background preloader

PRESSE

Facebook Twitter

Article de Presse L'Obs. Traviata, vous méritez un avenir meilleur - Théâtre / Critique. Traviata, vous méritez un avenir meilleur aux Bouffes du Nord.

Traviata, vous méritez un avenir meilleur - Théâtre / Critique

CR : Pascal Victor Dans le lieu mythique des Bouffes du Nord, où s’élaborent dorénavant de nouvelles formes croisant théâtre, musique et opéra, on avait découvert il y a deux saisons un stupéfiant Crocodile trompeur d’après Didon et Enée de Purcell. Une œuvre opératique largement remaniée où œuvraient déjà Florent Hubert et Judith Chemla. On les retrouve, avec Benjamin Lazar, à la conception de cette Traviata, vous méritez un avenir meilleur.

L’actrice, qui a également suivi une formation lyrique, coupait le souffle quand elle exprimait la douleur de l’épouse délaissée. La fête et le plaisir côtoient de près la mort En effet, Benjamin Lazar a mis en scène les cinq chanteurs et huit instrumentistes de la troupe en traversant joyeusement les codes. Eric Demey. Une "Traviata" de poche mais de haut vol avec Judith Chemla aux Bouffes du Nord - 20/09/2016 - ladepeche.fr. (AFP) - Huit musiciens et cinq chanteurs, dont l'incandescente Judith Chemla, réussissent un petit miracle: recréer l'exubérance du grand opéra de Verdi "La Traviata" dans le cadre intime des Bouffes du Nord.

Une "Traviata" de poche mais de haut vol avec Judith Chemla aux Bouffes du Nord - 20/09/2016 - ladepeche.fr

La courtisane Marie Duplessis, alias la "Dame aux camélias" d'Alexandre Dumas fils qui avait inspiré à Verdi sa Violetta, palpite là sur scène, à quelques mètres des spectateurs assis en arc de cercle dans le théâtre légendaire de Peter Brook. Chaque pincement de corde, chaque soupir de Judith Chemla, qui se meurt d'amour autant que de "consomption", comme on disait à l'époque pour la tuberculose, s'entendent jusqu'aux derniers rangs dans ce concentré d'émotion qu'est "Traviata". L'acoustique exceptionnelle du lieu en fait un écrin de choix pour de nombreux spectacles musicaux, depuis la fameuse "Flûte enchantée" créée par Peter Brook en 2010.

L'ambiance vénéneuse du roman est présente d'emblée dans la profusion des fleurs coupées, les excès d'une vie qu'on brûle par les deux bouts. «Traviata», à couper le souffle. Avant d’être un opéra détourné, du théâtre musical ou un crossover lyrico-littéraire, Traviata / Vous méritez un avenir meilleur est une enquête.

«Traviata», à couper le souffle

Sur la personnalité de Violeta (Traviata), alias Marguerite (la Dame aux camélias), alias Marie Duplessis, pseudonyme de Rose Alphonsine Plessis, qui a bel et bien existé et a inspiré Alexandre Dumas fils puis Giuseppe Verdi. Sur le demi-cercle scénique des Bouffes du Nord, Judith Chemla entourée de huit musiciens et quatre chanteurs, cherche à saisir cette personnalité qui charme et provoque aussi facilement qu’elle respire mal. La troupe se lance chaque soir dans l’identification d’une flamme - celle d’une pasionaria phtisique morte à 23 ans dont les amours successives faisaient le plaisir des journaux - mais aussi dans la résurrection d’une époque, le Paris déconstruit des années 1840.

Le metteur en scène Benjamin Lazar, qui travaille sur le projet depuis deux ans, est un habitué des spectacles baroques «haute fidélité». Spectres. PRESSE - Judith Chemla enchante « La Traviata » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Marie-Aude Roux Ils avaient intérêt à réussir leur coup, les aventuriers de cette Traviata, vous méritez un avenir meilleur, qui tournera dans vingt-deux villes de France, après avoir enchanté le Théâtre des Bouffes du Nord à Paris jusqu’au 15 octobre.

PRESSE - Judith Chemla enchante « La Traviata »

Personne ne leur aurait pardonné de toucher à un cheveu du plus célèbre des opéras de Verdi si cela avait été pour lui crêper le chignon ou simplement lui décolorer le capillaire. Mais non. Ce à quoi nous avons assisté, ce samedi 17 septembre de première, est de pure grâce, un moment magique, rare, où théâtre et musique – et humanité – empruntent le couloir ascendant d’un souffle unique. Celui viscéralement condamné à l’extinction de la courtisane Marie Duplessis, alias Marguerite Gautier, Dame aux camélias pour Alexandre Dumas fils en 1848, refleurissant cinq ans plus tard en Violetta Valéry via Verdi sur la scène vénitienne de La Fenice. PRESSE - Judith Chemla : « J’avais besoin de vertiges » Comédienne toujours en quête de défis, Judith Chemla est aussi chanteuse lyrique.

PRESSE - Judith Chemla : « J’avais besoin de vertiges »

Elle sera Violetta dans l’adaptation de La Traviata de Verdi, au théâtre des Bouffes du Nord. Une création à découvrir en avant-première samedi 17 septembre, à 20 h 30, dans le cadre du festival du « Monde ». Elle vous regarde comme si vous étiez seul au monde, et ça fait toujours plaisir. On est ensuite frappé par son visage diaphane, son allure fragile, des yeux transparents, un corps qui pourrait tomber. Ce ne sont pas les meilleures armes pour aller au combat. Muriel Mayette sait de quoi elle parle.