background preloader

Chantal Montellier

Facebook Twitter

Chantal Montellier. Biographie : Chantal Montellier, née près de Saint-Étienne dans la Loire est une scénariste et dessinatrice de bandes dessinées, une dessinatrice de presse, une romancière et une peintre française.Auteure de tous temps engagée (politique, féminisme), ses livres sont autant de manifestes.

Chantal Montellier

Elle étudie à l’École des beaux-arts de Saint-Étienne de 1962 à 1969. De 1969 à 1973, elle est professeur d'Arts plastiques en collèges et lycées. De 1989 à 1993, elle est chargée de cours à l'Université de Paris VIII. Depuis 1972, elle dessine pour la presse : Combat syndicaliste, Politis, Maintenant, Le Monde, L'Autre Journal, Marianne. Début 2000 elle revient à la bande dessinée après quelques années consacrées à l’écriture et à des ateliers de création avec des scolaires et des détenus.

Chantal Montellier. Femme d'exception : Chantal Montellier. Chantal Montellier - La reconstitution Volume 1 : 1947-1980. Chantal Montellier se livre dans « La Reconstitution » Chantal Montellier est bien connue dans le monde de la BD.

Chantal Montellier se livre dans « La Reconstitution »

Pour ses albums, une trentaine, son engagement militant, artistique, politique et féministe, ses prises de position tranchées. Dans La Reconstitution, moins une BD qu’une autobiographie illustrée et un livre-bilan, elle retrace sa vie de femme (de 1947 à 1980) dans un monde dominé par l’orgueil masculin. Frontalement, en toute franchise, avec une radicalité mâtinée d’un sens de la formule qui fait souvent mouche : « Si « l’Art c’est voir », alors oui, incontestablement je suis une artiste« .

Mais que peut une artiste dans un désert de solitude? Ses énergies paralysées? Thierry Groensteen, son éditeur et spécialiste d’histoire de la BD, évoque même à propos de l’œuvre de Montellier « une œuvre de combat » car l’auteure « s’est tenue aux côtés des opprimés, des aliénés, de ceux qui ne rentraient pas dans le moule […]. ». La Reconstitution #1. Achetez-le sur Amazon.fr Achetez-le sur BDFugue.com. Lettre ouverte de Chantal Montellier à Libération.

Voici le texte intégral de la lettre « à Serge July, Directeur du journal « Libération » Ivry-sur-Seine, Vendredi 16 janvier 2004 Cher Monsieur, Je vous écris relativement à l’affaire qui nous oppose, concernant la « critique » de Willem dans votre journal. « Critique » concernant mon album « Social Fiction » publié il y a quelques mois aux éditions Vertige Graphic.

Lettre ouverte de Chantal Montellier à Libération

Je ne reviendrai pas sur les épisodes de cette affaire et vous savez très certainement que la justice m’a donnée tort et me condamne à payer vos frais de procédure, soit 1000 euros (que je n’ai pas). J’ai engagé cette action avec une certaine naïveté, pensant que le « droit de réponse » n’était pas applicable qu’en théorie, mais aussi en pratique. Malgré cela la justice ne me rend pas justice, mais au contraire, me pénalise ajoutant l’iniquité à l’iniquité, le mépris au mépris.

Je me retourne donc vers vous, et me permets de vous interpeller, car votre responsabilité morale est concernée dans cette affaire me semble t-il. Chantal Montellier, la BD militante. C’est une pionnière.

Chantal Montellier, la BD militante

Il y a quarante ans, Chantal Montellier est devenue la première femme dessinatrice de presse politique en France et l’une des premières signatures de la bande dessinée. En 2007, elle a cofondé le prix Artémisia, dont l’objectif est de valoriser les talents féminins du 9ème art, trop souvent dans l’ombre. Cyrielle Bert. Chantal Montellier : quand les dessinatrices françaises «ont pu faire de la BD pour adulte» La bédéaste née en 1947 se souvient avoir «démarré dans la BD en même temps que le festival d’Angoulême, où trois toiles de tentes se courraient après».

Chantal Montellier : quand les dessinatrices françaises «ont pu faire de la BD pour adulte»

Fondatrice du prix Artemisia qui récompense chaque année une illustratrice, Chantal Montellier se dit atterrée par la polémique et ce qu’elle nomme «une liste de la honte qui efface les femmes de l’histoire. On pratique une politique de bordel : au suivant! Sauf que les dessinatrices ne sont pas des prestataires de services sexuels… » Libé lui a demandé de raconter ses débuts et sa participation au journal de BD féminine Ah!

Nana, semestriel fondé en 1976, dont un exemplaire est actuellement affiché à l’exposition Claire Brétécher de la BPI. «A l’époque, j’étais prof d’arts plastiques, ce n’était pas une vocation, plutôt une mort. «Puis j’ai été repérée par les gens d’Ah! «Pour le neuvième numéro de Ah! «C’était un âge d’or de la BD qui commençait à se libérer des carcans. Clémentine Gallot. Bio bdthèque.