background preloader

Redocumentarisation

Facebook Twitter

SoLoMo et VuLuSu sont dans un bateau. CÔTÉ RECHERCHE.

SoLoMo et VuLuSu sont dans un bateau

Jean-Michel Salaün creuse depuis longtemps une approche distinguant trois dimensions du document. Le "Vu", le "Lu", et le "Su". (pour celles et ceux découvrant cette approche, Hubert Guillaud en fournit une excellente synthèse, ou si vous disposez de 9 toutes petites minutes, l'idéal est de visionner la présentation vidéo de Jean-Michel) Petite séance de rattrapage : Vu. Su. CÔTÉ MARKETING. Lecteur attentif du premier (Jean-Michel) et veilleur consciencieux des seconds (les gourous du marketing), il est naturellement tentant de mettre en parallèle et si possible en correspondance ces deux approches.

A la dimension du "Lu", on pourrait faire correspondre le "Local". A la dimension du "Su", on pourrait faire correspondre le "Social". VuMo, LuLo, SuSo ? 3 x 3 = 9. Tout ça pour ça. Une image vaut mieux ... Plusieurs enseignement peuvent être tirés de cette matrice. Ensuite une lecture "verticale" qui fournit 3 macro-scenarios : Les trois dimensions de l’économie de la publication. A l'occasion de l'université d'été de l'édition électronique ouverte, Jean-Michel Salaün, a fait un brillant exposé de sa théorie explicative des "trois dimensions de l'économie de la publication". Une méta explication, une conceptualisation de l'évolution des modèles économiques qui permet de bien saisir comment les transformations ont lieu. Le document - ou la publication - possède trois dimensions à partir desquelles on peut comprendre ce qu'il se passe aujourd'hui, estime Jean-Michel Salaün.

Ces dimensions, issues des réflexions autour du collectif Roger T. Pédauque distinguent les trois dimensions d'un document : une dimension anthropologique (la forme, le "Vu"), c'est un document, c'est-à-dire un support et une inscription qui font qu'on sait qu'un livre est un livre dès qu'on voit le document en tant que tel. La seconde dimension est intellectuelle, c'est le texte, le "Lu". Vidéo : Jean-Michel Salaün, une approche documentaire du web. Share and Enjoy. En quatre images.

Pour avancer dans les réflexions sur la redocumentarisation et la théorie du document dans la continuité du travail collectif sur Roger II, voici quatre images et quelques réflexions.

En quatre images

Tous les commentaires et critiques sont bienvenues, j'avance sur un terrain encore à défricher. Documentarisation La première image est issue du livre testament de P. Otlet, premier théoricien de la documentation, et date de 1934 : Les quatre premières lignes veulent présenter la construction des documents. Les trois lignes suivantes présentent les principaux éléments de l’ordre documentaire nouveau selon P. Ce modèle systématise et justifie le rôle de la bibliothèque qui l'appliquera et le perfectionnera jusqu'à aujourd'hui. Redocumentarisation La seconde image est celle du «cake» du Web sémantique. Dans le schéma de P. Les trois dimensions Les couches les plus basses (URL/URI, XML, RDF) concernent les adresses et les formats des ressources, c’est à dire le repérage par la forme. En deux citations. Après les quatre images du billet précédent, voici deux citations pour illustrer la redocumentarisation.

Il s'agit de montrer l'inversion de la perspective du rapport à la vérité qui s'est opéré entre le début du 20e et celui du millénaire en prenant l'exemple du journalisme. Comme précédemment les commentaires sont bienvenus. La première citation m'a déjà servi dans un précédent billet. Elle est tirée du livre de P. Starr The Creation of The Media (trad JMS) : Lippmann {en 1920} exhortait les journalistes à être plus «objectifs», un mot qui venait d'apparaître pour décrire le journalisme.

La seconde citation est tirée d'un entretien sur RSLN avec Michael Cross du Guardian, un des plus avancés dans le journalisme de données : (..) Les données sont accessibles et, avec la puissance du web, nous pouvons faire en sorte que l’interprétation la plus fiable se retrouve mise en avant. Eloge de la redocumentarisation. Titre alternatif de ce billet : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la redocumentarisation sans jamais avoir osé le demander.

Eloge de la redocumentarisation

PROLOGUE. La redocumentarisation n'est pas un joli mot. Non. La redocumentarisation est l'un des piliers de la théorie du document défendue par le collectif Roger T. Pédauque. Il existe une définition longue de la redocumentarisation : "Documentariser, c'est traiter un document comme le font traditionnellement les professionnels de la documentation (bibliothécaires, archivistes, documentalistes) : le cataloguer, l'indexer, le résumer, le découper, éventuellement le renforcer, etc. Il existe une définition courte de la redocumentarisation : Il flotte dans l'air comme un parfum de redocumentarisation. La science de l'information a, au fil du temps, construit ses lois. Ce billet se propose de présenter les lois possibles de la redocumentarisation. ***Le postulat de Broudoux.