background preloader

Comment réguler le tourisme de masse?

Facebook Twitter

Le tourisme lent nouvelle tendance 087311300 1045 04032013. Slow tourisme - Définitions des formes de tourisme responsable. Le slow tourisme est un nouveau concept de voyage qui s’inspire du slow food, un mouvement incitant les gens à réapprendre à manger et à redécouvrir les plaisirs de la table pour faire face à la malbouffe et au fast-food.

Slow tourisme - Définitions des formes de tourisme responsable

Il s’agit de prendre le temps de découvrir une destination, d’apprécier les paysages, en privilégiant notamment des destinations proches et des moyens de transports moins polluants. Le slow tourisme est de plus en plus tendance. Nombreux sont les gens qui, aujourd’hui, deviennent des adeptes du tourisme lent. Barcelone lance sa bataille contre la pression touristique, Tourisme - Transport. En quoi consiste la surfréquentation touristique et comment la contrôler? - Réseau de veille en tourisme. La croissance constante du nombre de touristes à travers le monde soulève la problématique de la surfréquentation de certains lieux.

En quoi consiste la surfréquentation touristique et comment la contrôler? - Réseau de veille en tourisme

Les conséquences qui en découlent sont nombreuses: dégradation des environnements naturel et culturel, problèmes sociaux, diminution de la qualité de l’offre touristique, etc. À l’heure où le développement durable d’une destination est perçu comme une priorité, certains acteurs adoptent des mesures afin de contrôler les flux de voyageurs. Même si elles déplaisent le plus souvent à l’industrie touristique, elles sont essentielles pour assurer la pérennité de la destination.

Regard nouveau sur le tourisme de masse [Deprest F. (1997). Enquête sur le tourisme de masse : l'écologie face au territoire. Paris : Belin] Regard nouveau sur le tourisme de masse?

Regard nouveau sur le tourisme de masse [Deprest F. (1997). Enquête sur le tourisme de masse : l'écologie face au territoire. Paris : Belin]

Les adversaires du tourisme populaire risquent de « grincer des dents » à la lecture de l'ouvrage de la géographe Florence Deprest1, qui ose un regard original et nouveau sur le sujet : « II n'est pas question de nier que le tourisme de masse produise des modifications de l'espace et du territoire. Ce que nous réfutons est la manière dont on le décrit et l'explique. » (p. 75). Après avoir rappelé dans une longue introduction la naissance et l'évolution du tourisme de masse, en France et dans le monde, l'auteur présente le point de vue de certains usagers, gestionnaires ou encore scientifiques, qui accusent la masse de détruire inéluctablement les lieux touristiques, et le milieu naturel en général.

Cette position est justifiée par les mesures créées afin de réguler les flux de visiteurs, d'éviter la saturation des sites, et de protéger l'environnement tout en conservant le niveau de fréquentation. Comment le tourisme de masse peut changer totalement un pays ? Cet article est publié dans le cadre de l’opération “Unis pour un tourisme alternatif”.

Comment le tourisme de masse peut changer totalement un pays ?

Orchestrée par Voyageurs du Net et parrainée par Voyageons-Autrement, ABM, Babel Voyages, EchoWay et Viatao, cette opération vise à promouvoir dans la blogosphère le tourisme alternatif et responsable. Cela fais maintenant un mois que je suis au Costa Rica, et je commence à avoir fait un bon bout de chemin dans le pays. Ce dernier dispose de près de 6% de la biodiversité mondiale et est donc un incroyable paradis pour les amoureux de la nature.

Cependant, le tourisme de masse est en train de transformer littéralement le pays. Des coins, qui étaient jusque là isolés, se transforment petit à petit en véritable Disneyland pour touristes… Florence Deprest : Enquête sur le tourisme de masse : l'écologie face au territoire. Nente dans ce contexte, a été abusivement transférée au contexte des stations et à l'ensemble des lieux touristiques.

Florence Deprest : Enquête sur le tourisme de masse : l'écologie face au territoire.

Elle vise encore assez juste sur plusieurs points complémentaires, sur la tendance à assimiler avec trop de rapidité économie touristique et colonisation. Enfin, on peut être tenté de la suivre sur la voie d'une interprétation des bases sociologiques de la recherche en sciences sociales et de l'aménagement du territoire, en termes de praxis et des habitus, conformément à une lecture marxisante de la différenciation sociale et plus spécialement bourdieusienne de la distinction sociale : « En matière de tourisme, le malthusianisme n'est donc pas un vain mot. Comment interpréter autrement les différentes modalités de gestion des flux qui tentent de réguler, voire de diminuer la population touristique ?

Il faut bien l'avouer : la majorité de ces dispositions s'apparente à des processus de sélection. Certes, il s'agit de préserver les lieux de certains excès. L'île de Pâques veut se protéger du tourisme de masse. Craignant pour leur écosystème, les habitants ont voté par référendum un contrôle renforcé des flux migratoires.

L'île de Pâques veut se protéger du tourisme de masse

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Christine Legrand - Hanga Roa (île de Pâques), envoyée spéciale A 37 ans, Luz Zasso Poa est, depuis un an, maire de Hanga Roa, chef-lieu de l'île de Pâques. "Rapa Nui", corrige-t-elle, revendiquant le nom polynésien de l'île mythique, découverte par un navigateur hollandais un jour de Pâques, en 1722, et annexée par le Chili en 1888.