebook Twitter

Pendaison de cinq Patriotes [Montréal, 15 février 1839] Pendaison des patriotes Cardinal et Duquette [21 décembre 1838] Déportation des Patriotes aux Bermudes [juillet 1838] Dr Wolfred Nelson, 1848 par Théophile Hamel Extrait du journal l’Ami du Peuple, de l’ordre et des lois du 4 juillet 1838 racontant le départ de huit Patriotes, soit le major Toussaint-Hubert Goddu , Siméon Marchesseault , le Dr Henri-Alphonse Gauvin, le Dr Wolfred Nelson , Robert-Shore-Milnes Bouchette , Bonaventure Viger , Rodolphe Des Rivières et le Dr Luc-Hyacinthe Masson condamnés à l’exil aux Bermudes pour leur rôle dans la rébellion au Bas-Canada.

DEPART DES PRISONNIERS – POISSON D’AVRIL EN JUILLET Lundi après-midi, les huit prisonniers politiques ont été embarqués à bord du bateau à vapeur l’Aigle, pour être conduits à Québec et de là à la Bermude, où ils sont exilés. L’autorité craignait sans doute quelque trouble ou quelque démonstration bruyante et peu convenable, car elle a pris les moyens d’écarter la foule au moment de leur départ. Le moyen employé nous semble un peu singulier. Les Patriotes purent quitter les Bermudes en novembre 1838. Billets reliés WordPress: Montréal honore les Patriotes de 37-38 [1926] Action catholique, 26 juin 1926 LA METROPOLE HONORE LES PATRIOTES DE 37-38 Le dévoilement du monument érigé à la mémoire de ces héros donne lieu à une grande démonstration patriotique – Discours de l’hon.

Montréal honore les Patriotes de 37-38 [1926]

N. Pérodeau et de l’hon. A. David. – La fête nationale. – Elle est célébrée avec éclat. S’ensuit une description de la parade de la Saint-Jean-Baptiste. Pour en savoir plus sur le monument aux Patriotes, oeuvre d’Alfred Laliberté: L’art public à Montréal, collection municipale (site internet de la ville de Montréal). Billets reliés Pendaison de cinq Patriotes [Montréal, 15 février 1839] Pendaison des patriotes Cardinal et Duquette [21 décembre 1838] Déportation des Patriotes aux Bermudes [juillet 1838] Les Fils de la Liberté attaqués par le Doric Club [Montréal, 1837] WordPress: J’aime chargement… Cette entrée, publiée dans Histoire , est taguée Alfred Laliberté , Montréal , patriotes . Testament politique de Chevalier de Lorimier. Le public et mes amis en particulier attendent peut-être une déclaration sincère de mes sentiments.

Testament politique de Chevalier de Lorimier

À l'heure fatale qui doit nous séparer de terre, les opinions sont toujours regardées et reçues avec plus d'impartialité. L'homme chrétien se dépouille en ce moment du voile qui a obscurci beaucoup de ses actions pour se laisser voir en plein jour. L'intérêt et les passions expirent avec son âme. Pour ma part, à la veille de rendre mon esprit à son Créateur, je désire faire connaître ce que je ressens et ce que je pense. Je ne prendrais pas ce parti si je ne craignais qu'on ne représentât mes sentiments sous un faux jour. Mes vues et mes actions étaient sincères et n'ont été entachées d'aucun (des) crimes qui déshonorent l'humanité et qui ne sont que trop communs dans l'effervescence des passions déchaînées.

Après les malheurs de l'anarchie d'une révolution sanglante, le paisible Canadien verra renaître le bonheur et la liberté sur le Saint-Laurent. Quant à vous mes compatriotes! Les Fils de la Liberté attaqués par le Doric Club [Montréal, 1837] Les Patriotes de 1837@1838.